PORTRAIT XXXV

 

 

BEN ET FILS

 

BenLes bons comptes font les bons amis et notre règlement de compte du jour vient à propos puisque Benoît Feuilly, comptable de formation, fait partie comme un grand nombre des « coffres » ouverts au RCPA, de ses indispensables et incontournables « clients et banquiers » qui le font vivre avec intégrité et sans bénéfice personnel. Comme bien d’autres, cette passion  qui le dévore, il l’a découverte au « siège » du rugby local à ses débuts le Collège Saint Ouen avant de rejoindre le club dans les équipes de jeunes.Ben et la reserve championne de Normandie

Petit, fluet et timide, rien ne prédisposait « Ben »à pratiquer « ce sport de voyous » si ce ne n'est qu'il était gentleman: sa vitesse, sa volonté et surtout son enthousiasme- qui ne s’est jamais démenti- compensaient son gabarit « passe-partout ». Le début de sa carrière le fixa rapidement derrière les gros « guichets » dans la ligne des trois-quarts : tour à tour, centre ou ailier, sa technique, son adresse, son élégance balle en main, sa présence rassurante et son agilité apportaient le supplément d’âme à son équipe réserve dont il fut un leader et un pilier. Passionné, il s’exila à l’aile où la vie est plus belle-paraît-il- et en profita le plus longtemps possible tout en suivant une formation d’éducateurs et en s’impliquant très tôt au rayonnement de notre école de rugby.Ben et le repas des educateurs

Benoît ne donne pas dans la gesticulation, ni verbale ni physique, discret et disponible, calme voire timoré, tempéré, et avec ses amis Franck, Fabrice, Paco, Rico, Yohann… il a démontré depuis déjà une bonne dizaine d’années que sa philosophie de vie et du rugby  apportaient beaucoup aux enfants en particulier aux moins de 11, 13 qu’il vient de délaisser pour suivre enfin une catégorie supérieure au jeu plus élaboré qu’il avait forgées en dessous et dont il récupère les dividendes.

Ben et les moins de 13 2010Sa sagesse en fait un garçon exemplaire : délaissant un métier de comptable lucratif mais qui ne l’intéressait guère pour devenir cadre éducatif au collège agricole de Tourville. A 39 ans, il coule des jours heureux et paisibles auprès de sa discrète et serviable Stéphanie, son épouse, et leurs deux fils : Gabin et le petit Lucas fraîchement arrivé. Toujours fidèle, il est des acteurs principaux de cette école de rugby respectée et réputée : il organise les goûters, les repas d’éducateurs, les tournées, anime les stages, il est le responsable de la commission Rires et Chansons, si chère à Layote et Elvis, des maîtres en la matière et cette saison,  il est entré au bureau : le club peut lui signer un chèque en blanc en toutes circonstances tellement il est gratuitement « rentable ».

Ben et fils n’ont pas fini d’ « investir » le RCPA et c’est tant mieux, tant son « crédit » est important !

Jordy 2 

JORDYLAND

 

 Jordy 1Au pays de Jordy, tout n’est pas si Rose, ni tout Noir d’ailleurs, et pourtant ce moins de 15 ans qui a débuté le rugby en Rouge et Bleu et en septembre vit presque un conte de fée. Lui, Jordy Massounga, le jeune prodige du foot d’origine congolaise, vedette du BAC, est venu tâter de l’ovale par « filiation ». Depuis deux ans, M. et Mme Roussel, les parents de notre célèbre fée Clarisse du pays des Merveilles, en vain, essayaient de  débaucher ce fan de l’OM, cet athlète aux qualités naturelles certaines : rapidité, adresse, puissance…mais notre bébé Pelé n’avait d’yeux que pour le ballon rond.

