KIKI RAVI ou LE VELOURS DU RCPA

 

(À consommer sans modération)

 

 Kikiravi

  Kiki le sage    Depuis fin septembre, Alexandre Duny dit Kiki, le fils du Grand Stéphane, éleveur de Trolls à l’école de rugby depuis qu’une vilaine blessure l’a écarté des terrains, est Ravi : la ligne des dix-huit ans franchie, la pointure du 46 dépassée, le quintal bien pesé à la louche, le mètre quatre-vingt dix atteeint, le voilà prêt à disputer sa place en première et comme depuis des années, il renverse tout sur son passage, Loulou, le sorcier rislois, n’hésita pas au lendemain de son anniversaire à le titulariser en équipe fanion à Hérouville en seconde latte, comme son géniteur  qui avait débuté lui aussi à Caen, à Hélitas. Kiki et les moins de 11 de Gaylor

            Dès cinq ans, Sgeg, son papa, avait dû le mettre,  à peine sorti du parc, à l‘école de rugby et depuis tout ce temps, à l’ombre de la silhouette  paternelle,  il piaffait, rongeait son frein sur et hors terrain et gravissait en grandissant toutes les catégories ; le « Minot » tord, bouscule, renverse, écrase, aplatit, triture, malaxe, broie, pourfend les plus petits que lui… mais s’essouffle  aussi rapidement, la carrosserie est robuste, le moteur encore perfectible…tous les éducateurs successifs le façonnèrent, le modelèrent, le transformèrent physiquement et moralement, le « petit » devint « Colosse » et chaque année, il gagnait à force de volonté et de ténacité de l’autonomie et du coffre, son gabarit « hors norme » le propulsa dans les différentes sélections de Normandie et à la section Sport étude de Honfleur.Kiki moins de 17 ans officielle 1 1

            Kiki qui grimaceAlexandre est un joueur encore en devenir : sa puissance dévastatrice, sa masse imposante, sa technique déjà maîtrisée mais aussi son enthousiasme de chérubin, et son tempérament juvénile ont besoin de cette expérience de vieux « briscards » que peuvent lui apporter ses compères du cinq de devant, pour s’épanouir et donner la pleine mesure de son potentiel. « Petit Sgeg » est, sous sa carapace de géant, un taiseux, un tendre, un affectif  que la vie a déjà meurtri mais il explose sur le terrain  comme un gamin de dix-huit ans, généreux et impulsif, il commence à gérer intelligemment ses temps forts et faibles. Kiki et toute une generationKiki se concentre 1Les sages coaches sauront ménager et tirer le meilleur de notre protégé : débuter chez les avants en séniors pour un « jeunot » peut être traumatisant à tous points de vue mais gageons que cette année, on entendra parler de lui : « Allez, c’est parti mon Kiki ! » Kiki est Ravi de partager ces moments avec tous ceux qui l’entourent et il a toute la vie rugbystique devant lui  pour s’’éclater : des anges veillent sur lui pour éviter  de se brûler les ailes, moralement et physiquement. Grâce à lui, comme les Baptiste, Théo, Simon, Alistair, Pika et autres, le RCPA joue bien sur du velours car il a compris depuis longtemps que s’il voulait « vieillir », il fallait « bonifier » sa formation tout en restant humble et laborieux: le millésime de cette rentrée sera à la hauteur des précédents, soyons en sûr.   

 

UN MODELE PERFORMANT :

LA « QUENTIN ROGER »

 

Quentin Roger (1)

 

Quentin Roger (2)Vous hésitez entre la « Harley Davidson », la « Moto Guzzi », ou même la dernière « BMW », sans parler des « japonaises », mais quand vous connaîtrez mieux la « Quentin Roger » qui allie l’élégance et la performance, la puissance et la légèreté, la robustesse et la souplesse de toutes ses rivales, votre choix  sera vite déterminé. Ce jeune homme qui n’a pas encore vingt ans à l’allure juvénile, au carénage athlétique et au solide châssis filiforme cache une mécanique  de précision digne des grandes écuries : discret, réservé et disert dans la vie, lorsqu’il revêt sa combinaison de rugbyman bleue et rouge entre quinze et seize heure trente et son casque de course, ce « pilote » émérite n’est plus le même : transfiguré, métamorphosé, une « bête » de course qui rugit grâce à un moteur de dernière génération surpuissant et que son « team manager » se charge de développer encore pour en faire un cadre indispensable. Quentin Roger (3)

Arrivé de Bernay la saison dernière pour évoluer en fédérale 3, il ne lui fallut qu’un match en réserve puis un autre en moins de 19, pour que ce «  compétiteur  né » intègre la bande à Loulou et depuis il est une pièce maîtresse du moteur rislois, un  des pistons essentiels à sa bonne carburation. La présence de son frère aîné Benjamin au sein du club et de ses nombreux cousins, les Riquier, Vivier et même Roger ainsi que ces années de jeunesse où il jouait avec bonheur dans le Regroupement Risle-Charentonne des Fabrice et Eric favorisa cette transmission rapide. Ses qualités humaines et sportives : l’exemplarité, l’écoute, l’envie et l’humilité firent le reste.Quentin Roger (4)

Ce « modèle racé » évolue en fonction des besoins en seconde ou troisième ligne : sa rapidité et sa mobilité de déplacement, sa vélocité et son explosivité aussi bien défensive qu’offensive, sa consommation dévorante de plaquages, ses prises de balles aériennes et toujours assurées, son intelligence tactique et son sens du jeu, toujours bien placé, respectueux des consignes, sa force mentale lui promettent un bel avenir car le bicker en a encore sous la pédale.

