« TONTON YOYO »

 

« Depuis le tempsYoyo 2

Que je m'trimballe

Parmi les masques

Du Carnaval

Ma silhouette

Mon charme fou

Ça les embête

Ils sont jaloux

Je les entends sur mon passage dire :

Ah ! Qu’il est beau

Un gosse a dit : Papa, j'le veux pour mon Noël »

yoyo 1Yo ! Oyez ! Yohann Laffargue est un Horsain : kezako ? Un étranger pour ceux du Marais Vernier ! Un gars pas de cheu nous, quoi ! Un gars qu’a bourlingué ; qu’en a vu du pays ! En effet, Yoyo, comme aiment  à le surnommer ses amis,  est natif paradoxalement du Havre, puis il a conquis Dunkerque, Cambrai, Marseille-lui aussi- : il suivait les garnisons successives de son père militaire- comme V. Hugo- des rencontres de jeunesse - il a de fortes attaches dans le sud-ouest à Périgueux ... la patrie du meilleur joueur de rugby de l'année ... Thierry Dusautoir - enfin Lyon où il fit ses études d’ingénieur à l’INSA et Antibes où il récolta son seul carton rouge pour avoir mordu l’oreille de son adversaire…Yo-Yo est un connaisseur du grand écart sans ou avec ficelle, dans un va-et-vient continu du vertical à l’horizontal, du Chti au Provençal, du Gône au P’tiot…de joueurs à dirigeants ou éducateurs.Yoyo 3

Yoplay a découvert le rugby en universitaire avec son école d'ingénieur  de 1944 à 1999, là aussi comme Dusautoir ! Arrivé en Normandie, ça doit faire 10 ans, il s'est fait rapidement entraîner avec toute une petite troupe de collègues d’Atochem- Arkéma et les inévitables et incontournables Bernard et Jean Jacques d’abord au SC Bernay puis rapidement au BAR, le club de rugby de Brionne où il évolua en première ligne et malgré son allure svelte obtenue grâce à un régime draconien, il est amateur de bonne chère - chaque retrouvaille avec sa cité périgourdine est l'occasion d'une dégustation gargantuesque de mets locaux- les troisièmes-mi-temps furent souvent copieusement arrosées . Contre Blangy ou Grand Couronne alors qu'il participait à un superbe groupé pénétrant dont le pack vert et noir avait le secret, un adversaire effondra le frêle esquif entraînant notre Yoyo par le fond et lui explosant net le genou ... entorse, articulation en vrac ... saison terminée et très vive réaction de colère de pilier envers le torpilleur fautif ... "mais t'es débile !" (En fait c'était plutôt "mongolien" mais ce n'est pas très joli, joli !) ... ceci témoigne de la méchanceté hargneuse qui habite notre ami sur un terrain, non en fait, il est trop gentil : son "antijeu" et "mauvais gestes" ne font pas partie de son vocabulaire…sa carrière s’acheva sur des blessures à répétition : dos, fractures, entorses et encore dos. Caroline et bientôt ses enfants, Aurore et Romain(en âge de rentrer à l’école de rugby en septembre) peuvent enfin profiter davantage du guerrier- barbare. Yoyo 4
              Yoyo 5Lorsque l'idée de remonter une école de rugby à Brionne, après quelques années de sommeil, germa, les trois compères se rapprochèrent de Pont O, Yoplaît  devint rapidement un fervent adepte du covoiturage et des soufflantes du bord de touche ! Ces traits de caractère se retrouvent également en dehors des terrains (ou toujours à proximité), où il est honnête et franc, doublé d'un sacré caractère, avec lui si quelque chose ne va pas, il saura le dire et sans détour. Il s'investit toujours à fond dans tout ce qu'il fait et est souvent au four et au moulin, quand il participe à une organisation il ne sait pas s'arrêter, il est partout. Mickaël Morainville, un de ses premiers élèves du BAR en s’investissant lui aussi comme sa Maman Cécile à l’école de rugby, sont la preuve que son exemplarité a fait des émules.

Des moins de 9 aux moins de 15, de 5 à une trentaine de petits BARtiens, son parcours d’éducateurs font de ce garçon discret et sympathique, un des axes principaux des deux hémisphères Brionnais et Pont Audemériens du regroupement et sa joie retrouvée lors des derniers tournois  le comblent « de belles actions comme les pros » après des périodes de doutes légitimes, ça fait du bien au moral.Yoyo 6

Alors Tonton Yo-Yo, pardon Yohann, reviens quand tu seras à nouveau disponible car les souffrances du corps à nouveau te taraudent, le rugby est un de tes jouets favoris et tu sais que tu ne peux pas t’en passer : il ne faut pas tirer de trop sur la ficelle. Dis, Tonton, pourquoi tu tousses ?

Partenaires Internet 2020