            Le troisième trimestre « rugby » du collège Saint Ouen et son mentor Thomas Péron allaient donner ce petit coup de pouce supplémentaire à cet environnement déjà très favorable : au début de la saison, il franchissait le « Rugbycond » - l’herbe est toujours plus Verte ailleurs- : Fabrice et Benoît héritaient d’un diamant brut à tailler et ciseler avec précautions ; son intégration se fit rapidement au sein d’un groupe expérimenté et homogène qui participait au championnat territorial à XV : les courses, les placements, les techniques individuelles et collectives, le sens du jeu et surtout l’envie confirment ses gros progrès à chaque sortie. Jordy découvre, apprend vite, tire des leçons de chacune de ses séances, se prend en charge et se retrouve maintenant impliqué totalement dans son nouveau sport et son nouveau club. Jordy 4

            Au Pays de « Jordyland », tout est jeux et facéties : Grand ado en quête d’identité, malicieux et taquin, très puéril et joueur, Jordy ne se fait pas que des amis, il n’est jamais tout Blanc mais il n’est jamais méchant et a surtout besoin d’exister et d’être valorisé ; sa gentillesse, sa naïveté et sa timidité prévalent mais peuvent le déstabiliser et le désorienter. L’expérience de sa première  tournée rugby  à Flamanville illustre bien ce caractère ludique et franc : Jordy a paradoxalement besoin de lumière pour dormir, ses camarades de dortoir ne pouvaient trouver le sommeil et le chambrèrent toute la nuit ; sa super casquette et ses lunettes ray-ban de riders arborées tout le long de cette tournée furent très convoitées par ses potes jaloux et l’ami Fabrice entendit ces deux jours une plainte devenue célèbre : « Coach, ils ont pris ma casquette !», une « cap » qui mit tout le monde au comble de la bonne humeur !Jordy 3

            Le rugby et ses nouveaux amis peuvent aider Jordy à grandir : « Ecole de Rugby, Ecole de la vie » : c’est tout le bien que l’on peut souhaiter à ce garçon si attachant et volontaire qui sourit aux couleurs de la Vie: devenir un homme respecté, respectable et respectueux. Un « arc en ciel » pour une équipe, ce Jordy !

MANU ET FRANCK MORDANT:

LES « ECUREUILS » Mordant

 

les jeunes ecureuils in england

 

ONT TOUJOURS

DU PANACHE

 

Marcel 2La « Caisse d'Epargne » fut à une époque pas si lointaine le refuge douillet où les jeunes rugbymen cherchaient un « placement professionnel »  sûr et garanti pour planquer leurs « noisettes » : Manu Mordant et son frère Franck - qui ne roulent pas leur Caisse et n’Epargnent pas leur temps -  firent école puisque suivirent des couvées successives Fred Eude, Marie Pierre Petit, Mickaël Legrix, Bruno Lovrensec... et même quelques directeurs finirent par rejoindre ses rangs Marc Traverse  et  Didier Lebourgeois en tant que dirigeants.

Nos deux « mammifères » du jour, Manu, aujourd'hui directeur d'agence à Honfleur et Franck, conseiller financier à Pont Audemer, s'illustrèrent sous le maillot Rouge et Bleu, il y a déjà des lustres empanachées, mais ils n'en gardent pas moins des liens solides avec le RCPA  du président Hamel avec lequel ils partagèrent une sacrée tranche de vie d'ailleurs. L'aîné  est membre du bureau ; le cadet fut à la relance de l'école de rugby moribonde dans les années 2000 et suit fidèlement les matches des séniors et de ses anciens « élèves ».    

Les deux frères débutèrent leur carrière à l'école de rugby avant d'évoluer en séniors dans les années 80- 90, ces inséparables menèrent pourtant des trajectoires complémentaires dans leur vie de joueur : Manu aimait le combat, la lutte et les contacts  et se positionna naturellement malgré un petit gabarit en seconde ligne, son envie et sa polyvalence le virent également en pilier et en troisième ligne : ce travailleur obscur, solidaire et vaillant dans les mêlées et regroupements était plaqueur efficace et constant ; Franck, plus mobile et véloce, aimait le beau jeu et  jouait les Jo Maso, les Sella ou les Castagnède à tous les postes des lignes arrières : son sens du placement et du jeu , son coup de pied précis de déplacement, ses feintes de passe syncopées en imposaient.