Pour toutes ces raisons, la « Quentin Roger » sera une acquisition intéressante car si notre Homme ne roule pas des mécaniques - il a le « Triumph  »  modeste-  ses performances dominicales plaident largement en sa faveur, lui n’est pas bridé, et commence dans le circuit avec une certaine expérience. Vous l'avez deviné, notre portait du jour n'est pas que passionné de rugby et lorsque vous le croiserez à moto, il ne vous refusera pas un essai- nous non plus d’ailleurs- alors transformez et adoptez ce modèle performant comme toute l'équipe risloise : La «  Quentin Roger » est promise à un bel avenir!  Quentin Roger

 

ELVIS OU LA VERTU:

GOD SAVE THE KING 

 

Elvis3

 

Elvis4La Coupe du monde Rugby 2011 aura eu au moins le mérite de faire sortir « le loup » de la bergerie, Elvis est en effet réapparu un samedi de septembre, au Parc des Sports, entouré des agneaux néophytes et de ses fans, moutons de la première heure. Notre « rocker » favori, alias Pascal Cardon, fut en effet, entre autres, l’initiateur des nombreuses manifestations risloises lors de la Coupe du Monde 2007 en France. Sans doute épuisé par autant de débauches, de dévouement, d’abnégation et d’altruisme pendant quelques saisons, Pascal, comme les plus investis, s’était retiré après les succès de ces moments mémorables : journées d’initiation et découverte d’Inter et de Brico, journées des copains, voyages au Stade de France, édition de calendriers, parrainage, sponsors et   toutes ces réunions préparatoires qui vous empêchent de dormir quand on est passionnés et perfectionnistes. La goutte d’eau qui fit déborder le vase fut sans doute des réclamations de clubs voisins lors du grand rassemblement régional Marcel Sense pour des breloques- récompenses sans doute méritées pour les minots- mais ô combien en chocolat pour tous ceux, comme lui,  qui firent de cette journée un moment de partage sportif et humain, de convivialité et depuis notre « vedette » restait silencieuse, le « rock Eure » au cœur tendre est friable.Elvis9

Refrain, mais toujours d’actualité, notre star du jour, joua ses premières notes à Saint Paul en cadets puis le travail comme « distributeur de tournées » dans les bars-restaurants l’écartèrent des terrains et de sa passion. Deux filles et un garçon plus tard, il revint avec son Adelphe qu’il poussa à répéter ses premières gammes à l’école de rugby. Menant conjointement sa vie familiale, syndicale puis bientôt municipale et jonglant avec des horaires décalés, il trouva le temps de s’épanouir pleinement comme éducateur « teeshirtisé » ou « polairisé » avant de revêtir le « cuir » de dirigeant, jusqu’à satiété et souvent à la sortie de son boulot, il chaussait ses crampons, arborait sa célèbre banane et se paraît de son habit de scène cocardier pour la joie des enfants : militant infatigable.

Elvis2Réservé et discret, patient et attentif , disponible et serviable, notre « chanteur » se multipliait pour régler les mille et un problèmes quotidiens, hebdomadaires ou annuels des plus petits comme des plus grands, sans faire de vagues et sans ostentation... des vertus rares qui en ont fait quelques temps un des piliers du club. Mettant à profit ses différentes casquettes pour rendre service aux différentes communautés et associations qu’il fréquente avec sa bonhomie et son sourire discret, il satisfait généreusement la collectivité  au détriment de sa personne.Elvis10Elvis6

Sans doute un concert de louanges auquel il n’est pas habitué, « l’artiste » à la « banane » mérite plus que cette sortie discrète de la scène, alors Pascal, pourquoi pas une dernière tournée sur tous les stades de Normandie…les plus accros ne décrochent jamais, Fabrice, Benoît, Nicolas…sont toujours au top … le RCPA t’attend et te dis Merci pour tout déjà !Elvis1

Et Elvis versa une larme de plaisir sur sa veste de cuir noir en swingant : « RCPA, always on my mind !».     

