THEO GRACIAS

 

Theo (1)

 Theo (2)A la Grâce de Dieu : Avec ses beaux yeux bleu azur, ses cheveux blonds coupés courts et sa gueule d’ange, vous donneriez à Théo Pelcat le bon Dieu sans confession et bien ce serait dommageable car derrière ce joli minois se cache, sur le terrain, un appétit d’Ogre, un plaqueur fou, une furie diabolique, une agressivité satanique, une rage méphistophélique. Méfiez-vous donc de ce garçon sociable, serviable, bon vivant, épicurien, courageux, volontaire, dévoué,  sensible et empathique, fidèle, impartial, confident sûr, open mind, sincère, généreux, facile à vivre, un autre Théo dort, qui grince plus que son lit le matin au réveil, son pyjama « Rouge et Bleu » le métamorphose en « little Devil ».Theo (3)

« Dudul », comme le surnomment ses intimes, a commencé le rugby très très tôt, puisqu’à à peine 21 ans, il a déjà 15 ans d’apprentissage et d’expérience ; sa petite taille et son gabarit fluet laissaient croire que le chérubin ne pratiquerait pas bien longtemps le « Ruby » : ses éducateurs, Valérie et Eric, ses parents et sa grande sœur Margaux , furent vite rassurés, le petit bonhomme en mousse ne craignait personne, les « gros », les monstres pliaient, les armoires se brisaient  sous sa volonté farouche et sa détermination féroce…d’ailleurs ceux qui étaient au Parc des Sports  lors du match face à Saint Denis se souviendront longtemps de ce dernier plaquage assassin qu’il asséna au Dionysien qui s’était emparé de la gonfle lors de son coup de pied à suivre de la dernière minute : une rage qu’il mûrissait depuis 79 minutes face à l’impuissance des Rouges et Bleus et qui traduit bien la volonté du jeune angelot.Theo (5)

Sevré de rugby pendant les deux dernières saisons- sagement il s’exila à Caen puis à Remiremont dans les Vosges pour y passer un BTS technico-commercial dans le bois après son bac Pro- il se rattrape enfin, ne rate pas un entraînement et a même délaissé son fusil lors de l’ouverture de la chasse pour être du voyage à Beauvais…et ce n’est pas une image d’Epinal. Sportif émérite, il s’adonne à bien d’autres sports, le foot où il excelle, la boxe, le tennis, le ski mais il chérit le rugby qu’il envisage d’aller visiter prochainement en Nouvelle Zélande  pour ponctuer ses études lors d’un dernier stage, pas de fil à la patte, Théo file à la néozélandaise. Il laissera à la maison sa Famille, ses amis, la convivialité et la fête qui lui donnent des ailes et envie de se sublimer pour partager et offrir… mais il assouvira sa passion des Blacks Power, ce pays le fascine et sa tradition  rugbystique le charme.

Theo (7)Notre rapide ailier de poche qui n’a rien d’un Lomu a déjà beaucoup appris de la vie : le respect et l’entraide ne sont pas de vaines valeurs ; sa dureté et/ou sa tendresse, son ambition mais aussi son réalisme atteste  d’une maturité dans un corps et un esprit qui n’aiment pas être privés de liberté et qui ne sera jamais influencé. Le côté « macho » qu’il arbore avec ses Ray ban et au volant du 4X 4 familial n’est qu’une façade : notre petit oiseau est fragile et sentimental.Theo (4)

Heureusement les Dieux de l’Olympe veillent et protègent notre petit taureau furieux quand il pénètre dans la verte arène : notre Minotaure garde son couloir sans minauder, il plie mais ne lâche rien. Ceux qui ont perdu le fil d’Ariane se font découper, déraciner, enterrer car la fusée risloise ne leur laisse guère d’Espace. Ses crochets imprévisibles à pleine vitesse déroutent ses adversaires et quand, à plusieurs, ils mettent la main sur notre « coffre à ballons »- et oui, il travaille le bois-, le regard tendu vers la terre promise, il continue d’avancer rugissant avant la mise à mort, sans perdre le précieux butin. Son jeu au pied et sa vision du jeu doivent encore progresser pour être plus complet pour le Bien de l’équipe mais pardonnons lui ces Maux tant son envie de bien faire et son engagement sont irréprochables.Theo (6)

Au diable les mécréants, que Dieu te garde petite bête à Bon Dieu (on compte les points) !  Théo Gracias !

Partenaires Internet 2020