« Y’A QUE LACAILLE  QUI M’AILLE »

LacailleQuiMaille (2)

LacailleQuiMaille (1)Hugo Lacaille ne s’est pas encore fait un nom à l’instar de notre célèbre écrivain Victor, ni un prénom à l’instar de notre auteur de BD favori Pratt, mais depuis le temps que cette petite canaille fréquente l’école de rugby depuis 2002 sans interruption, notre beuzevillais est d’une notoriété sans failles au sein de notre cher club - il n’a que vingt printemps- et s’y sent comme chez lui, entouré d’un nombre d’amis inséparables que sa timidité, sa gentillesse et sa discrétion ne laissent pas indifférents.LacailleQuiMaille (3)

Lacaille est un nom de famille peu présent en Normandie : nom topographique issu du gaulois « caljo » caillou désignant un lieu caillouteux ou nom caractéristique du domaine dans le midi, ce nom désigne « le lait caillé », surnom qui s'est applique aux marchands de fromage - ; ce substantif peut aussi représenter le nom de l'oiseau « caille » forme avec l'article issu du latin quacula, surnom donné à une personne dodue ou d'esprit frivole, c’est sans doute pour ces raisons que notre Hugo au patronyme si polysémique est poly formes : son esprit de camaraderie, sa facilité à vivre en groupe, sa sociabilité si appréciée, son respect, son optimisme contrebalancent un peu son sens bordélique, son appétit de fête très  convivial et exacerbé : les copains, c'est sacré !LacailleQuiMaille (4)

Lacaille y ment : ce n’est pas un alligator au rugby : il n’a pas suffisamment les crocs défensivement : une témérité minimum et un manque évident de confiance en lui qui nuisent à son éclosion mais le temps travaille pour lui : il a la peau dure notre croco. Il faut dire que notre reptile est fluet, fragile, élégant et adroit balle en mains, que son jeu au pied est précis et long, que sa technique individuelle et sa lecture des phases stratégiques ou tactiques, à sa place d’ouvreur ou d’arrière, le mettent en évidence dans toutes les situations positives ou critiques. Initié dès son plus jeune âge par Manu Mordant, suivi par Jocelyne et Philippe, ses parents, mordus et premiers supporters des Rouges et Bleus et de l’équipe de France, à l’occasion de chaque tournoi, de chaque fête, il a été bercé par la passion partagée de l’ovale. Sportif et passionné de sports- il préférait déjà le sport à la télé plutôt que les dessins animés - il possède tous les abonnements qui lui permettent avec frénésie de ne rien rater des événements majeurs.LacailleQuiMaille (7)

LacailleQuiMaille (6)Lacaille vole maintenant de ses propres ailes, après une scolarité poussée par un vent calme et un BTS NRC en juin 2016, il a quitté le nid familial et douillet pour une place de commercial à Caen chez ENGIE  et pourtant, notre homme d’affaire n’avait pas la fibre du commerce, dans son enfance, lors d’une foire à tout locale, il avait vendu les barbies de sa grande sœur un euro les quatre au lieu de cinq euros ou dix l’unité. Notre volaille ne met pas tous ses petits œufs dans le même panier.LacailleQuiMaille (5)

Lacaille As ! Ne lui jetez pas la pierre ! Tête en l’air, notre sympathique phénomène oublie régulièrement ses clés, passe des heures à attendre devant la maison, ou échange sans s’en rendre compte le pass’ autoroute avec celui des parents, de ses copains - copines et se retrouve avec des factures importantes sans comprendre. Pour s’habiller, le rêveur Hugo prend les vêtements à sa portée, s’habille avec le pull de sa mère ou les chaussettes de son père, et dit qu’il a de nouveaux vêtements pendant que sa mère se désespère de ne pas retrouver son pull et que son père cherche ses chaussettes partout…un « gravier » de défaut dans un mètre cube de pierres précieuses.

Si vous demandez à notre ami si  ça va, sa réponse invariablement jaillit: "impeccable " même quand ça ne va pas. Secret, nonchalant mais attachant, notre brun garçon ne contrarie jamais son entourage. Allez Hugo, sors de ta réserve, marque ton territoire, affirme toi au pays des HugoLand ! Pourvu que la moutarde ne lui monte pas au nez ! Ca va bientôt piquer !

