DOCTOR OLIVIER

ET MISTER BINAY

 

BinayOlivier (6)

 

BinayOlivier (4)Mister Binay est bien fraais, son patronyme fréquent en terre seinomarine en atteste… Binay viendrait de Robin, ce célèbre héros glorieux si cher aux Anglo-Saxons. Doctor Olivier, au flegme so british, pourrait être Irish ou Scottish par sa flamboyance – red hair - ce doit être pour ça qu’il plane un peu notre renard, arrêtons de le débiner - mais c’est surtout par sa patience- même s’il n’est pas anglais-, sa persévérance et sa ténacité– tant d’arrêts et de reprises depuis ses débuts rugbystiques, sa gentillesse distante et discrète qu’il s’apparente à nos meilleurs ennemis.   

           BinayOlivier (1)                   BinayOlivier (3)

Le petit Olivier a poussé  sur un terrain fertile : son père Fabrice, trois-quarts et HACMAN d’origine - les deux ne sont pas incompatibles-  fut reconverti  pilier en terre risloise puis éducateur, son frère aîné Thomas joua les flèches dans les catégories de jeunes, tuteuré par ces deux troncs, il ne put échapper à l’Olive, ce ballon si capricieux et si précieux- pas trop pressé l’Olivier cependant-  sa timidité  et le port de lunettes le pénalisaient mais à 22 ans, il a déjà plus de 10 ans de rugby…les gros mots et la boue qui justifiaient son engagement rugbystique dans son jeune âge ont laissé place aux plaisirs du jeu et de l’amitié … et une année sur deux, il repointe  au garage Rugby en équipe réserve.           

                                                                                           BinayOlivier (5)

Olivier ne roule pas des mécaniques : sa carrosserie longiligne qu’il n’hésite pas à transformer en fonction de son état d’âme : haillons, noir, cuir…, sa vitesse  naturelle - il a des jambes de feu, bien sûr-, ses essieux solides, son casque carotte couvert ou découvert tantôt barbu, tondu, punk - les années « teen » ne sont pas toujours faciles à traverser et la quête  de personnalité un pensum - pas facile d’être le fils d’un(e) enseignant(e) – hein ! Isabelle !-: il faut rester dans la norme-, son carénage fragile le placèrent dès ses débuts sur l’aile ; ses pare-chocs évoluant, il put glisser à l’arrière;  sous le capot, le moteur tourne rond même s’il peut parfois toussoter, être déconnecté de la réalité, il sait toutefois être efficace  et débrouillard quand il le faut, sans rien forcer. Zen mais BinayOlivier (2)coléreux, timoré mais courageux, réservé mais excentrique, calme mais rapide, rêveur mais aussi surprenant, notre lunatique ami cultive sa différence avec une dose de fantaisie, de fantasque qui le caractérise et le rend si attachant et si attendrissant mesdemoiselles. Les études n’étaient pas son truc : il décide de s’orienter vers la mécanique auto, la carrosserie plus précisément – c’était ça et rien d’autre au grand dam des parents - et depuis, il roule en solo sans embardées et accidents majeurs.

Enigmatique, Mystère Binay n’est pas un philanthrope, n’est pas obsédé par sa double personnalité, mais est apprécié des autres, de ses collègues, de ses partenaires et demande à être plus connu ; lorsque le masque tombe, son sourire malicieux se transforme en rire franc, sa tête baissée de timide se redresse pour affirmer ses taches de rousseur, il nous embobine et nous charme : Olivier ne craint plus personne et avance dans la vie avec délicatesse et gourmandise à la fois… le cas BINAY est en passe de se métamorphoser, les deux ne feraient plus qu’un…et l’avenir est devant lui : Olivier, faut pas le presser   !  

