ERIC, AU NOM D’OPER

ET DES FILS

ET DES SAINTS D’ESPRIT

Eric1

 

Mes bien chers frères et sœurs,

Lorsque Daniel Oper (qui allait être l’un des bâtisseurs de la Maison du Rugby originelle René Plessy ) et Marie-Claude traversèrent la route de Saint Paul pour inscrire leur fils aîné Eric à l’école de rugby, ils ne savaient pas qu’ils le portaient sur les fonts baptismaux d’une nouvelle religion : « Rugby et Orbi  » …son frère Benoît et sa sœur Sophie prononceront plus tard les mêmes vœux. Eric  ne renierait que dans quelques traversées du désert jusqu’à nos jours  ce culte et son club.

Eric2Bien sûr, « Pépère » commença par le ballon rond, ne délaissa le kimono qu’à l’adolescence et joua quelque temps pour une paroisse plus grande mais il revint sagement à son club d’origine où il termina sa carrière de joueur avec quelques titres et accompagne depuis de nombreuses saisons les jeunes générations risloises : « rendre ce que le club lui a donné » comme il le dit souvent. Alors toutes les semaines et depuis des lustres ( au moins trente ans ), il jongle avec ses horaires de routier ( un peu plus de cinquante heures…, répond-il en choeur avec ses collègues Ben, Rico, Paco… ), pour être là à tous les entraînements, matches, réunions… à tous les « offices » rugbystique, sacrifiant par choix les troisièmes mi-temps si précieuses aux rugbymen. Eric4

Notre pratiquant est un passionné, vous l’avez compris mes biens chers frères et sœurs,  et la passion selon Eric, comme pour tout le monde, est souvent excessive et aveugle : impulsif ou silencieux, rebelle ou torturé, habile ou maladroit, taciturne ou loquace, orgueilleux ou simple. ..au gré de ses humeurs.

Joueur au tempérament bien trempé, à l’aile comme au centre, à l’arrière comme à la mêlée, au talon comme en troisième ligne, il montrait la même détermination : forcené du travail tant sur le plan physique que technique, il excellait dans les débordements, les feintes de passe, les cadrages débordements misant sur sa dextérité et sa vitesse : son caractère belliqueux et fier n’acceptait pas la défaite : elle le révolte et  le mine encore. Sévère avec lui-même, il exige des autres le même engagement, le même professionnalisme, la même exclusivité … le « Pro » est perfectionniste mais oublie que pour la plupart, le rugby est jeu, plaisir et distraction car pour notre homme, le Rugby est sa Vie…et une des façons de la réussir.

Eric3Educateur, il s’est toujours démarqué du collectif, plaidant pour sa paroisse, sûr de ses seules  valeurs : rigueur et  intégrité : sa fidélité témoigne cependant en sa faveur : Eric plaît ou ne plaît pas mais ne laisse pas indifférent car sous sa carapace intransigeante, se cache un « paroissien » sensible et attachant. Il transmet sa technique irréprochable, sa ferveur, ses envies même si, de temps en temps, il ne contrôle pas ses pulsions, ses réactions : il a trop de cœur ou de certitudes.   

Nathalie, sa tendre épouse le voit évoluer lentement mais sûrement - elle qui a pris une place de gardienne du PSL pour le voir un peu plus souvent- ; ses enfants Alexis – qui joue en première à Couronne-, Emilie, sa fille préférée,   et Eric- qui porte le numéro 8 chez les moins de 19-,  ne l’ont pas vu souvent pendant leur enfance de par son métier et sa passion mais ils  lui pardonnent ses absences et son investissement car ils ont compris que pour lui, le rugby était vital, un moyen de se dépasser, de se valoriser,  d’exister, de tracer sa route au volant d’un quinze gonzes … Alors encore un peu de patience encore car Eric se bonifie même si le chemin est encore  tortueux .  Amen. Eric5

Allez dans la Paix des braves et que la brebis, tondue ou chevelue ? qui s’égare parfois, retrouve le troupeau des Bons Pasteurs. Ainsi soit-il.

Partenaires Internet 2020