SIR DID

 

Did dirigeant

 

Didier 1« Surely, it’s a bad joke » mais notre Sir Did, Didier Lannoy,  n’est pas un citoyen de sa Gracieuse Majesté même s’ il a toutes les caractéristiques qui font le charme de nos amis britanniques et pour ses qualités personnelles, anoblissons-le, décernons-lui franchouillardement l’Ordre de la Jarretière.Didier 4

« Honni soit celui qui mal y pense » :  Ce « gentleman-farmer » cultive ses racines et ses terroirs,  se distingue notamment par son calme, sa sagesse et son stoïcisme face aux maux qu'il ne peut éviter – et Dieu sait qu’il en a déjà endurés, ce quarantenaire-, ses bonnes manières et sa courtoisie envers tous ceux qu'il côtoie et ses nouvelles fonctions de dirigeants mettent en valeur sa  bonne éducation : les festivités des Quarante ans, les plaquettes 25 et 26 sont les preuves de ce sens de l’humilité, de la modestie, de la fidélité, du dévouement et de l’investissement gratuit qui l’honorent, car Did’s, comme il se plaît à parapher, est aussi discret qu’il est efficace : il perpétue dans la tradition et l’amitié ces actions qui font la réputation d’un club, en restant ouvert à toutes les propositions et suggestions.Did avec les amis

Did et les 40 ansSur le terrain comme dans la vie, les entraîneurs successifs et ses coéquipiers savaient qu’ils pouvaient compter sur lui, non pas pour se mettre en avant, il était déjà en première ligne mais cette force de la nature - serrez lui la pogne pour voir- et ses larges épaules de déménageurs rassuraient. Mister Did ne jouait pas « les pies crevées », il excellait dans le travail obscur de la « mine » : mêlées, mauls, groupés pénétrants, toujours en soutien du porteur de la gonfle, rarement balle en main à faire le beau, à parader, à profiter du travail des autres: il cherchait à ôter les obstacles qui s'opposaient aux initiatives de ses partenaires, ce sens du collectif typique du jeu d’avants anglais altruiste. Pour lui le flegmatique, le fair-play va de soi : il  convient de se comporter toujours envers un ennemi comme s'il devait un jour devenir un ami et ses adversaires ne lui ont jamais tenu rigueur de son engagement et sens du combat.  Silencieusement et pour rendre service, il a souffert de mille et une blessures jusqu’au terme de sa carrière, la saison dernière. Un seul regret, certainement, il est passé pour des raisons personnelles et familiales,  à côté d’une carrière de rugbyman plus riche et élitiste mais là n’était pas l’essentiel, il mène aujourd’hui dans ses initiatives, ses actions des matches aussi passionnants et intenses pour son club et ses amis.Did en seniors

Didier a trouvé cet « équilibre » avec Valérie et depuis les arrivées de Mathilde, Thibault et Alban, il se montre  toujours aussi disponible et serviable, aussi fédérateur – normal au Royaume Uni -, aussi enthousiaste malgré un travail prenant et fatigant, un civisme social et solidaire qui l’ont poussé à devenir le maire de sa commune.Did et les anciens

 « A gentleman is a man who can play the bagpipe, but who does not », c'est-à-dire : « Un gentleman est quelqu'un qui sait jouer de la cornemuse, mais qui n'en joue pas » ce proverbe anglais repris par Pierre Desproges illustre non sans humour notre ami et Alec, notre vraie référence britannique, peut en témoigner. See you soon, M’sieu Did’s, Mister Did’s, close to the pitch or in the club house.” God save the Did’s

Partenaires Internet 2020