 

                 L'AMICAL "MIKA"

MIKA (7)

MIKA (2)

MIKA (6)Mickaël Morainville est un pur produit du Regroupement Vallée de la Risle : Entente Brionne BAR – Pont-Audemer RCPA qu’il a investi depuis sa tendre enfance et qu’il sert aujourd’hui comme éducateur : vous l’avez deviné, « Micka » se passionne pour  le rugby et  ne vit que pour ça depuis plusieurs années.MIKA (1)

« MI - CK ADO » est un gamin sur qui l’on peut compter: droit, simple, sérieux, calme, courageux, honnête, travailleur, serviable et fiable ; cadet d'une famille de quatre enfants dont trois garçons, famille de passionnés de rugby : le grand frère joue au BAR, la maman impliquée dans la création de l'Ecole de Rugby de Brionne puis active dans le bon fonctionnement de l'Entente Brionne-Pont-Audemer, toujours présente aux bords des terrains pour encourager ses "jeunes pousses". Mika a la passion de la jeunesse et parfois s'enflamme comme avant les matches : la remise des maillots, le retour aux vestiaires, la sortie sur le pré l’émeuvent encore.... Mais la jeunesse se passe, l’ado bouillonnant s’apaise, le jeune homme prend tranquillement ses marques. Fan du Stade Toulousain depuis son enfance, son adresse mail en témoigne, il ne rate aucun de leurs exploits et lui reste fidèle dans la tempête. Fou de rugby : il connaît tous les joueurs quel que soit son club et sa provenance. Mickael est un jeune très décidé, au collège, il dut se battre pour suivre une section rugby au lycée Modeste Leroy à Evreux où il prépara un bac STI2D qu'il obtint. Il  vécut  trois formidables années auprès de Paul Charrié (ancien stratège de l’EAC et ancien recordman de France du javelot) qui s'occupe de la section Rugby et commença à bâtir son réseau de relations, normal pour cet apprenti maçon ponctuel : les fondations seront solides. 

MIKA (8)

MIKA (3)«  MI -CKADEAU » est un véritable trésor d’abord pour sa famille, Cécile, sa dévouée mère ne contredira pas ce propos et pour ses deux clubs, le BAR  et le RCPA. « Je suis jeune, il est vrai, mais aux âmes bien nées, la valeur n’attend pas le nombre des années » : notre protégé aime et sait prendre des responsabilités. Il prépare actuellement un BPJEPS grâce à un contrat avec la mairie d'Evreux ; dans son élément, le petit Micka profite de l’expérience reconnue de l’encadrement des éducateurs d'Evreux. Il  accompagne à chaque occasion les sélections de l'Eure U14 et U 15 auprès de Franck DELEGER,  notre conseiller technique de l'Eure et assurera l’intervention primaire à la rentrée des écoles du canton de Pont Au ainsi que  l’organisation du stage de Pâques des U 14 et U16. Il encadre avec Nico  les moins de 16, s'éclate avec ces jeunes prometteurs : pour être éducateur, il ne faut pas uniquement avoir des qualités rugbystiques, mais il faut aussi être à l'écoute des jeunes, être un bon communicant : la vie n'est pas toujours tendre avec eux, le côté humain est très important, ainsi que le respect des jeunes, la valorisation de leurs efforts, leur faire comprendre qu'ils sont capables d'évoluer, et le leur faire remarquer, pour lui ce sont les clés de la réussite. Le mercredi, il n’hésite pas à donner volontiers un coup de main à Patrick ou Cédric- vous le constatez, le petit brionnais ne supporte pas l’inactivité : une pile électrique dynamique capable de jouer talonneur, troisième ligne, demi-de-mêlée, trois-quart tant sa technique et son foncier sont irréprochables ; volontaire, tonique,  respectueux, il gravit les échelons, une première saison chez les séniors brionnais, une seconde chez les rislois, il enfile le maillot des réserves et puis le 25 janvier 2015, le voilà titulaire en première… un parcours initiatique qui le forge et le motive.   MIKA (4)

MIKA (5)«  MIKADO » est un jeu de patience et d’habileté, d’adresse, notre jeune passionné de sport, toujours à l’écoute des autres  s’arme et se nourrit avec sagesse et satiété quotidiennement au contact de ses multiples expériences : l’accident de son grand ami Vianney qui ne pourra plus rejouer au rugby et qui encadre avec lui à l’EDR  est une injustice qui décuple son envie et son enthousiasme. Il reste à  espérer que ce sympathique garçon, si attachant, fidèle en amitié, réussisse une carrière dans le sport tant il le mérite. Physiquement, il n’est peut-être pas taillé pour jouer les premiers rôles, il manque de coffre mais à l’intérieur son état d’esprit et sa grandeur d’âme sont un capital inestimable pour ceux qui le côtoient. « Mickaël » signifie : « Qui est comme Dieu », il suffit donc d’attendre encore un peu.

