OPER   A -  UN « SOLISTE »  VIRTUOSE

 

OPER A (1)

OPER A (2)Déjà pas facile d’être le fils de …, le neveu de … (ou la fille ou la nièce  de …d’ailleurs) alors vous comprendrez que c’est encore plus difficile quand vous pratiquez la même activité, le même métier, la même passion et que votre père, oncle ( ou votre mère ou votre tante) est reconnu(e) pour ses qualités voire pour ses défauts : Alexis est de ceux-là comme tant d’autres pour qui les géniteurs, les parents ne laissent que peu de place ou de temps au soleil pour leur(s) progénitures(s) ou leur(s) lien(s).OPER A (5)

Alexis est un enfant de la balle, au sens propre comme au sens figuré : tout petit déjà, il suivit comme son ombre son emblématique Père puis l’accompagna les mardis et samedis pour l’entraînement des jeunes toujours flanqué de son fidèle ami d’enfance Moumousse, son petit bonhomme à lui; il gravit toutes les catégories de l’école de rugby jusqu’en moins de 19 tout en se formant comme éducateur et en donnant régulièrement des coups de main à l’école de rugby. Pierre, Yves, Fabrice, Marcel et Olivier lui confièrent le poste de demi d’ouverture ou de demi de mêlée selon les besoins de cette célèbre et crainte génération 86.  

OPER A (3)Son adolescence tourmentée conduisit notre « Mariano » à quitter Pont-Au pour trouver du boulot - oh ! oh ! oh !- à Besançon puis à Rouen où il joua au feu « RRC » et à Petit Couronne où ce « Pavarotti » retrouva le RCPA comme adversaire avant de revenir au bercail. Assagi près de sa tendre et fidèle Mélissa - ah ! ah ! ah-, son amour d’enfance, notre «Alagna »  est maintenant sur les rails, soudeur de nuit à la SNCF dans la région parisienne : une « voix » ferrée qui le singularise ; il revient chaque fin de semaine auprès des siens dans la cité risloise puisque le petit Gabin est venu définitivement apaiser ce généreux et attachant jeune papa qui ressoude peu à peu les pièces d’un « puzzle » compliqué.OPER A (6)

OPER A (4)L’expérience acquise au cours des clubs successifs, les conseils avisés de son Pépère de père, les apprentissages diversifiés auprès de ses multiples éducateurs en ont fait  un chef d’orchestre de la ligne de trois-quarts  ou un « soliste » virtuose à tous les postes de décision : Ce « Caruzo » excelle sur toutes les partitions : maniement de la balle, jeu au pied, sens du jeu dans le replacement, défense sur l’homme mais ce qui le différencie de ses camarades, c’est son énergie, sa rage, son courage, sa hargne, son engagement, sa volonté exacerbée de gagner et de se dépasser pour un gabarit « normal » de petit taureau furieux. Passion, perfectionnisme et excès lui jouent souvent de mauvais tours : il ne supporte pas l’injustice, la médiocrité, la suffisance  et n’hésite pas à le faire savoir gestuellement ou vocalement mais gageons qu’avec l’âge et la paternité, la maîtrise et la discipline viendront. Comme son cher Pater- les chiens ne font pas des chats-, Alexis  ne traîne pas à la maison du rugby (quoi que, des fois …, paraît-il…), seuls le pré vert et le jeu l’attirent, le galvanisent mais ce « Domingo » talentueux mais tempétueux « compose » un Oper A atypique de belle facture que les « représentations » sur la scène de la vie ont façonné, modelé pour des spectateurs enthousiastes et admiratifs car Alexis est aussi un des Ténors du RCPA : Haut les chœurs :  Eric peut être fier de son « artiste » de fils !  Oper A : la cerise sur le Gâteau !

Partenaires Internet 2020