1+1+1+1 = BARIL

Patrcik Baril 1

Patrick Baril 2Axiome : Dans la famille Baril, seul le père, Patrick,  ne pratiquait pas le rugby : il  arpenta les bords des terrains refusant de participer quelques années durant. Il vient officiellement de franchir le pas cette saison en suivant la formation d’éducateur et en épaulant le binôme Mickaël et Jean Jacques en moins de 13, le mercredi et le samedi.Patrcik Baril 4

Postulat : Sportif accompli, des racines de volleyeur et de foot et une implication totale dans la vie associative, notre professeur agrégé de mathématiques au lycée Prévert donnait un coup de main selon les besoins et les offres mais ne souhaitait pas, par humilité et respect, s’investir davantage : « Je ne suis  que parent et je ne fais que  suivre mes gamins » malgré les appels fréquents de ses collègues le DJ et le Nico: l’homme sait dire « Nan » mais a fini par céder aux sirènes( enfin si on peut appeler ça des sirènes, la piscine est déjà trop petite pour eux deux).

Hypothèse : Les lignes (première, deuxième, troisième, trois-quarts, 22, 40, 50), les espaces, les intervalles, les axes et les désaxés, les chiffres au moins de 1 à 22, les divisions et les séries,  les résultats, les U 7, 9, 11,11 ,13 ,15 ,17 19, autant d’ensembles, de variables de termes, de notions, auraient-ils eu une attirance particulière, une appétence avide pour ce féru de nombres, de figures et de plans ?

Démonstration : Patrcick Baril 7

Théorème de Baril : Toute personne qui a des enfants qui jouent au rugby et qui assistent à tous les entraînements et à toutes les rencontres – facteurs obligatoires - se pique au jeu et prend à son tour des engagements. Patrick Baril

 

Soit d’abord, paradoxalement, notre pédagogue, qui est timide et réservé voire distant dans la vie est très respecté et redouté dans sa carrière professionnelle-il n’est pas du genre à se laisser « emmerder » par des élèves difficiles, il est de ceux  à qui on n’hésite pas à confier des classes rock-and-roll (dixit l’ancien proviseur adjoint : "Je vais leur mettre les bourrins en face (Baril, Pilat, Deschamps, Chabas...) pour les calmer...") : sans doute a-t-il alors retrouvé dans les valeurs véhiculées par le rugby et par les éducateurs côtoyés au RCPA, un peu de ses relations et rapports  avec ses élèves : autorité et charisme ;

Soit ensuite notre mathématicien qui est un excellent professeur qui n'hésite pas à individualiser les exos pour s'adapter au niveau des élèves et qui les met sur le site de partage intranet du bahut en une fraction de seconde par exemple. Alors si vous utilisez celui du RCPA, vous ne serez pas surpris de retrouver déjà les fiches de ses entraînements : investissement et solidarité ;

Patrick Baril 5

Puis soit notre  Pythagore qui n’est pas un antique mais il a voyagé : les compétitions sportives l’ont un peu usé : ce grand échalas blond à l’allure de  Zlatan Ibrahimovic est cassé de partout : le dos, les genoux…  qui l’obligent à se limiter en performances alors contre fortune bon cœur, il voit dans la dispense d’entraînements comme éducateur  une continuité qui lui donne du plaisir. Quand les douleurs le laissent tranquilles, il redevient un valeureux guerrier pour les épreuves du challenge de la ville avec ses compères du lycée : responsabilité et sportivité.

Enfin soit notre Poincaré qui est un bosseur aux multiples fonctions : quand il n’est pas au lycée, quand il n’est pas devant l’ordi, quand il n’est pas au terrain à surveiller ses trois unités : Mathieu, Alexandre et Julien, qui évoluent dans trois groupes différents, est avec Murielle, sa compagne fidèle et discrète : ils retapent leur chaumière : un travail de restauration qui assouvit leur passion de bricoleurs, de jardiniers et pour ce couple branché écolo-locavore : des joies nouvelles aux beaux jours : générosité et disponibilité.

