RONAN, GWENDAL, RONAN

LE MARSU

 

Les Gaelics Moins7 (8)

 

ET LA «GAËLLIQUE CONNECTION »

 

  Les Gaelics Moins7 (2)    Le MARSU,  c’est connu,  est un vrai chef de bande, et tout chef de bande qui se respecte se doit d’avoir des hommes de mains, à plus fort raison au rugby. Il semble que l’origine géographique soit gage d’efficacité dans le choix des comparses. Ainsi au service de leurs caïds locaux, passèrent à la postérité  les trop fameux « lyonnais »  « marseillais » et autres « corses ».

     Notre MARSU n’échappe pas à la règle, mais sans doute fervent lecteur d’Astérix, c’est vers les celtes que s’est porté son choix. Il est vrai qu’UDERZO et GOSCINNY nous les ont volontiers présentés comme des garçons peu compliqués, d’une sensibilité relative, et, d’une endurance certaine. Au rugby ces caractéristiques là s’appellent des qualités.Les Gaelics Moins7 (1)

    Son choix arrêté, notre MARSU entama donc son recrutement et enrôla un jour de septembre 2011 deux biens curieux homonymes RONAN et RONAN.

   Les Gaelics Moins7 (3) L’un blond, l’autre brun.

    L’un frondeur, volontiers boudeur, l’autre cachant sa timidité derrière un inaltérable sourire.

    L’un est une tempête avec un gabarit de sous marin de poche, l’autre une mer d’huile avec une carrure de porte-avions. Les Gaelics Moins7 (4)

   Les Gaelics Moins7 (6) L’envie de jouer au rugby amena ces deux-là à se rencontrer et leur prénom commun les rapprocha immédiatement. Avant que de se découvrir d’autres similitudes comme une attirance fort limitée pour l’altitude au cours d’une sortie accrobranche mémorable. 

    Confessons toutefois que les deux n’avaient de bretons que le prénom, normands cent pour cent, nos deux compères sitôt inscrits ne s’en acoquinèrent par moins avec un troisième larron armoricain de souche celui là… GWENDAL.

     Les cheveux d’un noir de geai, les yeux sombres, musclé comme un clafoutis aux cerises,  ce dernier possède la faculté rare de faire montre d’un courage inversement proportionnel à sa taille. Pour preuve la belle entaille ornant sa pommette dans le bus  qui emmenait l’équipe  à Vernon, n’y voyez pas les séquelles de l’âpre combat livré dans la mêlée mais simplement le fruit d’une échauffourée avec RONAN son complice et qui s’était réglée dans le bus à coups de boucle de ceinture. Et dix minutes et trois pansements plus tard, les deux mêmes, aux coudes à coudes, disputaient avec  un bel entrain la gonfle à leurs adversaires du jour.Les Gaelics Moins7

     Car à ses moments perdus, notre breton véritable, combattant dans l’âme sous ses dehors rieurs, délaisse les terrains de rugby pour arpenter les tatamis  cherchant à grand coup de mawaschi à glaner d’autres victoires.

    Copains d’aujourd’hui qui sait peut-être deviendront-ils tous trois amis pour la vie comme cela est si souvent arrivé au sein de la maison rouge et bleue.

    Allez savoir, si ces trois là, dans trente ans, ne festoieront pas ensemble au soir des 75 ans du club, en regardant d’un air goguenard leurs propres enfants livrer leurs premiers matches sous l’œil du MARSU.

    Et si l’un d’entre eux mi-rieur mi-nostalgique  ressort de sa poche cet article jauni par les années, qu’ils sachent tous trois qu’ils n’auront fait que vérifier le vieil adage : R. C. P. A.

Rugby et Camaraderie Perpétuelle Amitié

Le Ménestrel

Partenaires Internet 2020