 

TI-GUY L’AN NEUF

Tigui8

Tigui2Ça sentait le sapin, l’année fastueuse 2016 égrainait ses derniers matches, tournois ou entraînements et Guillaume Letellier, l’un de nos « nouveaux » éducateurs, plus connu sous le pseudo de Ti-Guy depuis son passage chez les cadets ou juniors, n’a pas à avoir les boules… la guirlande de ses investissements est bien allumée et les cadeaux des étrennes s’annoncent très appréciés.Tigui4

Spectateur d’une rencontre avec l’ami de toujours Thomas Delavaze, son premier Père Noël fut Pierre Gouriou, notre secrétaire « man in black » en cadets dès 91 puis vint Jeff Dreyer, maître chocolatier des moins de 18, ancien président du RCPA et membre du comité territorial, qui lui fit vivre son premier quart de final de championnats de France juniors au sein d’un groupe enthousiaste et généreux autant de « présents » qui le poussèrent en 2015 à retrouver le club avec toute sa famille : ses deux fils Gildas et Gabin, sa fille Jehanne ( joueuse et éducatrice) et même Maryline, sa tendre et chère épouse qui trouve toujours à s’occuper des nombreuses tâches de l’EDR : Letellier, son patronyme représente un nom de métier qui désigne le fabricant de toile, le tisserand : notre Ti Guy a tissé sa toile, ça c’est sûr. Sa formation comme « éducateur » avec sa fille Jehanne lui permettent d’assouvir dorénavant sa passion… huit ans de rugby, ça laisse des traces et des épines : son genou, son épaule et des raisons professionnelles et familiales l’ayant obligé à remiser ses crampons dans le coffre à jouets momentanément.Tigui10

Tigui6Ty-Guy lent neuf ? Mais voilà, notre généreux costaud ne jouait pas demi de mêlée malgré ce titre de circonstances : son gabarit, sa taille, son poids le prédisposaient à accomplir des tâches plus obscures, plus collectives et combattives ; notre discret gaillard trouva sa place sur le front, en première ligne, là où ça se jauge, se cherche, s’empoigne, se triture, se malaxe, bref là où commence le rugby bien avant que le demi de mêlée ne se mette en évidence. Tigui9Pilier : Prop comme le nomment nos meilleurs ennemis, notre Monsieur Prop fait le ménage, lessive, essore en respectant les cycles de lavage, convoite la savonnette, l’arrache ou la protège : certes il n’est pas sur le devant de la scène, n’accomplit pas de chevauchées, de percées comme le « sou » neuf mais c'est à cela que l'on reconnaît les personnes qui s'investissent beaucoup sans demander de contrepartie... Ty – Guy le bien nommé puisqu’en breton « Ty » signifie maison, la mêlée n’est-elle pas du rugbyman.  Guillaume Jourdan, les frères Malek, Bingo, Lagarrigue, le pin’s peuvent témoigner de sa robustesse et de son engagement.  Un « number » one ou un « trie » man aujourd’hui en tant qu’éducateur ( responsable avants des U 14 de Guigui de Saint Mards et référent des jeunes filles ) comme au cœur du combat.20172018semaine22artilcesfeminines

D'une grande gentillesse, d’une disponibilité exemplaire et d’un respect profond, notre quadra, mi Hells Angel, mi Confucius, sait transmettre son savoir et son acquis avec l’envie de bien faire sans forcer la voix mais avec tact et douceur: la preuve toute sa tribu l’a rejoint pour ce nouveau défi. La famille, bien sûr, le jardin, les promenades à pied, les bonnes choses comblent ce garçon un peu gourmand et un peu têtu et obstiné… il faut bien lui trouver quelques défauts à ce Ti Guillaume est le Conquérant. Alors n’hésitez pas à vous embrasser sous l’ombre de Ti-Guy, ça vous portera bonheur pour 2017 : «  Avec le temps et la patience, la feuille du mûrier devient de la soie ». [Proverbe chinois]