 

                   LE PRINCE KARL

 

Karl (1)

 

 Côté Cour

Karl (2)Le Prince Karl vient d’avoir  dix-sept ans et joue aujourd’hui en moins de 18 ans. Le moins que l’on puisse dire c’est que « Carolus le magnifique » n’est pas rentré par la grande Cour - les latinistes vont suivre-: « Charles le Magne » donc, pas le « Grand Charles » non plus, a débuté le rugby à 6 ans à Bernay où son papa Jean Jacques était éducateur, un clermontois pur et dur ne s’éloigne jamais des perches. Pas trop à l'aise avec les contacts, Karl se spécialise au poste de "gardien de but", 15 mètres derrière les gros et les rucks ! Au désespoir de son papa, le célèbre Magic Volvic Picon, le barde des moins de 18, volcan toujours en activité – le seul d’Auvergne, portrait LVII: Flat rit Jaune et Bleu -, notre fils prodigue arrête au bout d’un an pour se consacrer au football, sport reine in England.  Une année pour se rendre compte que le football n'est pas fait pour lui (catalogué gardien de but par un éducateur "hautement qualifié") et retour au SCB pour une année en "Entente" avec le RCPA. La découverte du club rislois enchante «  le petit prince qu’on sort  » de son écrin bleu et blanc et la famille, royale, de Beaumont le Roger  s'exile rugbystiquement à Pont Audemer.  Elément fidèle de ses catégories d'âge jusqu'à l’arrivée à cette seconde année de U18 où « Karl a bruni  » sous les travaux  guerriers des Matthieu, Bernard, Yohann, Nico, Fabrice et autres. Comme il  aime par-dessus tout la qualité des contacts humains, l'amitié et la solidarité entre équipiers, il est servi par cette génération de joueurs mais exècre les stars et l'individualisme.Karl (3)

Côté Jardin

Jardin Public

Karl (4)Discret et efficace, petit et trapu comme son papa, le jovial et serviable  jaunard, le petit arverne, technique et volontaire, est un peu un "couteau suisse" : plus petit, il évoluait au centre, puis, à cause de Dame Nature, demi de mêlée - son manque de vivacité le pénalisait- ou flanker pour son goût du plaquage et enfin il se fixa au talon qui semble bien en phase avec son gabarit. Mais toutes ces expériences et ce bagage technique (passe, pied, réception de chandelles, ...)  lui ont permis de s'adapter à beaucoup de situations. Comme le disait souvent son coach l’inoxydable Fabrice, "Karlou bonifie les ballons". Guerrier, il va au charbon -normal pour un bougnat- n’a pas peur de déplacer les volcans, la "lave" aux dents : son mental fort mais plein de doutes en même temps- éruption ou  en sommeil-  probablement normal pour un grand ado- le rend très attachant. Exigeant avec lui-même, il sait devenir  meneur d’hommes : le capitanat des U 18 cette saison le confirmera. Passionné de rugby, il ne part pas vacances sans emporter le ballon ovale et les crampons, même quand la voiture était pleine à craquer ! Une passion qui le pousse aussi à tenter de convertir les jeunes footeux "perdus" à notre beau sport.  Evidemment, les origines auvergnates de la famille parlent et l'ASM n'est jamais bien loin de ses préoccupations. Perdre autant de finales, ça forge probablement un peu le caractère et rend plus philosophe .... mais il aimerait bien, comme son paternel, être moins philosophe !!!  Ne le chatouillez surtout pas les soirs de défaites des Jaunards  ex : le soir de la finale du top14, par sms , Louis Cornu et Fabrice  avaient tenté de lui changer les idées en le taquinant sur le petit mental Auvergnat , et bien ils ont entendu parler du pays !! Karl (5)