Conclusion :

A n’en pas douter et sans calcul, si Patrick ne prend pas la tangente à la fin de la saison, il sera dans les années à venir et en corolaire avec tout ce qui vient d’être démontré une perspective supplémentaire d’avenir pour l’école de rugby. Pas besoin de vous dresser un tableau, ni de prendre un angle particulier, les propriétés évoquées sont rares et déjà riches de satisfactions et d’expériences : une projection facile qui sera une bonne opération pour le club lui permettant de résoudre de nouvelles équations à plusieurs inconnues. Tant π pour sa modestie.Patrick Baril 6

Exercice pour la semaine prochaine à renvoyer à l’expéditeur de ce message avant le 18 11 : combien d’occurrences de termes mathématiques contient ce portrait ?

 

TI-NAIL :

L’HOMME ORCHESTRE

 

 Ti Nail 1

Ti Nail 2Amis mélomanes, bonjour ! Un club, c’est comme un ensemble symphonique, il y a ceux qui jouent: les solistes comme les instrumentistes et ceux qui, invisibles, donnent le meilleur d’eux-mêmes pour que les concerts soient à la hauteur de ceux qui viennent les écouter et bien sûr un chef d’orchestre : Yves, pour les dirigeants et Olivier, pour les joueurs séniors. Patrick Nail, dit Ti-Nail, n’est jamais monté sur la scène du Rugby mais depuis son arrivée en 1994 grâce à Gilles Langlois qu’il fréquentait depuis les bancs de la maternelle et  qui lors d'une réunion de bureau du RCPA le coopta sans lui demander au préalable son avis- il se doutait qu’il ne refuserait pas-, le moustachu poivre et sel se dépense sans compter dans les coulisses pour favoriser l’harmonie et éviter les couacs et les fausses notes- enfin ?!-.Ti Nail 4

            1er Instrument : les instruments à vent : le cor, bien sûr celui  du sportif : Le DJ a  toujours baigné dans le sport, a pratiqué le basket au CAPA dès l'âge de 10 ans jusqu'à  l'intégration dans l'équipe première du club, s’est investi au challenge de la ville (volley, badminton) quand il travaillait aux Papeteries, ensuite a rejoint le club du CAPA Volley et fit même une brève apparition dans l'équipe 2 du CAPA Hand-Ball.

Dès les années 80, à l'époque de la Forge Football Club, il avait plaisir à suivre le RCPA . Cette bande de copains qui se retrouvaient à la Forge, place du Pot d’Etain, avait décidé de constituer une formation de Football sous l'impulsion de J.P Fréry dont plusieurs joueurs étaient d'anciens du CAPA foot et de disputer le championnat des indépendants. Cette nouvelle institution risloise participait et organisait les tournois de sixtes sponsorisés par l'hebdomadaire France Football, un must pour le club et chaque année, le RCPA présentait une équipe : Jerry Fouquer, Sylvain Kerné, Frédéric Mouchel et quelques autres aimaient à clôturer la leur par un retour aux sources : le ballon rond. Les tournois de coinchées et les soirées dansantes autofinançaient tournées et sorties en  Angleterre ou ailleurs pour faire comme les rugbymen. Lorsque le RCPA  (dont beaucoup de joueurs de l'époque fréquentaient également la Forge et sa discothèque des chaleureux Calle), jouait à domicile, réciproquement les Forgerons supportaient  les Snif, Kiki, Big, Gilles, Marcel, Titi, Riton, les précités et bien d'autres. De cette association de cœur et d’amis, Patrick fut le président de 1981 à 1986.

Cette dernière année de présidence fut marquée par la première montée en Fédérale du RCPA  à Vernon : la  Rue de la République résonne encore des chants de joie et de bonheur de sa célèbre descente  et il y en eut tant d’autres… alors comment put-il résister à l’appel du coiffeur ?

