« A   FRED »

 

FRED Abgrall (3)Ne soyez pas effrayé(e), Frédéric Abgrall, alias Fred, alias Fredo,  n’est pas un monstre, ni physiquement, ni psychologiquement, ce serait plutôt le contraire, un garçon attachant, calme, timide, réservé qui prend la vie comme elle vient, discrètement, sans se plaindre de ses aléas et qui profite avec philosophie des petits plaisirs qu’elle lui offre du haut de ses 35 ans et le rugby en est un.  Son patronyme breton formé du préfixe ab- (indiquant la filiation) et du prénom Grall ou Gral, fait référence au Graal : voilà une étymologie qui simplement résume sa vie et sa quête.FRED Abgrall (1)

N’ayez pas peur, Fred sait là où il va : après le collège de Manneville sur Risle où il a découvert le rugby avec Pierre Gouriou et Paul Mouchel, il l’a pratiqué au club sous la férule  du pédagogue Jérôme Toussaint. Se lançant dans la restauration pour quelques années, il cessa de jouer mais suivit son demi-frère Quentin qui s’illustrait en moins de 18 : il fut d’ailleurs des voyages à Chard, Châteaudun et Bruxelles comme grand-frère-accompagnateur-surveillant : comme il ne digérait plus la cuisine et le service, il voulut goûter d’autres plats, l’intérim lui offrit des assiettes diverses : tour à tour,  manutentionnaire, conducteur d’engin, opérateur machine, magasinier et autres… avant d’être rassasié ;  il  trouva alors un boulot stable au Maroc grâce à un ami chez qui il devint commercial avant de lui racheter son entreprise de ferronnerie, rejoua au rugby à Casablanca, au RUC- il faut le faire, c’était plus près à Rouen, rencontra la délicieuse Karima, l’épousa, revendit sa boutique, revint au pays et la charmante petite Lydia vint éclairer la vie de ce couple sympathique et généreux.FRED Abgrall (2)

Ne soyez pas inquiet(e), ces deux- là se concoctent un nouvel avenir, volontaires et courageux, ils se forment : Karima est étudiante en gestion au Greta et sa moitié de rugbyman en technicien en maintenance à Rouen avec déjà une embauche à la clé chez Vinci via Exxon après un stage préliminaire trouvé par notre dévoué Philippe, responsable de la commission emploi.  Fred, l’aîné, en bon fils, téléphone quotidiennement à sa mère surnommée « Simone » par la génération 86-87 à qui, elle  préparait crêpes et gâteaux pour honorer leurs prouesses : cuisinier, il élaborait la pâte, serveur, il portait le plateau, sélectionnait les confitures, un vrai Papa poule qu’il continue d’être pour les siens qu’il chérit.    FRED Abgrall (4)

Ne craignez rien, à son âge et son expérience, le vieux Fred se ménage : les matches ne sont pas réguliers,  les entraînements encore moins ; il répond présent pour la messe du dimanche où il retrouve de vieux briscards comme lui et son demi-frère Quentin qu’il vénère quand les blessures et la carcasse ne le font pas trop souffrir. Actif, entreprenant et viril, à la pile comme en seconde latte, il ne donne pas sa part aux chiens ; en bon soldat, aguerri par de nombreuses campagnes, il monte au front: plaque à tour de bras, pilonne dans les regroupements, joue les ascenseurs pour ses partenaires, encourage les siens, montre l’exemple  tant que la machine n’est pas en surrégime car la volonté ne suffit plus. Récemment, la main cassée, il acheva son match : Fred à se taire est inimitable, un maître à danser   ;  deux semaines plus tard, il enleva son plâtre pour retrouver la piste aux étoiles montantes…

Vous êtes rassuré(e), Fred is a Friendly Boy : un tendre, un doux, un amitieux, pas si afraid, pas si effrayant mais un Monsieur, un  Fred, paisible, friable, sincère, franc, distant et proche à la fois mais un réserviste exemplaire et solidaire attaché à  la vie de son club.

Partenaires Internet 2020