Hommage à

 

Emmanuel Legrix, notre ami 

 

ManuLegrix1« Emmanuel Legrix, Manu, notre ami, notre ancien partenaire de jeu et de vie, nous a quittés le week-end dernier dans sa 46ème année, trop subitement, trop brutalement. A l’image de la dureté de la vie, qui a frappé toute sa famille, bien plus souvent qu’à leur tour. Bien trop souvent.

Difficile de résumer en quelques lignes la vie d’un homme pas banal, d’un ami qui a compté dans votre existence. Manu a été un membre totalement impliqué dans la vie du RCPA pendant plus de deux décennies. Il a défendu les couleurs du club, avec le haut degré d’exigence qui était le sien en toutes circonstances, pendant toutes ses années de présence au club. Tout petit, il traîna sur  les bords du stade Saint Paul, avec son beauf Jean Luc Plessy, à l’époque où René présidait les destinées du club. A Saint-Ouen, il eut la chance de croiser la route de professeurs tels Jean Pierre Urnous, Jean Pierre Ciminato et bien sûr Marcel Sénioris. La culture rugbystique très marquée à Saint-Ouen l’amena tout naturellement à rejoindre le RCPA au début de l’adolescence, où Rodolphe, Fred,  Bertrand, Toto et tous les autres, nous l’attendions pour l’accueillir au sein de notre équipe. Bon nombre de jeunes de l’école de rugby sortaient tout droit du collège Saint Ouen, où il était de bon ton de se tourner vers la balle ovale. ManuLegrix4C’est l’âge où nous commencions à jouer à 15, l’âge où l’esprit d’équipe se forge. Manu s’installa naturellement au poste de premier centre, poste qu’il ne quitta que très rarement que pour occuper un poste à l’aile des équipes dans lesquelles il joua. Ses meilleurs souvenirs furent ses années juniors et seniors autour des Paf, Boris, Johann, Loïc, Rodolphe, Dub, Franck, Nico, Fred et tous les autres. Manu n’était pas rapide, je crois même que c’est lui qui a créé le ralenti ou la loupe que nous voyons dans les retransmissions sportives, ce qui faisait rire souvent tous ses potes et partenaires qui aimaient le chambrer avec cela. Son étonnante course, toute en genoux poitrine, fut même je crois étudiée à l’INSEP dans les années 90. La tête haute, il aimait prendre son temps donc, pour décaler son ailier. Cela lui laissait le temps de regarder sur la touche, des fois qu’une jolie blonde le remarquât. Il avait la vista comme on dit. Son point fort était la défense et le combat. Il n’était pas contre une petite boîte discrète, pour faire dégoupiller l’adversaire. Dès qu’on lui touchait le dos, son bras partait immédiatement, ce qui lui valut le surnom de BIGJIM, de la part de ses amis toujours à l’affût. Il aimait le plaquage et la vanne pour déstabiliser son vis-à-vis. Des années 80 au début des années 2000, Manu défendit les couleurs du RCPA, avec les valeurs qui étaient les siennes, la fidélité, le sens de l’engagement, l’exigence, la solidarité. Ne ratant jamais un entraînement, équipier modèle,  il fut remarqué tout naturellement par notre fidèle sponsor, la Caisse d’épargne.ManuLegrix2

Il fit ses armes à mes côtés tous les étés au guichet de l’agence de Pont-Audemer, où nous faisions chaque mois, un classement des plus belles clientes sous le regard amusé de Thierry Bourgeois le Directeur, qui nous surveillait avec ses caméras depuis son bureau.  Manu fit une carrière des plus réussies  en tant que Directeur de nombreuses agences de l’Ecureuil dans toute la Normandie. Tout cela il ne le dut qu’à lui-même. Très sérieux, très travailleur, il se donna les moyens de réussir pour rendre fier toute sa famille : Séverine, sa femme, Mathéo et Lison, ses enfants, qu’il couvait de tout son amour, mais aussi toute la famille Legrix, Pépin, Plessy, sa famille de toujours. Ces gens biens, qui ont fait ce qu’il était.

ManuLegrix3Toujours impeccable, bien habillé, Manu avait parfois l’image d’un homme sérieux, mais c’était ne pas le connaître. Manu savait être très drôle, très déconneur, très fêtard. Jeune,  à bord de sa célèbre Talbot Samba blanche, Manu arpentait les rues de Pont-Audemer, Ray Ban et sourire charmeur, prêt à répondre au regard d’une jolie blonde. Il faisait effectivement une fixation sur les blondes, ce qui avait le mérite de laisser au moins les brunes à ses amis.

Des blondes aussi,  il aimait en déguster au Palais de la Bière, lieu incontournable, du début des soirs de fêtes. Le rituel, Palais, Entraînement, Club house, Chapati, Fief, n’avait plus de secret pour lui comme pour nous. La Samba savait toujours nous ramener à Saint Germain Village. L’étalon de la Roquette rentrait rarement bredouille.

Manu avait un goût prononcé pour les bonnes et belles choses de la vie. Il aimait par-dessus tout, sa femme, ses enfants et sa famille. C’était un passionné de Musique, de concerts, de Formule 1 et de rugby, qui nous a réunis.

Au rugby, Manu n’était pas rapide, cela nous faisait rire…

Tu es parti trop vite cette fois, cela nous fait pleurer…

Toutes mes pensées vont vers Séverine, Lison, Mathéo, Odile, Raymonde, Jean Claude, Jean Luc, ses nièces et neveux, toute sa famille et ceux qui l’aiment. »

Manou Gréco

Partenaires Internet 2020