GEO « MAÎTRE » «  PLAQUE TOUT » :

FABIEN CADINOT

 

fabien 5            Avec sa queue de cheval ou sa crinière au vent et ses vingt neuf ans de peace and love, Fabien Cadinot ne passe pas inaperçu sur le pré : notre Caveman est devenu au fil du temps un des étalons de l’écurie de Loulou. Tout droit sorti de l’école de rugby, notre poulain gambade sur  les terrains depuis plus de dix ans au gré de sa fantaisie et … de sa vie.  Pour notre Gentil Ostrogoth, le rugby est un plaisir à partager, une lutte permanente, un défi à l’existence où la débauche physique du corps prime, tant elle assouvit et apaise sa carcasse déjà cabossée.fabien 1

            Fabien n’a pas un gabarit hors norme pour un troisième ligne- il rend d’ailleurs très bien service au centre-, pas de grand compas, rien du Chabal, mais il possède une énergie, une vitalité, une transcendance hors du commun, sans trop s’entraîner, voire pas du tout en raison d’un travail épuisant, d’une humanité discrète, d’amitiés festives et de déplacements continuels, vous le trouverez aux  quatre coins du terrain, s’adonnant à ses exercices préférés : plaquer, soutenir, courir, étayer… travail obscur et essentiel pour le collectif : il fond sur sa proie, ramassé, agressif, il la découpe, la broie, l’engloutit : son « coach » le joue à l’économie, il sait qu’il peut compter sur lui pour abattre, trancher, tronçonner les gros comme les gazelles, car notre énergumène n’a pas froid aux yeux, même un TEOR ne lui fait pas peur, c’est vous dire. Il commet des détournements de règles à grande échelle et sans chaînes: ainsi a-t-on vu au moins notre géomètre arpenter dans le sens inverse de son camp le terrain, alors qu’il venait de franchir la ligne médiane pour s’en retourner aplatir dans son en-but, ses adversaires durent apprécier ce changement de cap, tant ils le congratulèrent en fin de partie : fantasque, rêveur, lunatique, poète ou GO ?  

fabien 4fabien seniorsNotre Maître «  Plaque Tout » est aussi un Géo Trouve Tout, il n’est pas que plaqueur, il est aussi plaquiste ; il n’est pas que coureur, il est aussi couvreur ; il n’est pas que « souteneur », il est aussi soudeur…, ses amis le savent et n’hésitent pas à solliciter ce bricoleur généreux quand les besoins sont là et Fabien, ne vous dira jamais non, tant il a le cœur chevillé au corps : sa belle maman, sa « Moumoun » « enchanteuse de portées », peut témoigner de ses dons d’artisans et bientôt c’est sûr, notre géomètre emploiera ses dons pour enfin penser à lui et à sa « Clem », sa princesse, « entremetteuse de portées », qui a réussi à le dompter, le domestiquer, lui le sauvage,  et lorsque vous les croisez ces deux- là, avec leurs singularités, leurs marginalités, leurs sourires et leur complicité et leurs chiens de race tous aussi poilus que leur berger de maître, vous comprenez qu’ils étaient faits pour se rencontrer…   fabien 2

Fabien ne cherche pas à faire la une des journaux, il ne pointe pas au palmarès des différents classements des trophées mais cet Anti Héros, cet Anti Ego, cet Anti Star au palmarès pourtant très étoffé, mérite les louanges de ses camarades pour  sa discrétion, son efficacité, son humour, sa présence en pointillés et surtout sa gentillesse. Merci à toi pour cette simplicité, toi le  Fabien  « qu’a dit « no » » au conformisme et oui au naturel mesuré du géomètre

 

AVE (LE PETIT DOIGT),

LES « DEUX MORE » TURI TE

SALUTANT

 Demore (5)

 

Demore (4)« Ave, ceux qui vont mourir dans l’arène te saluent » : cette parole  prononcée par les gladiateurs devant l’empereur avant que les combats ne commencent, pourrait être celle prononcée par nos gladiateurs modernes, nos rugbymen favoris et les frères Demoré, combattants aguerris comme Alexandre et plus novice comme son aîné Benoît  ont prêté le serment gladiatorien  « de supporter le feu, les chaînes, les coups, la mort par le fer… et de consacrer de la façon la plus totale à leurs maîtres : le RCPA  et son empereur  Mulot, leur corps et leur vie », un peu exagéré mais c’est tellement plus beau

Demore (2)Alexandre dit « Boiboîte » - deux verbes en un, il est vraiment trop fort -, le plus jeune des deux, est déjà un vieux de la vieille, formé au Ludi Prévert et forgé dans les catégories d’ados du RCPA . sa silhouette fluette et trompeuse le destinait à la ligne de trois-quarts car ce Mirmillon « masterisé » chimiste, le bougre,  un peu léger, agile et mobile, se déplace sans complexe aux quatre coins du terrain et n’a pas peur de braver les plus gros : un peu « provocator », « secator » et « volubilis »- il est vrai qu’il est à bonne école avec les compères de sa génération, sa place à l’aile met en valeur son adresse, sa rapidité, ses crochets dévastateurs et ses esquives inspirés donnent le tournis à ses adversaires et ce primi pali appelé aussi  primus palus (« premiers pieux » ou « poteaux ») est un combattant chevronné de la lumière qui ne donne pas sa part aux chiens, pardon aux fauves…en assurant le spectacle quand il est béni des dieux…et peut jouer au centre pour combler les manques disparus aux combats.   

