« ALLO MAMAN, BOBO…?!?!?!?! »

 

BoboA vous tous, RCPistes pratiquants ou sympathisants, amateurs d’esprit fantassin, de bourre-pifs et de réveils pénibles…  Oui ! à vous tous parfois tontons, souvent flingueurs, et toujours trinqueurs… Si je vous parle de Thibault Delamare, vous me répondrez, pour la plupart : « Qui ça ?!?! », ou « J’connais pas !!! », ou encore « T’es sûr qu’il est des nôtres celui là ?!?!?! » ou même « Ca doit être un lapin de 6 semaines !!! ». Et pourtant vous le connaissez tous ! Si, Si j’vous assure ! Ce « 1ère ligne » de notre équipe « moins de 15 » sévit en rouge et bleu depuis 2006 ! C’est vous dire s’il en est !!!

Pourtant très douillet, étant petit enfant, Thibault, charmant bambin de Brionne, décide en 2006, de son propre chef et du haut de ses 7 ans et des broutilles, de quitter le kimono bien trop blanc pour venir taquiner notre gonfle ovale de bonhommes dans la gadoue qui colore l’uniforme. Dans la famille de cavaliers qui est la sienne, tous en tombent de leur monture ! Kevin le frère également judoka : « Mais il est dingue ! »… Nathalie la maman : « Non mais cette histoire de rugby… C’est tout de même pas sérieux ?!?! »… Quant au papa Marc, cavalier certes, mais pas à cheval sur les principes, il convient : « Soit ! Il veut du brutal ? Il en aura ! » Et depuis 2006, Thibault galope sur notre pré tandis que Marc, le discret et extrêmement sympathique papa, fait le taxi avec sa diligence ! Sacré écurie ! On en veut plein des comme ça !Bobo (1)

« Et Thibault dans tout ça ?! » me direz-vous. Ben question intégration, faut r’connaître qu’il sait y faire… politesse, gentillesse et sourire d’ange, toute la panoplie du bon gars ! Mais vous y fiez pas ! Quoiqu’un peu pataud au départ, un peu comme un chiot labrador, il apprend vite à montrer les crocs. Pas question d’être à la traîne et d’risquer d’se faire repasser ! Ah ça non ! Il est du genre : « J’avance d’abord et j’cause ensuite ! Mais pas trop… ». En clair, y a du potentiel !

Bobo (2)Faut dire aussi, surprise de l’état civil, que le sus- nommé Thibault a pour second prénom « Clément » et pour troisième « Roger »… J’entends déjà d’ici l’Raoul Duparc m’chuchoter : « J’y trouve un goût d’Poitrenaud ! »… « Y en a ! » qu’répondrait l’Nico-Cuisson-Noves… « Mais y a aut’chose ! Ca s’rait y pas du Couderc ? » que j’leur demanderais… Et alors Paulo l’ménestrel m’rassurerait : « Y en a aussi ! » !!!!... pour sûr qu’y en a ! On va s’régaler avec ce gaillard ! D’autant que le sujet a l’esprit d’équipe ! Le vrai ! Celui qui s’manifeste dans les bons comme dans les mauvais moments ! Bénéfices ou réclusions, il partage tout ! S’agirait pas d’profiter seul ! Aaaah ça, non ! Jamais à court de blagues et fédérateur, un vrai bon le Thibault ! Un comme Nanard les aime tant…

 

Bobo (7)

Pi les années passent, l’client s’endurcit, et l’flingueur qu’on pressentait se révèle… Ben oui ! Faut pas pousser non plus ! Veut bien être gentil et fair-play, mais passé un certain stade, il  correctionne ,  disperse  et même  ventile  et décime les divisions adverses !!! Lors du Marcel Sense disputé à Pont Audemer sur notre pré, manquant quelque peu de gaillards, moi qui vous parle, coach Fernand, décide d’éviter la correctionnelle et donne carte blanche à Thibault pour l’après-midi, afin de remuer ses troupes et nous éviter la cuillère de bois. Le phénomène m’répond d’un sourire complice, enfile le bleu et rouge de chauffe, et s’met à r’tourner l’terrain à grands coups d’plaquages de concours !!! Z’auriez dû voir ça !!! J’en aurais chiââlé !!! Aucun adversaire n’échappera à sa peine... paraît qu’aujourd’hui, certains d’entre-eux en ont encore des nuits blanches, et même des  nervous breakdown  !!! En tous cas, ce jour là, un mythe est né, c’est certain, et redouté dans toute la région, j’ai surnommé : Bobo ! Le bûcheron brionnais ! Le déracineur rislois ! (pour un gars qui veut faire carrière dans l’exploitation forestière, ça commence bien !!!)  Aaaah ! Là, ça vous parle ! Vous l’avez tous reconnu ! Evidemment, à la simple mention de ces surnoms si évocateurs, vous l’avez tous enfin identifié, le seul et unique, le Bobo, taulier dans l’âme, sur et en dehors du terrain !! Un vrai magicien l’Bobo!!