 

LE « TITI » RISLOIS

 

Titi 1

 

Titi 4« Titi » pour un gamin qui s’appelle Thierry, quoi de plus logique, de plus naturel …et pourtant Loulou, notre coach, se prénomme Thierry - pourquoi ne lui-a-t-on pas attribué ce sobriquet de « Titi », à lui… et Christophe Orus, notre arrière des années 80, trop tôt disparu, portait lui aussi ce surnom  de « Titi »: à ne rien y comprendre mais ça Titille ;Titi 2

Sans doute, Thierry Hanoy, « Titi », a-t-il porté aussi ce surnom affectif au regard de ce petit canari jaune, personnage de cartoon, qui était la proie préférée des Gros Minets qu’il côtoyait sur les terrains et qui ne lui voulaient pas que du bien : sa blondeur naturelle, ses yeux bleu azur et sa malice pétitillante devaient contribuer à sa réputation. Thierry est né presque en même temps que le club et s'il a attendu quelques années pour fouler la pelouse du Stade Saint Paul, il est resté fidèle toutes ces années au RCPA qu'il a servi en tant que joueur, éducateur et comme dirigeant encore aujourd'hui.Titi 3

«  Titi », c’est enfin, ce garnement des classes populaires, effronté, déluré, dégourdi, farceur et débrouillard dans l’argot parisien, à l’image de Gavroche. Notre « Poulbot Blond » correspond bien à cette définition dithytirambique et vraisemblable, tant elle lui colle à la peau. Plaqueur infatitigable et redouté, il ne laissait pas sa part aux chiens dans les luttes musclées malgré son gabarit de petiti oiseau, de Ouistiti.

« Gueule d’Ange », était avec Denis, l’autre blond, nos deux Rives et se tiraient une bourre pas possible pour être titulaire chaque dimanche en troisième ligne coureur et sécateur : le coach de l’époque, un vieux chauve à lunettes- jouait cette carte à fond, n’hésitant pas à les mettre en concurrence : si bien qu’un vendredi soir, il dut se priver des deux : l’un le genou en vrac, l’autre l’épaule dans le sac…ce qui ne les empêchait pas de terminer au « Fief », repère des rugbymen rislois de l’époque qui résonnent encore de leurs élucubrations. Fétitichiste, « Titi » ne sacrifiait pas le dimanche au rituel de rétrocéder aux en-but franciliens ses « gavages  » excessifs liquides et solides d’avant-veilles, le succès n’était pas garantiti mais l’estomac plus libéré. Il fut le seul à s'être endormi dans sa fameuse Toyota et d'avoir eu gravé sur son front « Toyota » : le volant oreiller laissait sa trace. Le seul à être tombé dans un ruisseau en allant en déplacement à Autun : il demanda à Denis de le sauver de la noyade alors que l'eau lui arrivait à la taille (Gilles, autre blond, ne s'en remit pas !!!). Il fut peut-être aussi le premier capitaine rislois à être sacré champion de Normandie en cadets (1981): Victoire 6 – 3 contre Flers au stade de Caen avec les Loulou, la Tonne, Ben Oper, Samuel Jolly et le coach Mulot (cf. article). Il fut ensuite repéré par les sélectionneurs du comité et envoyé à Narbonne pour un stage.Titi 7

Titi 5« Grande gueule », il égayait de ses bons mots, toujours à propos, de ses phrases maintenant célèbres et de ses saillies cinglantes et grivoises les retours endiablés des deux confréries du car: les Totor et les Mimile, les buveurs de bières et les autres, ceux de devant et ceux de derrière... du car: «  Ma Toyota est tantatique »; « Si ma tante en avait, on l'appellerait mon Oncle " ou bien "Dis toi, le 4: t'as peut-être des couilles au cul mais c'est pas les tiennes!!" Et lorsque le car bouillonnait de plaisir, il entonnait sa légendaire Tytirolienne: «  Par devant, par derrière, tristement comme toujours , en fermant les paupières, elle a connu l'amour, les oiseaux sur les branches, en les voyant s'aimer, leur ont chanté la romance du 14 juillet ...Papapapapapapa !!!"Titi 6

« Gueule cassée »: le Titi ne s'économisait pas sur le terrain comme il n'épargnait pas sa carcasse au boulot, artisan, il menait cette double vie avec cette ardeur et cette passion qui le caractérisent... alors bien trop tôt, il dut délaisser ses coéquipiers, cassé de partout, en puzzle- comme dirait Tatayé- et son pénible métier pour entamer une reconversion ; Monique, fidèle, patiente et aimante, veille à ses côtés, à ramasser les morceaux, lui pardonnant ses écarts. Pendant ces quarante années de bons et loyaux services, il aura connu toutes les présidences, toutes les montées et descentes, les saisons en régionales comme celles de fédérales, les joies et les peines de son club qu'il sert avec discrétion, fidélité et générosité. « Titi », comme le surnomme affectueusement toutes les générations, est un de ses illustres serviteurs.Titi 8

« L'Ange blond » est un guerrier, un combattant qui n'abandonne pas la partie, le ring de la vie, compté plusieurs fois au sol, maintes fois dans les cordes, il ne lâche pas « prise », ne déserte pas, alors, lorsque vous croiserez sa silhouette amaigrie par la maladie qui le taraude, vous comprendrez que notre « Titi Rislois » s'est défoncé toute sa vie pour le bien des autres, qu'il est une espèce en voie de disparition et qu’il faut le préserver le plus longtemps possible pour le bien de notre communauté de l’Ovale…saluez-le et dites lui Merci.

Partenaires Internet 2022