2ème Instrument : les instruments à cordes : la corde sensible : Comment voulez-vous que son engagement d'hier à la FFC et  jusqu'à ce jour au RCPA  ne soit pas empreint de cette amitié, de cette convivialité, de cette générosité, de cette solidarité : il y avait entre ces deux clubs une espèce de similitude, une osmose, qui faisait dire  à Bernard CALLE, le courageux tenancier de la Forge et du Fief, lieux de réjouissance des deux associations: "Ces gars là, ils sont supers !!" Un coup de violon, ça fait pas de mal !

T Nail 3

3ème Instrument : les instruments à percussions : le cœur qui bat comme un tambour : Arrivé en 1994 au RCPA , il intégra très rapidement le groupe de dirigeants du bureau et s’attela au matériel et de temps en temps à l'animation en tant que DJ du club - oui, Nico, t’en as encore plein les oreilles des quarante ans- puis surtout comme dirigeant de service. Sa formation de terrain, il la doit à notre regretté Jean-Claude qui lorsqu’ils étaient de service ensemble, lui apprit énormément : comment poser les drapeaux, des protections, comment remplir les feuilles de matches, ranger les licences, accueillir les visiteurs : équipes, arbitres, etc… : un vrai travail de professeur. Aujourd’hui, après trente ans aux papeteries, Patrick est actuellement intervenant en Prévention des Risques Professionnels (IPRP) au service de santé au travail de Pont-Audemer et coule des jours heureux auprès de Jocelyne qui partage sa vie depuis 35 ans, leurs deux filles leur ont donné quatre petits enfants qu’ils choient avec toutes les qualités qui remplissent sa vie de bénévole dévouée et  serviable , c’est sans doute la raison pour laquelle tout le monde le charrie amicalement un peu, beaucoup… lui, le pousse-cailloux :   mais il ne regrette rien de ce cadeau offert par son pote le Grand Blond et si c’était …à refaire…il essaierai de monter lui aussi sur scène :  c’est du pipeau sans doute mais « le musicien » mérite bien nos applaudissements, voire une standing ovation…en attendant d’entendre sa musique aux quarante cinq ans du club… - oui, Nico, tu pourras chanter quand même-.Ti Nail 5

PS : Pour les initiés : « Le Mitre », prononcez « the Maillesoeur », patronyme de la tendre et charmante fiancée de notre sujet, est une des premières marques de ballon de rugby, anglais bien sûr : décidément il n’y a que Maille qui Nail : Ti –Nail est un Géant ! Il n’y a pas de hasard, ces deux lézards étaient faits pour s’accoupler.

 

HISTOIRE DE « TAUTAU »

 

Tautau 7Ne soyons pas vache et prenons le taureau « zélé » par les cornes, Sébastien Taurin dit « Tautau» porte bien son patronyme et son surnom : le maquignon qui l’admire de loin  comprend que la « bête » est vigoureuse, solide et puissante, un mâle reproducteur digne de ses géniteurs ;  quant à son surnom, il suffit de demander à ses acolytes pour deviner que l’animal foisonne d’histoires plus ou moins cocasses, un bœuf normand, ben d’ chez nous, de Campigny pour être précis mais du haut de ses  quarante et un ans et de sa stature de colosse, le « Tautau »  est pétri de bonhommie et de gentillesse naturelles. Tautau 1

 

Toto rentre à la maison après sa première journée à l'école primaire. La maman:- Alors Toto, tu as appris beaucoup de choses aujourd'hui ? Toto:- Pas assez en tout cas: ils veulent que j'y retourne demain.

 Tautau 2Tautau 3           « Tautau est arr ivé é sans se pres ser, le Grand Tautau …» un mercredi de l’UNSS qui rassemblait tous les collèges du canton autour des profs d’EPS et du RCPA, il y des lustres, on découvrit cet attelage surpuissant, déjà gaillard et véloce, il pratiquait l’athlétisme avec le maître Reinaudo : coureur, sauteur et lanceur, svp… l’hameçon allait appâter « le taurillon » : l’année suivante, il se présentait au RCPA et depuis, il a enchaîné les saisons avec sa bonne humeur légendaire et son sourire charmeur. Tautau 4

Toto va voir sa maman - Maman, Maman... je me suis fait mal ! - Où ça ? – Là-bas !