Bobo (3)Alors quand son épaule le lâche au début de cette saison, (parce que l’garçon vigoureux a entrepris de débiter un arbre avec son VTT !!!! pas malin quand même des fois l’client !), dans le groupe on ressent comme un manque… c’est un peu comme Lulu la nantaise sans ses volets rouges, ou Joe l’trembleur sans son trois étoiles !!!! Mais chez les bonhommes d’honneur, de ce groupe qu’en a déjà vécu, pas d’place pour le gris ! Après les heures noires de l’absence, brillent enfin en ce mois de novembre 2012, les heures blanches et rayonnantes du retour du Bobo parmi les gâchettes du RCPA… Enfin, blanches et rayonnantes… pour nous ! Parce que pour ceux d’en face c’est pas l’même tableau ! Chez certains qu’ont d’la mémoire, j’irais même jusqu’à affirmer que l’annonce du retour du bûcheron déracineur est accueillie avec un enthousiasme plus que modéré ! Faut r’connaître qu’il plaisante pas ! L’homme de la vallée, parfois rude, demeure néanmoins courtois, mais l’honnêteté m’oblige à vous dire que le Bobo n’a rien contre une p’tite distribution gratuite de bourre-pifs, si l’occasion se présente !!! Bobo (4)

Alors nul doute que dans les mois et les années à venir, aux quatre coins de l’ovalie normande et p’tet même au-delà, certains fantassins respectables et surtout couillus, qui se dresseront devant le Bobo, entendront chanter les anges, tandis que nous, heureux spectateurs des premières heures et avertis, dégusterons l’bizarre nectar de Joe en entendant ces victimes gémir : « Allo Maman, Bobo» !!!

Par FR, Charly, Fernand Naudin

… et merci Michel…

Bobo (8)

 

RONAN, GWENDAL, RONAN

LE MARSU

 

Les Gaelics Moins7 (8)

 

ET LA «GAËLLIQUE CONNECTION »

 

  Les Gaelics Moins7 (2)    Le MARSU,  c’est connu,  est un vrai chef de bande, et tout chef de bande qui se respecte se doit d’avoir des hommes de mains, à plus fort raison au rugby. Il semble que l’origine géographique soit gage d’efficacité dans le choix des comparses. Ainsi au service de leurs caïds locaux, passèrent à la postérité  les trop fameux « lyonnais »  « marseillais » et autres « corses ».

     Notre MARSU n’échappe pas à la règle, mais sans doute fervent lecteur d’Astérix, c’est vers les celtes que s’est porté son choix. Il est vrai qu’UDERZO et GOSCINNY nous les ont volontiers présentés comme des garçons peu compliqués, d’une sensibilité relative, et, d’une endurance certaine. Au rugby ces caractéristiques là s’appellent des qualités.Les Gaelics Moins7 (1)

    Son choix arrêté, notre MARSU entama donc son recrutement et enrôla un jour de septembre 2011 deux biens curieux homonymes RONAN et RONAN.

   Les Gaelics Moins7 (3) L’un blond, l’autre brun.

    L’un frondeur, volontiers boudeur, l’autre cachant sa timidité derrière un inaltérable sourire.

    L’un est une tempête avec un gabarit de sous marin de poche, l’autre une mer d’huile avec une carrure de porte-avions. Les Gaelics Moins7 (4)

   Les Gaelics Moins7 (6) L’envie de jouer au rugby amena ces deux-là à se rencontrer et leur prénom commun les rapprocha immédiatement. Avant que de se découvrir d’autres similitudes comme une attirance fort limitée pour l’altitude au cours d’une sortie accrobranche mémorable. 

    Confessons toutefois que les deux n’avaient de bretons que le prénom, normands cent pour cent, nos deux compères sitôt inscrits ne s’en acoquinèrent par moins avec un troisième larron armoricain de souche celui là… GWENDAL.

     Les cheveux d’un noir de geai, les yeux sombres, musclé comme un clafoutis aux cerises,  ce dernier possède la faculté rare de faire montre d’un courage inversement proportionnel à sa taille. Pour preuve la belle entaille ornant sa pommette dans le bus  qui emmenait l’équipe  à Vernon, n’y voyez pas les séquelles de l’âpre combat livré dans la mêlée mais simplement le fruit d’une échauffourée avec RONAN son complice et qui s’était réglée dans le bus à coups de boucle de ceinture. Et dix minutes et trois pansements plus tard, les deux mêmes, aux coudes à coudes, disputaient avec  un bel entrain la gonfle à leurs adversaires du jour.Les Gaelics Moins7

     Car à ses moments perdus, notre breton véritable, combattant dans l’âme sous ses dehors rieurs, délaisse les terrains de rugby pour arpenter les tatamis  cherchant à grand coup de mawaschi à glaner d’autres victoires.

