« BERNARDIX LE PALOIS, …

 Nanard (5) 

 

OUPS LE RISLOIS »

 

20102011seniors Bernard en famille

 

DOUDOU 9Bernardix est tombé dedans quand il était petit : un enfant de la balle comme l’on dit, son père et bon nombre de membres de sa famille pratiquaient le Rugby (roulez les R , svp ) en terre d’Ovalie, plus au Sud, là où finalement notre sport, arrivé par Le Havre en France,  a fixé ses racines et pris véritablement son essor, car notre gaulois est béarnais et tout le monde sait maintenant grâce à la Tournée de l’école de rugby de la saison dernière qu’il est né à l’ombre du château de la cité paloise et qu’il s’est engagé très tôt dans les cohortes de la Section qu’il supporte toujours ( le Vieux Renard est encore Vert ) avant d’émigrer pour des conquêtes estudiantines et professionnelles.DOUDOU 2

Toujours aussi passionné, la potion … et l’âge le stimulent encore davantage, le noble amateur et le bénévole très professionnel se gorge de rugby jusqu’à l’ivresse, le mardi, le vendredi, le samedi et le dimanche, comme à ses débuts, d’abord comme éducateur où sa fibre de pédagogue et son expérience acquise depuis des lustres lui assurent l’autorité nécessaire auprès de sa nombreuse légion des moins de 11 et comme joueur exemplaire depuis son arrivée au RCPA après avoir donné le meilleur de lui-même chez nos amis brionnais.  Nanard (1)

Nanard (2)Le samedi avec Franck et Vincent, il dispense donc son savoir avec l’enthousiasme, le sérieux, l’humour et la rigueur indispensables aux futures générations de rislois bleus et rouges  et vertes et noires : il est tour à tour secrétaire, rassembleur, organisateur,  covoitureur du BAR, animateur infatigable, cheville  ouvrière du regroupement de la Vallée Risloise avec son compère  Johann, toujours sur le pont et prêt à rendre service lui aussi.

Le dimanche, comme joueur, il se dépense sans compter aux quatre coins du terrain  en montrant l’exemple, son panache blanc galvanise les jeunes pousses, son esprit de sacrifice ( sacré défenseur) et son expérience  le positionnent à toutes les places stratégiques ( les blessures  ne l’ont pas épargné la saison dernière) mais son goût des autres, l’amitié, la solidarité ne l’éloignent pas longtemps des terrains car il sait que le temps lui est compté : il savoure jusqu’à l’envie ces derniers moments de rugbyman en transmettant sa ferveur, sa fièvre du ballon ovale, ce virus à tous ceux qu’il côtoie, en commençant par ses deux adorables petites filles qu’il espère bien un jour retrouver dans les catégories « poussins, benjamins, minimes » … vu qu’elles sont également tombées dans le chaudron : Ils sont fous ces palois euh ces rislois !

Partenaires Internet 2020