 

Son vieux frérot - mais un tiro : un débutant chez nos gladiateurs – est un jeune Rétiaire – vous comprenez maintenant pourquoi l’entraîneur des avants du Racing et ancien coach des français porte ce patronyme- Benoît dit « Ben », ni Big Ben, ni Ben Hur, ni Ben à Bar, électricien de son état , est paradoxalement tout le contraire de son cadet, avant, pilier ou deuxième ligne, il travaille dans l’ombre, discrètement,  efficacement, il chasse les gazelles pour les attraper dans ses filets et les empaler de son trident, ne nous égarons pas, il plaque férocement, soutient ardemment, pousse vigoureusement, étaye solidement… ou affrontent ses adversaires directs sur la ligne de front, au cœur de la mêlée, des rucks ou des regroupements, le tout pour le bien du collectif, pour offrir des lauriers aux coureurs, à son frère quand ils se retrouvent sur la même arène verte…car ces deux guerriers se retrouvent de plus en plus souvent dans la même équipe. Demore (1)

Demore (3)

 

 

La gladiature ne se limite pas à une boucherie : c’est un art d'escrimeur : les Spartacus, Crixus et les autres n’ont qu’à bien se tenir, les « Boiboîte » et « Ben » sont des éléments indispensables  du laniste Loulou qui sait les utiliser à bon escient et lorsque, à la fin des joutes, ces gladiateurs se tournent vers les spectateurs et supporters et l’empereur Mulot , le pouce tourné vers le bas, les acclamations leur reviennent et les libations peuvent commencer.  «  Ave Rislois, moreturi te salutant »

Demore

 

 

 

 « TONTON YOYO »

 

« Depuis le tempsYoyo 2

Que je m'trimballe

Parmi les masques

Du Carnaval

Ma silhouette

Mon charme fou

Ça les embête

Ils sont jaloux

Je les entends sur mon passage dire :

Ah ! Qu’il est beau

Un gosse a dit : Papa, j'le veux pour mon Noël »

yoyo 1Yo ! Oyez ! Yohann Laffargue est un Horsain : kezako ? Un étranger pour ceux du Marais Vernier ! Un gars pas de cheu nous, quoi ! Un gars qu’a bourlingué ; qu’en a vu du pays ! En effet, Yoyo, comme aiment  à le surnommer ses amis,  est natif paradoxalement du Havre, puis il a conquis Dunkerque, Cambrai, Marseille-lui aussi- : il suivait les garnisons successives de son père militaire- comme V. Hugo- des rencontres de jeunesse - il a de fortes attaches dans le sud-ouest à Périgueux ... la patrie du meilleur joueur de rugby de l'année ... Thierry Dusautoir - enfin Lyon où il fit ses études d’ingénieur à l’INSA et Antibes où il récolta son seul carton rouge pour avoir mordu l’oreille de son adversaire…Yo-Yo est un connaisseur du grand écart sans ou avec ficelle, dans un va-et-vient continu du vertical à l’horizontal, du Chti au Provençal, du Gône au P’tiot…de joueurs à dirigeants ou éducateurs.Yoyo 3

Yoplay a découvert le rugby en universitaire avec son école d'ingénieur  de 1944 à 1999, là aussi comme Dusautoir ! Arrivé en Normandie, ça doit faire 10 ans, il s'est fait rapidement entraîner avec toute une petite troupe de collègues d’Atochem- Arkéma et les inévitables et incontournables Bernard et Jean Jacques d’abord au SC Bernay puis rapidement au BAR, le club de rugby de Brionne où il évolua en première ligne et malgré son allure svelte obtenue grâce à un régime draconien, il est amateur de bonne chère - chaque retrouvaille avec sa cité périgourdine est l'occasion d'une dégustation gargantuesque de mets locaux- les troisièmes-mi-temps furent souvent copieusement arrosées . Contre Blangy ou Grand Couronne alors qu'il participait à un superbe groupé pénétrant dont le pack vert et noir avait le secret, un adversaire effondra le frêle esquif entraînant notre Yoyo par le fond et lui explosant net le genou ... entorse, articulation en vrac ... saison terminée et très vive réaction de colère de pilier envers le torpilleur fautif ... "mais t'es débile !" (En fait c'était plutôt "mongolien" mais ce n'est pas très joli, joli !) ... ceci témoigne de la méchanceté hargneuse qui habite notre ami sur un terrain, non en fait, il est trop gentil : son "antijeu" et "mauvais gestes" ne font pas partie de son vocabulaire…sa carrière s’acheva sur des blessures à répétition : dos, fractures, entorses et encore dos. Caroline et bientôt ses enfants, Aurore et Romain(en âge de rentrer à l’école de rugby en septembre) peuvent enfin profiter davantage du guerrier- barbare. Yoyo 4
              Yoyo 5Lorsque l'idée de remonter une école de rugby à Brionne, après quelques années de sommeil, germa, les trois compères se rapprochèrent de Pont O, Yoplaît  devint rapidement un fervent adepte du covoiturage et des soufflantes du bord de touche ! Ces traits de caractère se retrouvent également en dehors des terrains (ou toujours à proximité), où il est honnête et franc, doublé d'un sacré caractère, avec lui si quelque chose ne va pas, il saura le dire et sans détour. Il s'investit toujours à fond dans tout ce qu'il fait et est souvent au four et au moulin, quand il participe à une organisation il ne sait pas s'arrêter, il est partout. Mickaël Morainville, un de ses premiers élèves du BAR en s’investissant lui aussi comme sa Maman Cécile à l’école de rugby, sont la preuve que son exemplarité a fait des émules.