Une tête tondue, un cou de Tau…, un torse développé et large, des jarrets épais et musclés, un quintal bien pesé de masse musculaire nerveuse, des sabots à désosser votre carcasse, derrière ce minotaure acharné se cache pourtant un tendre et généreux gai luron qu’il ne faut pas pousser dans ses retranchements, le filet peut se montrer coriace.  

Tautau 5Le professeur demande a Toto de conjuguer le verbe manger à la première personne du présent, du futur et du passé composé Toto dit : - Euh.... je mange, je mangerai euh, euh... J'ai plus faim!!!

De la génération «  Manoucharde », celle prometteuse des débuts 70, comme les Rodolphe, Tatayé, Fred, Vincent, Damien  et autres, ce grognard a décidé de prolonger au maximum le plaisir de partager les quatre-vingts minutes de match et ses troisièmes-mi-temps qu’il affectionne pour sa convivialité et sa fraternité. Deuxième ligne pousseur et coureur ou troisième ligne manieur de balle et passe-muraille - il envoie la viande cette Tautautamponneuse « tankérisé »- et même pilier, sa carrure et sa force auraient pu lui valoir une autre carrière, il fut le fer de lance d’un pack mobile et puissant de l’équipe 1ére et l’un des joueurs clef de la montée contre Lagny et  Amiens pour l’accession en Fédérale 3 où la concurrence avec les Denis, Titi et La Huche améliorait l’ordinaire : on ne prête qu’aux riches. Dom – Le Colonel - et Gilles, les coaches de l’époque, le propulsèrent en première ligne mais ce n’était pas trop de son goût et depuis son dos le maltraite …légèrement.  Tautau 6

            .   Toto mange très salement, alors son père s'écrie :- Mon fils, tu manges comme un goret ! Sais-tu au moins ce qu'est un goret? - Ouais p'pa ! C’est le fils d'un cochon...

Compagnon fidèle, loyal et bon vivant, notre homme et demi emporte  ses paniers garnis au fond du bus afin d’échapper à l’infâme restoroute d’avant match et partager amicalement ses victuailles. Il essaya vainement de devenir « Totor » : l’intronisation ne lui réussissait pas : fumer un cigare en aspirant puis boire une Jeanlin et recracher la fumée, notre « Obélix » subit échec après échec. Il fut aussi à l’origine d’une autre institution : Saint Maur, morne plaine, un combat de Titan, à  gauche, notre Hercule de 110 kilos bien lestés, se présente sur la ligne d’en-but lancé comme un obus, à droite un trois-quart  fluet d’à peine soixante qui déracine le chêne rislois…ce saint maurien reçut le Bouchon d’Or de ses pairs à l’issue de la rencontre depuis le RCPA honore ses valeureux gaffeurs par le Toshiro d’Or .

.   La professeur:- Si je dis : j'étais belle c'est à l'imparfait et si je dis : je suis belle qu'est-ce que c'est Toto ? Toto: - C'est un mensonge Madame !

Notre héros est une bonne pâte tombée dans la marmite risloise depuis les cadets et à chaque occasion, malgré les vicissitudes la vie, il a su se montrer généreux et chaleureux avec les siens et sa famille rouge et bleue : ainsi n’hésite-t-il pas à les accueillir : Etreville puis Rougemontiers résonnent encore de ces festivités légendaires. Christelle, sa fidèle et tendre, sa fille Justine et son fils Paul savent qu’ils pourront toujours compter sur lui : Tautau, c’est du costaud !

C'est Toto qui dit à sa maman : - Dis maman, t'as vu ? J'ai donné un sucre au chien et il a remué la queue !- Super, va donner deux sucres à ton père...

PS : Samedi dernier, les moins de 17 jouaient au Parc des Sports : « Tautau » assiste à la rencontre : Hugo passe à Paul qui marque sous les poteaux : « Tautau » rayonne : Paul, c’est son sang et Hugo, c’est le fils du perdreau Delanney : on serait bien repartis pour un tour !