Jardin Privé

Karl (7)Si le gabarit ne correspond pas au profil recherché par Lhermet ou Azema, la tête est plutôt bien faite (au sens propre comme au sens figuré) – les jeunes filles ne démentiront pas-, une classe scientifique au lycée de Bernay doit le propulser vers une carrière dans le monde de l'agriculture ou l’agronomie : eh oui, « il faut bien cultiver son jardin… secret !  »  Pas étonnant, notre jardinier, Le Nôtre,  princier et passionné,  a décimé 50% de la pelouse familiale pour récolter radis, carottes, haricots, pommes de terre, sans parler de l'investissement d'une serre agricole cette année pour permettre aux tomates de pousser en Normandie. Si « Karlou » et son ingénieur de père, arpentent les allées royales du Parc des Sports, sa grande sœurette  Alexia joue en sénior féminine au SCB et sera en 2015-2016 la responsable de l'Ecole de Rugby de Bernay. Seule reste la maman, Sophie la sympathique et discrète,  qui résiste .... mais pas trop car elle donne des coups de main à droite et à gauche autour du terrain quand cela est nécessaire et ...... quand il ne fait pas trop froid !

Il ne reste plus qu’à souhaiter à notre Prince Karl un règne aussi long que celui de la reine Elisabeth II, à trouver une princesse aussi belle que Lady Diana et avoir autant de petits enfants que le couple souverain. « God save the Gardener! »  Karl (6)

PS : Dernière minute, le Prince Karl passe par le CHU de Caen : arcade ouverte mais victoire en poche !        

 

         « IL A UN CHAPEAU ROND,  

                

                  VIVE LE PERON ! » 

 

PERON (1)

Des racines, déraciné et des ailes

DES RACINES :

“Magit mat ho korf hoc’h ene a chomo pelloc’h e-barzh”

 (Nourris bien ton corps ton âme y restera plus longtemps)

PERON (2)Thomas Péron, comme tant d’autres professeurs d’EPS avant lui ( Avignonnais ou Cavaillonnais par exemple ), le pied marin à peine posé sur notre terre normande, revendiqua un retour imminent sur ses  terres bretonnes : au bout de la terre, le Finistère et … du sud, svp, c’est sans doute qu’un jour, il devait répondre aux sirènes d’Olivier pour prendre en charge la préparation physique des séniors qu’il assume dans la tourmente des résultats depuis deux saisons. Thomas n’a jamais joué au rugby, il naquit dans un environnement  voué au ballon rond (vive les bretons !) : sa mère est toujours secrétaire du fameux club de Plabennec où son père fut éducateur et son frère Tanguy joueur alors que le petit Homme Tom – pourquoi pas Tam-Tam ? Notre armoricain est aussi musicien- chanteur- aurait volontiers goûté aux joies de l’Ovalie, il devint pousse-cailloux par devoir filial. - Sa petite sœur Anaïs pratique le twirling et  entraîne (elle a entraîné Fanny et Agathe Honorine qui obtinrent des titres européens et mondiaux) : une vraie famille de champions, les Péron !  Lycéen et sportif, il hésite à embrasser la carrière de footballeur mais bac S en short et mention, il quitte la baie de Douarnenez, s’engage à Angers pour quatre années d'études de STAPS (Ecole IFEPSA), entraîne des jeunes dans un club local de football, découvre la boxe française - le pied !- : 20 sur 20 à l’oral du CAPES-faut pas l’énerver- et nage comme un poisson des heures durant… : curieux, boulimique et passionné…des qualificatifs qu’il cultive à l’envi sans se rassasier. Le celte qui sommeille en lui ne pouvait rester insensible aux charmes et aux caprices de la balle ovale qu’il enseigne d’ailleurs depuis quelques années à ses élèves. PERON (3)