Manu ne ratait aucun match ; une semaine avant son mariage, il participait au fabuleux Tournoi International de Caen, deux jours durant, son enthousiasme le poussa à la débauche -pardon Fabienne-  sur un regroupement anodin, il ne se releva pas, verdict sans appel : entorse du genou, plâtre et immobilisation, le futur jeune marié rejoignit sa compagne le dimanche suivant devant le maire avec une attelle et des béquilles – au moins Fabienne  fut sûre que l’écureuil ne serait pas volage un temps du moins. Manu et la tournee

Franck tourne le dos au rugbyFranck est un sportif accompli : vous le croisez encore le foulard sur la tête soit en baskets arpentant le complexe-sans le camping car-, soit au guidon de son VTT formule 1 ; il ne rate aucune compétition sportive  retransmise à la téloche, le « shooté » sports devient pantouflard mais sa passion cachée est le football : du Platini, du Maradona, du Ronaldo sommeille en lui et les soirs d’entraînements  de fin de saison équivalaient pour lui au Parc des Princes, mieux au SDF.

Responsables dans la vie comme sur le terrain et en dehors, tous les deux exercèrent ou exercent  des fonctions au bureau ; Manu est, depuis son arrêt de joueur, toujours membre du bureau – ancien trésorier-, s'occupe activement de l'association des Anciens et des anniversaires du club- les 45 approchent- il  encadre en tant que dirigeant les équipes séniors le dimanche et gère le traditionnel repas des anciens avec son ami Fred ; Franck, ancien membre du bureau,  fut longtemps le catalyseur d'une école de rugby renaissante et le maître d'œuvre des échanges et des tours avec ses compères Layote et Fabrice- Chard RFC  restera une tournée inoubliable et légendaire pour les 110 membres du club qui s'embarquèrent dans les deux cars Outre manche.

Les frangins  aujourd’hui presque retraités profitent enfin de leurs familles : Manu est toujours surveillé par la fidèle Fabienne et ses enfants Jonathan, Emilie et Marie, les deux aînés anciens pratiquants, l’accompagnent les jours de matches ; Jannick couve toujours son écureuil préféré Franck, entourés de leur fils Jérôme et leurs petits enfants.

Sautant de branche en branche de la vie, nos « écureuils » coulent des jours heureux et tranquilles…il faut, comme d’autres espèces, les protéger car ils se font rares !

 

SEB, C’EST BIEN !

 

          Seb2  Sébastien Grémont est un des piliers du RCPA au sens propre comme au sens figuré. Comme tant d’autres, il est un pur produit de l’école de rugby du RCPA, a pratiqué  au sein du lycée Prévert et depuis presque dix ans, déjà, il porte le maillot des équipes séniors avec lesquelles il a connu deux montées en fédérale sous les ères de Jean Phi et Loulou (maître es club) et décroché quelques titres.Seb1

            Comme il est tombé dans la « marmite », son gabarit ne le prédisposait pas à jouer les gazelles, vous le voyez plus à l’aise « mitonner » au cœur des « Cocotes » mais ne vous y fiez pas, Seb, c’est bien… plus qu’un pilier, comme ses compères de la première ligne, les Vincent, Ludo, Alex et autres, ce ne sont plus des cubes pour le «  bouillon » de la mêlée uniquement, ils ont du coffre et se déplacent aux quatre coins du terrain avec aisance, plaquent à tour de bras, feintent les passes, prennent les intervalles, cadrent à merveille, poussent comme des tracteurs et manient la gonflent avec dextérité… le rugby à l’ancienne où le « pilard » (et du cochon ) se déplaçait avec lenteur , de mêlée en regroupement, est bien révolu. Dans ce contexte exposé, face à des performances athlétiques plus exigeantes et face à des plus costauds encore, on comprend que le physique craque : une épaule, un cou, une cheville dernièrement, le dujarrier, la minerve, les béquilles sont l’apanage de notre colosse aux pieds d’argile.Seb4Seb3

            La camaraderie, la discrétion, la patience, la générosité et la simplicité sont son quotidien et ce jeune homme fort, a des ressources tant physiques que morales. Alors Seb, quand tu auras fini de taper le carton, de chambrer tes potes du haut des tribunes, de jouer les acrobates maladroits avec tes cannes ou sans d’ailleurs, rejoins les vite, ils ont besoin de ta sérénité, de ton calme pour multiplier leur potentiel. Seb5Et si vous entendez parler d’un boulot digne de ses compétences de technicien supérieur, enrichi de ses expériences  professionnelles à durée indéterminée, n’hésitez pas à le contacter, il sera comblé. A bon entendeur, car Seb, c’est, décidément vraiment bien.

Partenaires Internet 2022