MANU ET FRANCK MORDANT:

LES « ECUREUILS » Mordant

 

les jeunes ecureuils in england

 

ONT TOUJOURS

DU PANACHE

 

Marcel 2La « Caisse d'Epargne » fut à une époque pas si lointaine le refuge douillet où les jeunes rugbymen cherchaient un « placement professionnel »  sûr et garanti pour planquer leurs « noisettes » : Manu Mordant et son frère Franck - qui ne roulent pas leur Caisse et n’Epargnent pas leur temps -  firent école puisque suivirent des couvées successives Fred Eude, Marie Pierre Petit, Mickaël Legrix, Bruno Lovrensec... et même quelques directeurs finirent par rejoindre ses rangs Marc Traverse  et  Didier Lebourgeois en tant que dirigeants.

Nos deux « mammifères » du jour, Manu, aujourd'hui directeur d'agence à Honfleur et Franck, conseiller financier à Pont Audemer, s'illustrèrent sous le maillot Rouge et Bleu, il y a déjà des lustres empanachées, mais ils n'en gardent pas moins des liens solides avec le RCPA  du président Hamel avec lequel ils partagèrent une sacrée tranche de vie d'ailleurs. L'aîné  est membre du bureau ; le cadet fut à la relance de l'école de rugby moribonde dans les années 2000 et suit fidèlement les matches des séniors et de ses anciens « élèves ».    

Les deux frères débutèrent leur carrière à l'école de rugby avant d'évoluer en séniors dans les années 80- 90, ces inséparables menèrent pourtant des trajectoires complémentaires dans leur vie de joueur : Manu aimait le combat, la lutte et les contacts  et se positionna naturellement malgré un petit gabarit en seconde ligne, son envie et sa polyvalence le virent également en pilier et en troisième ligne : ce travailleur obscur, solidaire et vaillant dans les mêlées et regroupements était plaqueur efficace et constant ; Franck, plus mobile et véloce, aimait le beau jeu et  jouait les Jo Maso, les Sella ou les Castagnède à tous les postes des lignes arrières : son sens du placement et du jeu , son coup de pied précis de déplacement, ses feintes de passe syncopées en imposaient.

Manu ne ratait aucun match ; une semaine avant son mariage, il participait au fabuleux Tournoi International de Caen, deux jours durant, son enthousiasme le poussa à la débauche -pardon Fabienne-  sur un regroupement anodin, il ne se releva pas, verdict sans appel : entorse du genou, plâtre et immobilisation, le futur jeune marié rejoignit sa compagne le dimanche suivant devant le maire avec une attelle et des béquilles – au moins Fabienne  fut sûre que l’écureuil ne serait pas volage un temps du moins. Manu et la tournee

Franck tourne le dos au rugbyFranck est un sportif accompli : vous le croisez encore le foulard sur la tête soit en baskets arpentant le complexe-sans le camping car-, soit au guidon de son VTT formule 1 ; il ne rate aucune compétition sportive  retransmise à la téloche, le « shooté » sports devient pantouflard mais sa passion cachée est le football : du Platini, du Maradona, du Ronaldo sommeille en lui et les soirs d’entraînements  de fin de saison équivalaient pour lui au Parc des Princes, mieux au SDF.

Responsables dans la vie comme sur le terrain et en dehors, tous les deux exercèrent ou exercent  des fonctions au bureau ; Manu est, depuis son arrêt de joueur, toujours membre du bureau – ancien trésorier-, s'occupe activement de l'association des Anciens et des anniversaires du club- les 45 approchent- il  encadre en tant que dirigeant les équipes séniors le dimanche et gère le traditionnel repas des anciens avec son ami Fred ; Franck, ancien membre du bureau,  fut longtemps le catalyseur d'une école de rugby renaissante et le maître d'œuvre des échanges et des tours avec ses compères Layote et Fabrice- Chard RFC  restera une tournée inoubliable et légendaire pour les 110 membres du club qui s'embarquèrent dans les deux cars Outre manche.

Les frangins  aujourd’hui presque retraités profitent enfin de leurs familles : Manu est toujours surveillé par la fidèle Fabienne et ses enfants Jonathan, Emilie et Marie, les deux aînés anciens pratiquants, l’accompagnent les jours de matches ; Jannick couve toujours son écureuil préféré Franck, entourés de leur fils Jérôme et leurs petits enfants.

Sautant de branche en branche de la vie, nos « écureuils » coulent des jours heureux et tranquilles…il faut, comme d’autres espèces, les protéger car ils se font rares !

Partenaires Internet 2020