    Copains d’aujourd’hui qui sait peut-être deviendront-ils tous trois amis pour la vie comme cela est si souvent arrivé au sein de la maison rouge et bleue.

    Allez savoir, si ces trois là, dans trente ans, ne festoieront pas ensemble au soir des 75 ans du club, en regardant d’un air goguenard leurs propres enfants livrer leurs premiers matches sous l’œil du MARSU.

    Et si l’un d’entre eux mi-rieur mi-nostalgique  ressort de sa poche cet article jauni par les années, qu’ils sachent tous trois qu’ils n’auront fait que vérifier le vieil adage : R. C. P. A.

Rugby et Camaraderie Perpétuelle Amitié

Le Ménestrel

 

JEANNEAU

LE HAUT- BIT

 

Gildas 2

Gildas 1

 

Sur la Terre du Milieu Rislois, le hobbit Jeanneau menait une existence paisible dans son trou de Cul-de-Sac de Saint Paul au flanc de la colline et en bordure de forêt jusqu’au jour où il croisa le magicien GandalFranck dès l’école de rugby. Le lendemain, il a la surprise de voir une compagnie de nains menée par les Vincent, les  Carrère’ brothers, les Alexandre, Bébel, Jérem  et autres.  La bande est en route vers les Montagnes Solitaires, où elle espère vaincre les Dragons et Trolls normands et autres comtés. Cependant, pour mener à bien leurs projets, il leur faut des experts-cambrioleurs, et Gandalfranck a recommandé Pierre et Marcel, Mulot, Jean Phi, Loulou puis Bill,  réticent à l’idée de partir à l’aventure, il finit par accompagner la troupe.Gildas 3

Gildas 4Jeanneau le Hobbit répond au doux prénom celtique de Gildas, saint patron des fondeurs de métaux : il faut dire que notre « garenne » est un sanguin – il voit souvent le rouge-, et qu’il lui arrive fréquemment d’entrée en fusion : un conseil : ne pas lui meurtrir les pieds ou lui tirer son heaume car il vous en coûtera quelques avatars… notre Guilda est un chaud voire bouillant lapin, avec et sans pile, et cache ses longues oreilles en toutes circonstances sous un casque, à cheval, sur son bolide ou sur le terrain de rugby. Généralement avec l’expérience acquise, il se montre discret et efficace : il lui arrive de répondre impulsivement aux provocations – mais est-il toujours étranger  aux rixes qui se déclenchent ? Cassegrain voire casse-c … bip bip daucy, les carottes, l’animal les préfère en bottes plutôt qu’en conserve car ça, il connaît la mise en boîte : Son large sourire, son regard en coin en disent long sur ses possibilités : Gildas est  un guerrier, un combattant qui ne lâche rien et s’il a commencé brillamment comme vaillant talonneur, il est passé avec talent au centre de la troisième ligne dans un jeu qui met en valeur sa force de perforation et la hargne de ses charges : il distribue sûrement car il ne faut pas le chercher mais il sait recevoir sans se plaindre… un garçon qui au fil des ans se bonifie et ne se défile pas quand un partenaire est en danger : le Haut débit du Hobbit en fait une poutre maîtresse du pack pour le bien de sa communauté, récompensé par plusieurs sélections en équipe de Normandie depuis les moins de 16 jusqu’aux moins de 26, un joueur complet et moderne, bon manieur de ballon et à l’état d’esprit club.Gildas 5

Notre héros, fils unique, a quitté le nid  familial de Marie France et Claude, deux sportifs émérites qui l’ont toujours suivi, et vit et travaille à Honfleur, coule des jours heureux avec Madame Coralie, belle  brune, son amour de jeunesse, avec qui il partage ses hobbys- normal pour un hobbit- la moto, le cheval – il drive un sulky -et les animaux : deux chats et un chien. Victime d’un accident  sérieux, il y a quatre ans ; il en profita pour décrocher son BTS et terminer ses études à Clermont car notre ami est un gros bosseur et le rugby devient prétexte à l’amitié, aux blagues et aux farces sauf sur le terrain où casqué et bombé, il devient explosif bien sûr.

Gildas 8Vous comprenez maintenant pourquoi Gildas est devenu : « Le Saigneur de Pont Au » et / ou le « Le Seigneur des Agneaux »Gildas 10

 

FLAT RIT JAUNE ET BLEU

 

Jean Jacques 9Il est à toi ce pt’iot portrait

Toi l'Auvergnat qui si discret

Nous as  donné tous les samedis

Un peu de temps et beaucoup d’envie … Jean Jacques 1

 

Jean Jacques 3Jean-Jacques Flat est un de ces hommes qui ont l'amour du ballon ovale en eux, sans l'avoir jamais pratiqué et qui de par ses origines auvergnates  et clermontoises et grâce à ses enfants, a pu enfin donner libre cours à sa passion. En effet, le samedi, il suit Karl qui évolue en moins de 15 au regroupement de la Vallée de la Risle et le dimanche, il accompagne sa fille Alexia qui a rejoint le RAS Bernay/ Alençon.