DERACINE

« An hini na avantur netra na koll na gounid ne ra »

(Celui qui ne risque rien ne perd ni ne gagne)

PERON (4)Il débarqua en 2006 donc pour son premier poste de professeur d’éducation physique au Groupe scolaire Saint Ouen, après une année probatoire dans son port de pêche préféré, s’inscrivit dès son arrivée au CAPA football avec un seul objectif,  retrouver la pointe du nez de son territoire natal, pas très loin de la pointe du Raz, à la fin de l’envoi, je me pointe … à Pont Audemer ! Céline, sa tendre et douce mie d’enfance, se rapprocha  du Petit Breton en choisissant de s’exiler elle aussi pour retrouver son Apollon en région parisienne : ils jonglèrent avec les fins de semaine chez l’un ou chez l’autre : Les bretons sont de grands aventuriers  et répondent à l’appel du large : sans doute la raison pour laquelle la plongée sous-marine au club des Laventins lui ouvrit d’autres profondeurs ou horizons.  La vie les réunit enfin à nouveau, la professeur de physique-chimie rejoignit son marin sur le Pont-Audemer : ce couple harmonieux, discret et bien assorti peut enfin construire son avenir : un terrain, un jardin, une maison, un enfant … 

DES AILES

« Ar re vezv a zivezvomet ar re sot ne zisodont ket »

(Les saouls dessoûleront mais les fous ne défolleront pas)

Saint Thomas existe, nous l’avons rencontré : nous ne croyons que ce que nous voyons et puisque son prénom signifie « Dieu suprême », déclinons ses qualités reconnues sans retenue : il piquera un fard (breton, bien sûr) : rougir ou bleuir, il faut choisir  - tant pis pour sa modestie- :PERON (5)

- Le Péron est comique, drôle ... un bon sens de l'humour qu’il partage avec ses amis,  capable d’imitations réussies tant au niveau de la voix que de la gestuelle, son sens de l'observation et sa patience modèlent ses facéties ;

- Le Péron est sociable et bavard, engage très facilement la conversation avec beaucoup de monde et crée des liens rapidement ;

- Le Péron est courageux et persévérant : les cinq années de rénovation d’une petite maison à Douarnenez démontrèrent  caractère et courage pour achever les travaux.  La ténacité dans la passation de l'agrégation qu’il témoigne montre que notre spécimen ne lâchera pas le morceau (admissible une nouvelle fois cette année, il passe les oraux début avril);

- Le Péron est rêveur et mûrit plein de projets qui ne sont pas forcément très réalistes mais aussi étourdi : il oublie pas mal de choses : ses clés, son portefeuille, son portable...

- Le Péron est curieux et enthousiaste, il s'intéresse à énormément de domaines, a du mal à se focaliser sur uniquement quelques activités et a tendance à s'éparpiller.

- Le Péron est très attentionné et affectueux à la maison et cache sa sensibilité derrière son air mystérieux, ses grosses lunettes, sa coupe de cheveux militaire-héritage paternel : ça donne des galons- son doux sourire charmeur. Ce cœur tendre a besoin d’amour et d’attention.

- Le Péron est excessif... avec lui c'est tout ou rien! Il a du mal à faire les choses de manière mesurée.  Thomas aime la compétition. Il veut toujours être le meilleur dans tout ce qu’il fait et n’hésite pas à mettre toute son énergie dans son travail pour rester à la première position. 

Au physique, notre multisportman, porte bien son nom : Péron vient de Pierre (Petrus en latin) autrement dit, notre homme, c’est du solide, un menhir doublé d’un dolmen, un homme de Pierre, une Pierre musculaire et sur cette Pierre…

PERON (6)« An hini ne vez ket joa doc’htoñ pa erru a vez joa doc’htoñ pa ya kuit »

(Celui qui ne fait pas plaisir en arrivant fait plaisir en partant)

                                                                       KENAVO THOMAS ET TRUGAREZ !

                                                                « IL A UN CHAPEAU ROND,  VIVE LE PERON ! » 

Partenaires Internet 2022