Séniors à Mont Saint Aignan

 

Des rires aux larmes !20172018semaine19articleseniors3.JPG

 

RCMSA – RCPA : 20- 24

 

Ce dimanche, le championnat Honneur reprenait ses droits après la trêve hivernale rallongée à cause de l'état des terrains. Ce premier match face à Mont-Saint-Aignan marque le commencement de l'année du cinquantenaire du RCPA.

L'année anniversaire, les bonnes résolutions, le terrain synthétique impeccable de Mermoz et surtout la course au maintien sont autant de sources de motivations pour tenter un bon coup en terres Rouennaises.

L’équipe réserve démarre son match de la meilleure des manières en exerçant une forte pression sur Mont-Saint-Aignan, ce qui permettra à Benjamin Duflot et Hugo Bar d'inscrire chacun un essai. A la mi-temps, Pont-Audemer mène mais perd Benjamin Couillard et Edgar Minot, partis gonfler les rangs de l'équipe première. Ce manque de joueurs ainsi que la fatigue vont peser lourd en seconde période et la réserve locale va en profiter pour s'imposer largement, 64 à 19. Malheureusement, le manque de joueurs va encore se faire ressentir dans les semaines à venir, avec la sortie sur blessure du centre Anthony Petit, touché au genou.

Après ce beau combat livré par la réserve, l'équipe première espère bien jouer un mauvais tour à l'équipe qui les a battus lors du premier match à domicile. Renforcés par le retour de Jean Leleu, remis de son problème d'épaule, les rislois imposent d'entrée un rythme et en engagement très soutenu. Mont-Saint-Aignan ne fait que défendre et se met plusieurs fois à la faute. A la suite d'une touche, domaine dans lequel il a régné sans partage, Jean Leleu trouve le chemin de l'embut. Grâce au pied d'Alexis Oper décalé à l'ouverture, Pont-Audemer mène rapidement 11-0.

Les locaux se réveillent et commencent alors à mettre leur jeu en place, mais les rouges et bleus se montrent aussi vaillants en défense qu'en attaque. Il y a de l'envie, beaucoup d'envie et peut-être même un peu trop par moments. En fin de première mi-temps, Alexandre Baril, reconnu coupable d'une charge à l'épaule reçoit un carton jaune qui laisse Pont-Audemer en infériorité numérique. Mont-Saint-Aignan va profiter de cette expulsion pour revenir au score par l'intermédiaire de pénalités. Suite à une nouvelle pénalité, les rislois mènent à la pause sur le score de 14 à 12.

La seconde période est beaucoup plus serrée et stratégique que la première. Pont-Audemer va inscrire une nouvelle pénalité, la quatrième et prendre un peu d'avance 17 à 12. Mais Mont-Saint-Aignan n'a pas dit son dernier mot et après plusieurs temps de jeu passés dans les 22, et malgré une belle défense, leur numéro 8 trouve la faille et s'en va marquer sous les poteaux. La transformation est réussie et pour la première fois c'est l'équipe locale qui prend l'avantage au score, 19 à 17.

Il reste alors 10 minutes à jouer et Pont-Audemer ne baisse pas les bras et s'emploie à retourner jouer dans la moitié de terrain adverse. Une bonne conquête, de l'application et du sang froid auront raison de la défense de Mont-Saint-Aignan qui voit Edgar Minot, bien servi sur l'aile, aller marquer en coin son premier essai avec l'équipe première, essai ô combien important. La transformation l'est tout autant, et elle n'est pas facile, mais en coin, Alexis Oper ajuste la mire et Pont-Audemer mène à nouveau sur le score de 24 à 20. Les visiteurs sont à l'abri d'une pénalité ou d'un drop, c'est important.

Désormais c'est tout pour la défense, et les rouges et bleus, grâce à leur rigueur défensive et une dernière pénalité obtenue par Benjamin Couillard, libère toute l'équipe qui entre de la meilleure des façons dans l'année de son cinquantenaire.

Cependant, en ce qui concerne l'ensemble des joueurs et moi-même, ce n'est pas la victoire à laquelle nous pensions à la fin du match mais à un événement tout autre. Dans ce genre de situation, les mots ont du mal à sortir de la bouche, ils en ont davantage à s'écrire, au moment où j'écris ces lignes, mes pensées les plus affectueuses vont vers les parents de Thomas, vers Emma, vers sa famille ainsi que vers ses amis. Tu nous manqueras Thomas ; Tu me manqueras beaucoup. Achille Minot.

MERCI à nos PARTENAIRES MAILLOTS

Connexion