Des moins de 9 aux moins de 15, de 5 à une trentaine de petits BARtiens, son parcours d’éducateurs font de ce garçon discret et sympathique, un des axes principaux des deux hémisphères Brionnais et Pont Audemériens du regroupement et sa joie retrouvée lors des derniers tournois  le comblent « de belles actions comme les pros » après des périodes de doutes légitimes, ça fait du bien au moral.Yoyo 6

Alors Tonton Yo-Yo, pardon Yohann, reviens quand tu seras à nouveau disponible car les souffrances du corps à nouveau te taraudent, le rugby est un de tes jouets favoris et tu sais que tu ne peux pas t’en passer : il ne faut pas tirer de trop sur la ficelle. Dis, Tonton, pourquoi tu tousses ?

 

 

LE « D – JAY » FABRICE

 

Jay 2

 

          Jay1  Le D-Jay Fabrice connaît la musique puisque depuis quelques saisons maintenant, les moins de sept ans - les fameux Marsupilamis, - s’entraînent sous sa direction polyphonique. Professeur au lycée Prévert, notre coach a repris le rugby qu’il avait pratiqué dans sa jeunesse pour encadrer avec les Nicolas Chabas, les Patrick Baril, les Fabrice Pilat et d’autres, les équipes UNSS, avec le bonheur que l’on sait avant de les rejoindre au sein de l’école de rugby du RCPA où son fils Clément fit ses premiers pas de rugbyman.Jay 3

            Depuis, le petit Clément a abandonné… mais son père est resté fidèle aux Marsu et la montée en puissance de cette Jay nération lui doit beaucoup. Le Jay niteur, en bon père et mari, se multiplie et rebondit dans d’autres activités pour satisfaire ses enfants : Valentine, Clara et Clément et sa femme Laurence, intendante au même lycée et bien sûr lui-même : bénéficiaires de ce PRO Jay : l’école de musique, le club de natation, le PANC (900 adhérents) dont il est devenu la bouée de secours récemment, les associations de parents d’élèves, le conseil d’administration du lycée, la voile qu’il gonfle ou affale dès que l’occasion se présente avec ses amis, le challenge de la ville auquel il participe ( volley, natation), l’action syndicale…autant de lieux de vie collectives, artistiques, sociales et sportives qu’il côtoie avec discrétion,  dévouement, engagement, efficacité, plaisir et évidemment Jay nérosité, le tout sans Jay rémiades.   Jay 4

            Les PRO JAY ne manquent pas pour notre Jay nial éducateur : après quelques années d’enseignement, il vient de se lancer dans un nouveau défi en officiant comme "chef de travaux " et  « agent de liaison » entre ses collègues et les responsables depuis l'année dernière au lycée en attendant une promotion de Jay néral qui ne saurait tarder tant il a de cordes à son arc ou d’armes à fourbir : sa volonté de faire avancer les choses, de s'engager dans les idées auxquelles il croit, sa bonne humeur, sa disponibilité pour les autres, ses aptitudes  à rendre service, à dialoguer, à écouter,  sans se détourner de ses idées, de ses convictions, ne sont plus à démontrer. Pour les championnats de France UNSS, pour le challenge  Marcel Sense, la Tournée à Pau, pour les tournois, notre ex-professeur de section technologique réalise et fabrique avec ses collègues et ses élèves les trophées remis aux diverses manifestations et fera aussi ceux de cette année.Jay 5

Les Nicolas, Pimprenelle et tous les enfants de l’école de rugby ont adopté ce Nounours en chair et en os qui joue les Nounous et qui les chouchoutent de sa grosse voix de Jay riatre ; le club espère bien conserver ce marchand de sable et de rêves le plus longtemps possible… au moins jusqu’au disque de platine…du D-Jay

« Jay, Jay, Jay quelque chose… de  JAY   ANT ». Allez un petit dernier Cognacq-Jay, à consommer sans modération … à vous les studios ! Pi - Jay ?

Partenaires Internet 2022