Jordy 2 

JORDYLAND

 

 Jordy 1Au pays de Jordy, tout n’est pas si Rose, ni tout Noir d’ailleurs, et pourtant ce moins de 15 ans qui a débuté le rugby en Rouge et Bleu et en septembre vit presque un conte de fée. Lui, Jordy Massounga, le jeune prodige du foot d’origine congolaise, vedette du BAC, est venu tâter de l’ovale par « filiation ». Depuis deux ans, M. et Mme Roussel, les parents de notre célèbre fée Clarisse du pays des Merveilles, en vain, essayaient de  débaucher ce fan de l’OM, cet athlète aux qualités naturelles certaines : rapidité, adresse, puissance…mais notre bébé Pelé n’avait d’yeux que pour le ballon rond.

            Le troisième trimestre « rugby » du collège Saint Ouen et son mentor Thomas Péron allaient donner ce petit coup de pouce supplémentaire à cet environnement déjà très favorable : au début de la saison, il franchissait le « Rugbycond » - l’herbe est toujours plus Verte ailleurs- : Fabrice et Benoît héritaient d’un diamant brut à tailler et ciseler avec précautions ; son intégration se fit rapidement au sein d’un groupe expérimenté et homogène qui participait au championnat territorial à XV : les courses, les placements, les techniques individuelles et collectives, le sens du jeu et surtout l’envie confirment ses gros progrès à chaque sortie. Jordy découvre, apprend vite, tire des leçons de chacune de ses séances, se prend en charge et se retrouve maintenant impliqué totalement dans son nouveau sport et son nouveau club. Jordy 4

            Au Pays de « Jordyland », tout est jeux et facéties : Grand ado en quête d’identité, malicieux et taquin, très puéril et joueur, Jordy ne se fait pas que des amis, il n’est jamais tout Blanc mais il n’est jamais méchant et a surtout besoin d’exister et d’être valorisé ; sa gentillesse, sa naïveté et sa timidité prévalent mais peuvent le déstabiliser et le désorienter. L’expérience de sa première  tournée rugby  à Flamanville illustre bien ce caractère ludique et franc : Jordy a paradoxalement besoin de lumière pour dormir, ses camarades de dortoir ne pouvaient trouver le sommeil et le chambrèrent toute la nuit ; sa super casquette et ses lunettes ray-ban de riders arborées tout le long de cette tournée furent très convoitées par ses potes jaloux et l’ami Fabrice entendit ces deux jours une plainte devenue célèbre : « Coach, ils ont pris ma casquette !», une « cap » qui mit tout le monde au comble de la bonne humeur !Jordy 3

            Le rugby et ses nouveaux amis peuvent aider Jordy à grandir : « Ecole de Rugby, Ecole de la vie » : c’est tout le bien que l’on peut souhaiter à ce garçon si attachant et volontaire qui sourit aux couleurs de la Vie: devenir un homme respecté, respectable et respectueux. Un « arc en ciel » pour une équipe, ce Jordy !

Partenaires Internet 2020