LES GRANDS FRERES

 

Le rugby est une Grande famille et le RCPA n’échappe pas à ces lignées d’enfants issus des mêmes géniteurs : depuis sa création les Mouchel, Oper, Laigle, Mordant, Lefrançois  et consorts ont écrit l’histoire du club. Aujourd’hui, les équipiers séniors,  mes bien chers frères, arborent  de belles brochettes de Big Brothers, « la fratrie n’est pas en danger » ainsi les Jourdan, les Legrand, et les Carrère s’illustrent sous le maillot bleu et rouge.

Frerre Jourdan (1)Les JourdanGuillaume et François, ont commencé leur carrière, il y a belle lurette à l’école de rugby et sont les joueurs cadres de l’équipe réserve, micro-société anonyme mais ö combien essentielle ; tous les deux jouent en première ligne, au sens propre comme au sens figuré. Frerre JourdanGuillaume, le plus vieux, déjà 36 ans, supporte son cadet comme pilier : dur au mal et toujours dans les bons coups, il assure et rassure ses partenaires, sa gentillesse et son sérieux le rendent toujours disponible aux autres ; François est à l’honneur comme talonneur, le fer de lance  d’un pack mobile, à la pointe du combat grâce à un abattage de tous les instants, son côté artiste et fantaisiste le singularise : ces deux là s’entendent  à la perfection pour faire déjouer leurs adversaires. 

Frere Legrand (1)Les Legrand, Cyril, Vincent et Xavier, ont toujours côtoyé les bancs de l’école de rugby et sont passés par toutes les équipe de jeunes. Cyril, l’aîné, 26 ans, après avoir connu un sérieux pépin à l’épaule, évolue en troisième ligne de l’équipe 2, joueur cadre avec les frères pré-cités : ses grandes chevauchées et son expérience (il fut plusieurs fois champions de Normandie et a joué plusieurs saisons en nationale 3) sont appréciés et son jeune fils qui commence lui aussi l’école de rugby bénéficiera de ses leçons. Frere LegrandVincent, le second est une perle pour un club : membre actif de toutes les manifestations et éducateur des moins de 11 ans, toujours disponible pour les autres, d’une générosité exceptionnelle tant dans la vie que sur le terrain, il passe du talonnage au poste de troisième ligne avec le même bonheur malgré son petit gabarit: un des poumons de l’équipe première et un garçon exemplaire. Xavier, le petit dernier, est une force de la nature : solide gaillard qui vient de reprendre le rugby après une année sabbatique,  capable de percer un rideau défensif, de franchir la ligne d’avantage avec fougue et volonté, Xavier devrait faire parler de lui dans les années à venir à condition de s’en donner les moyens car il n’a que 20 ans.

Freres carerre (2)Freres carerre (3)Les Carrère sont nés avec un ballon dans leurs menottes et leur tapis ludique était déjà leur aire de jeu : Anne, la basketteuse, et Richard l’ariégeois, leurs parents, ne pouvaient en faire autrement, sportive et rugbyman qu’ils étaient. Du matin au soir de janvier à décembre, de19 86 à 2009, Antoine, Mathieu et Paul ont pensé et joué rugby toute leur enfance et adolescence, connaissant toutes les sélections régionales. Antoine, l’aîné qui n’a que 23 ans, le brun, est un athlète qui s’est égaré au rugby pour le plus grand plaisir de ses éducateurs successifs, sa vitesse et son physique faisaient la différence dans toutes les équipes de jeunes comme elle le fait encore en séniors, mais moins souvent, il commence à être connu le bougre. Le défi physique et ses charges en ont fait trembler plus d’un. Freres carerreMathieu, le blond, le suit d’un an, lui aussi est doté d’un physique intéressant, ses courses solitaires, ses impacts musclés, font  de lui aujourd’hui  le meilleur marqueur du championnat Honneur avec huit essais; il a tous les atouts pour être un des points forts de son équipe mais fantasque et provocateur, il est encore capable perdre les pédales : concentration, maîtrise de soi et attention pourraient le rendre plus redoutable encore. Freres carerre (1)Paul, le dernier de la couvée, à peine 20 ans, le châtain,  joue déjà en première depuis la saison dernière a un poste clé, il vit et respire rugby ; sa lecture du jeu, son sens des initiatives l’ont propulsé au poste d’ouvreur : il sait presque tout faire : prendre des trous et en sortir, feinter et passer, jouer au pied et défendre : un homme orchestre qui, pour sa jeunesse, montre  une rare élégance, à condition de ne pas tomber dans quelques travers imputables à son âge.

Partenaires Internet 2020