 

 

LE PERDREAU DELANNEY

 

 Manu 3

Manu 1L’ouverture, mais de quelle  ouverture parlons-nous ? De l’ouverture de la chasse de dimanche dernier ? Des ouvertures du demi du même nom - sans pression bien sûr- ? Des ouvertures Wagnériennes : « Le Crépuscule des Dieux » - ou des « Vieux » en l’occurrence - de la «  La chevauchée des Walkyrie », de « Tannhäuser et le tournoi des chanteurs à la Wartburg » , du «  Hollandais volant », de «  Rienzi, le dernier des Tribuns », autant de titres qui pourraient convenir à notre sujet mais non, nous ne parlons que de l’Ouverture de la saison 4 de nos portraits. Et pour choisir l’heureux élu, il ne fallait pas un perdreau de l’année. Manu 2

Emmanuel n’en est pas un avec ses quarante quatre printemps bien sonnés ( année de naissance du club), il fait figure de vétéran, d’ancien des campagnes le plus souvent fédérales : un vieux briscard qui ne reprit qu’il y a deux saisons pour suivre son fils aîné Hugo sur les terrains après une longue césure due à de multiples blessures physiques et morales: la dernière, une mauvaise fracture de la cheville lors d’un match de retraités mais quand la passion vous anime et que la carcasse tient, le volatile a beau battre de l’aile, il peut encore voler même avec de la chevrotine dans les flancs : le retour du guerrier Manu fit merveilles au sein d’une équipe réserve lors de la dernière édition, accédant à la finale du championnat de Normandie des Réserves. 

Manu 4Les recettes du perdreau sont légions : Sportif accompli, ce champion de Normandie séniors et juniors est un athlète qui conjugue malgré le poids des ans : course à pieds, natation, vélo ; le rugby lui a façonné un mental de conquérant : sa tête à la sortie des vestiaires en dit suffisamment long pour comprendre  qu’il sait recevoir mais aussi donner et distribuer, son regard fusille, sa grande gueule paralyse.  L’oiseau ou le gibier un peu sauvage ne donne pas sa part aux chiens et ses coups de bec attisent l’agressivité de ses partenaires et adversaires  :  seconde ligne de métier et de devoir - comme son oncle Manouille, grand double mètre des années 80-, coureur infatigable- un lièvre diesel-, plaqueur kamikaze, empêcheur de tourner en rond, provocateur amusé et roublard, pousseur et tracteur inépuisables, son expérience galvanise les plus jeunes à qui il délaisse le glanage en touche pour se consacrer au déblayage et chapardage ; turfiste dans l’âme, il joue un peu les bourrins sur le pré , ne quittant le terrain qu’à l’usure et par ruse de ses coaches ; ce caractère entier qui ne fait aucune concession et qui parle souvent plus vite que son ombre pour impressionner, cache en fait un cœur tendre sous sa carapace de dur : sa femme Christine et ses enfants , Léa, Hugo et Inès ont depuis longtemps compris qu’ils pouvaient  attendre beaucoup de sa générosité et de sa tendresse d’homme masqué sous des tatouages d’artiste qu’il arbore discrètement.

Manu 5

            Finalement le chassé serait plutôt chasseur et dans notre sport, à choisir, il vaut mieux être du côté de celui qui tient le fusil, prédateur plutôt que proie. Alors Manu, les battues commencent,  la chasse est ouverte,  profite de l’un de tes derniers envols ! Manu 6

            Ouverture des portraits rattrapée par l’ouverture du championnat car notre perdreau, malgré son âge canonique évolua ce dimanche en seconde latte et en première, svp. Le devoir accompli, il pourra migrer vers de nouveaux horizons, le Canada l’attend dès mardi. Bon voyage :

« Comme un vol de perdreau hors du charnier natal,

Fatigué de porter sa misère hautaine,Manu 7

De Pont-Au au Québec, Manu, la cinquantaine,

Partait, ivre d'un rêve héroïque et brutal ». Le Conquérant d’après JM de HEREDIA

Partenaires Internet 2022