Alors en application du Théorème de Baril- son acolyte en moins de 13, que le bougnat et, c’est un peu gonflé, normal pour un Michelin, parent de jeunes joueur et joueuse devint :. "Chauffeur spectateur" d'abord, puis "porteur de matériel", puis "teneur de bouclier de percussion"… parcours classique qui l’amena progressivement à intégrer l'entraînement des équipes suivant  son « Karlou » dans son évolution. Une des seules fois où il s'est lancé dans l'aventure du jeu, à l'occasion d'un match de fin de saison traditionnel : éducateurs - moins de 17, la première course s'est soldée par une déchirure du mollet ! Jamais pratiqué certes, mais sa connaissance théorique est immense ! Il s'arrête en U13, puisqu'avec humilité (et sagesse ?) il avoue qu'en U15, il n'a "plus le niveau" (ca commence à "piquer" au contact, hein ?). Il est maintenant un "pilier" de l'équipe des coaches des U13, avec Johann tout d'abord, puis avec Nicolas, et cette année avec Patrick et Mickael, et transmet sa passion et son enthousiasme à nos Rislois, tout en assurant, chaque samedi et avec les autres éducateurs de Brionne, le transport de nos amis Brionnais vers le complexe pour l'entrainement.Jean Jacques 8

Natif d'Auvergne, Jean-Jacques voit d'abord le rugby en Jaune et Bleu...  Supporter inconditionnel et fervent de l’ASM (mais ça tout le monde le sait puisqu’il arbore en permanence ses couleurs) ; il a subi pendant des années les moqueries (toujours gentilles, hein Bernard ?) de ses collègues de travail ou des membres du club, le lendemain de finales perdues... Autant vous dire que la semaine suivant le premier bouclier des jaunards, il s'est rattrapé au centuple !!!  Il a même une belle photo du derby (d'un autre temps maintenant !) entre l'ASM et Brive. On ne compte plus le nombre de fois qu'il est monté à la capitale avant de voir enfin ses favoris brandir le Brennus. C'est un Auvergnat pur jus passé par Strasbourg pour ses études avant d'atterrir en Normandie à Serquigny pour le boulot, chef d'un service de recherche, dédié à la science de la transformation de matières plastiques, pas mal pour un garçon réservé !

Jean Jacques 4Il le voit aussi en Bleu blanc Rouge, et les périodes de Tournoi sont toujours l'occasion d'envolées mémorables, et d'allers retours au stade de France, puisque Mossieur Jean-Jacques n'hésite pas (lui !) à braver les froides soirées d'hiver pour aller voir l'échauffement des irlandais au stade de France...et repartir, puisque le match était finalement annulé ! Son amour de l'ovalie, il l'a transmis, joies et mystère de la génétique, à ses deux enfants et il n’est pas rare de le voir assis dans les tribunes pour supporter les Rouges et Bleus le dimanche : Karl, -sans doute en hommage au décathlonien du stade toulousain - c’est le samedi et Alexia, sa fifille préférée, c’est le dimanche et une fois par mois.

Et même si le charbonnier « Volvic Magic Picon », alias JJ Jaunard, ne roule pas des mécaniques, il aime les belles cylindrées, si possible qui vont vite, c'est aussi un motard. Il a aussi pratiqué l'enduro - il s'est même blessé à la cheville à l'occasion d'une course mais sans y participer, faut le faire- décidément JJ ne doit pas être acteur de la pratique sportive. Toujours dans le registre des anecdotes, il possède à la maison un véritable baby-foot Bonzini offert par Sophie, sa généreuse et aimante femme pour ses 40 ans ! Ainsi a-t-il  enfin des joueurs à sa taille ( qui portent des maillots rouges et bleus- et qui ne risquent pas de le blesser.

Jean Jacques 6

Qu'il vente, qu'il pleuve, qu'il neige, ce Volcan jamais en éruption  est toujours là, le visage parfois rougi par le froid, toujours souriant, les yeux pétillants mais sans se séparer de son short et de ses belles chaussettes...jaunes et bleues bien sûr : une bonhommie en sommeil qui rassure tranquillement, qui encourage calmement, qui réconforte tendrement mais qui vous transmet insidieusement sa passion !

Il est à toi ce pt’iot portrait

Toi l'Auvergnat qui si discret

Nous as  donné tous les samedis

Un peu de temps et beaucoup d’envie …Jean Jacques 7

Partenaires Internet 2022