 

TRANQUILLE COMME BAPTISTE 

 

TranquilleBAPTISTE (1)Le « pape » Benoît Seys n’est pas encore mort­-l’autre oui-, portrait XXXIV : « Habemus Papam»:http://rugbyclubpontaudemer.free.fr/index.php?option=com_content&task=view&id=1072&Itemid=82, mais il a un Bon fils -. Sommes-nous revenus à l’époque des Borgias, des Médicis, non bien sûr, François, pas le François français mais l’argentin- pays du football privilégié par le père et le fils lors de leur jeunesse égarée - ne le tolérerait pas - et le petit Baptiste baptisé très tôt Titou par sa sainteté est bien le clone de son papa de pape, il marche - non pas sur l’eau- mais sur ses traces divines.TranquilleBAPTISTE (2)

Calme, paisible, timide, réservé, tranquille bien sûr, en un mot Serin en apparence, Baptiste écume, grésille, bouillonne, bout de l’intérieur. Titou  commença comme gardien de but dans les catégories jeunes du CAPA foot comme son paternel, mais à force de tourner en rond dans la cage, de côtoyer les terrains de rugby du Parc des Sports où sévissait son géniteur et ses nombreux amis rugbymen, il rejoignit les moins de 11 ans sous la férule d’Eric Oper qu’il ne quitta qu’à l’orée des séniors pour un break de quelques années. Le « Big Ben » suivit son rejeton tout au long de sa formation ; Le petit Titou, tutti quanti, joua à tous les postes, passant de demi d’ouverture à trois quart-centre ou ailier, de deuxième ligne à  la troisième tant le garçon était disponible, athlétique et réceptif. Vous pensez donc bien que Titou, Lamaison Rouge et Bleue, il connaît.TranquilleBAPTISTE (4)

TranquilleBAPTISTE (3)Depuis le milieu de la saison dernière, Baptiste fait le bonheur des équipes séniors : un passage obligé par l’équipe réserve et après quelques matches, les automatismes sont revenus sous la houlette de Tex et des Stéphane. Le gaillard, un beau Poirot, devient au fil des rencontres indispensable au rendement de l’équipe ; son potentiel n’est pas encore au maximum ni en seconde latte ni en troisième; perfectionniste dans tous les domaines, il ne demande qu’à apprendre ; très exigeant avec lui-même et envers les autres - ce qui peut déplaire-, il n'est jamais satisfait de ce qu'il produit (normal pour un jeune agriculteur) et pense que cela pourrait être mieux. Adroit, avec ses mains comme avec ses pieds, il se déplace avec aisance et intelligence, participe avec clairvoyance aux bonnes actions, se montre généreux dans le combat et tire la langue sur le côté quand il agit sur le terrain comme Benoît - les deux B-, il ne lui manque que la flamboyante moustache. Au dire de son papa poule, il manque encore de rugosité, de vice et d’agressivité mais Linda, sa maman, se contentera de retrouver son fils entier et toujours aussi beau. Un tendre quoi, qui a séduit la belle AmandineTranquilleBAPTISTE (6)

TranquilleBAPTISTE (7)Très sociable, toujours le sourire, les yeux bleus pétillants de malice, Titou, bon vivant et toujours de bonne humeur, aime plaisanter et taquiner les gens. Mais au travail, il se révèle  très courageux, droit et honnête et adore la besogne : se dépenser pour lui, pour les siens  comme pour les autres car Baptiste Seys ne considère rien comme acquis. Pour lui tout se mérite grâce au travail et au dur labeur ! Ça tombe bien  car son métier est un investissement de tous les instants. TranquilleBAPTISTE (5)Seys est un nom flamand qui signifie armée victorieuse : il nous faudrait alors d’autres soldats de sa trempe.

 

LEBOURG   SAIN

 

LebourSain3

 

« Mon bon Monsieur, Apprenez que tout flatteur. Vit aux dépens de celui qui l'écoute : Cette leçon vaut bien un fromage, sans doute. » 

Fables, Jean de La Fontaine, 1868, livre premier, fable II

 

LebourSain5On ne va pas en faire un fromage mais Antoine Lebourg est un jeune joueur de vingt ans affiné au club depuis plus de dix saisons qui « pue » le rugby mais qui n’est pas encore à maturation. Sa puissance,  sa vélocité, son  adresse, son intelligence de jeu pourraient définitivement l’installer sur le plateau de l’équipe première et à plusieurs postes, svp, mais il n’est pas « pressé » : une « bonne pâte » qui demandera plus de fermentation : nos fromagers locaux sauront le préserver de la moisissure et le former à la louche. D’ailleurs son prénom qui signifie en latin « inestimable » provient du mot grec anthos qui signifie "fleur" : une « croûte » fleurie donc  qui ajoute à la texture et aux saveurs de notre gaillard un AOP original tant il est apprécié autour de la table des amis rugbyphiles pour son humour, ses jeux de mots, sa moquerie spirituelle.LebourSain4

 

Difficile d’échapper au rugby pour notre moulant rugbyman: Antoine est le cousin de Paul Taurin, de Wilfried Wacrenier, de  Jean-Louis Vollais, de Charlotte Wacrenier, de Toto (le plus crémeux) et neveu de Dominique Raymond (le plus persillé), tous ayant ou ayant eu un lien avec le RCPA. Trop pressé de sortir, notre « coulant  claquos » devait naître en octobre mais il naquit un 11  septembre (le même jour que sa Môman) mais en 1996 à… Lisieux, pays d’Auge, évidemment… Pont L’évêque, Livarot, Camembert ne sont pas loin. Il fréquenta rapidement les laitiers et crémiers du cru pendant son enfance et sa  scolarité : collège de Manneville : le matheux Rodolphe Delahaye, lycée Jacques Prévert : l’historien-géographe Bibis, le « technologue » Fabrice Jaÿ, le méthodique Patrick Baril en maths et l’inévitable pédagogue et technicien Nico Cuisson en EPS. Aujourd’hui titulaire d'un BTS SIM, notre « produit laitier »  est à la recherche d'un CDI. 

LebourSain1

 

LebourSain7Trop « pasteurisé » : sympathique, enthousiaste, généreux et toujours bienveillant, ce « pacifique » dans l'âme déteste les conflits et ne mérite pas le suffixe que l’on pourrait lui coller : Le bourg pif, pardon le « bourre pif » et c’est bien là une de ses faiblesses, il manque d’agressivité, de méchanceté, de pugnacité, une des raisons qui le fit arrêter prématurément (encore) le judo pour rejoindre sa « famille » où le petit Tautau, Paul, sévissait : la bande des mèches blondes comptait un membre de plus. Polyvalent, au gré des catégories, vaches, chèvre ou brebis et des formes, rondes, carrées ou ovales, une part de pilier, une portion de centre, un morceau de 3ème ligne, et capitaine en U 16 -  sauf capitaine de soirée-, le pudique et introverti Antoine se forge grâce au rugby une autre étiquette plus en rapport avec  l’homme en devenir et le « douillet » (comme le précise la tante cerfeuil de Tautau « quand il n'a pas mal au cul il a mal à l'œil !!!) devra s’affirmer pour continuer d’avancer auprès de sa Manon préférée pour « couler » des jours heureux. LebourSain6

Notre ami va sans doute boire du petit lait à lire son portrait : il sait ce qu’il doit faire pour grandir : Lebourg sain oui mais Lebourg pif, paf, pouf ce serait plus profitable à notre « fruitière ». Bonne dégustation avec un p’tit verre de vin. (À consommer avec modération et délectation). Aillé, c’est fini !( p'têtr un futur pilier)

NB : Au Pays des fromages, entre treize  et dix-sept heures sur le pré du Parc des Sports, les supporters rislois apprécient Lebourg sain mais les vrais joyaux fromagers de notre patrimoine excellent chez notre moustachu propriétaire d’ « Au Fromage Blanc », au 78 rue de la République à Pont Audemer, partenaire historique de nos couleurs. Alors un détour s’impose pour achever ce copieux portrait !

Partenaires Internet 2022