TRANCHE DE VIE 

Je vous parle d'un temps que les moins de 16 ans ne peuvent pas connaître. En ovalie, le CA Bègles était champion de France. A Londres, les Australiens battaient les Anglais par 12 à 6, pour devenir champions du monde. Pendant ce temps, Blanco tirait sa révérence. Les Français terminaient deuxièmes du tournoi des cinq nations mais perdaient contre les Anglais. A Pont-Audemer, je succédai à René, Marcel, Marc à la présidence du RCPA qui retrouvait la Nationale 3 et se trouvait un nouvel entraîneur en la personne de JL PIPY En ce temps-là, l'équipe réserve était championne de Normandie ; les juniors, finalistes du championnat régional ; les cadets, vice-champions régionaux et l'école de Rugby gagnait le trophée Groupama de la meilleure école de rugby de l'Eure. A l'entrée de cette saison 91 /92, nous savions que nous disputions notre dernière année sur notre terrain fétiche de Saint-Paul et la nostalgie s'effaçait face à la l'excitation que nous ressentions en imagi­nant nos futures installations. Cette saison fut rude en combats contre les grosses cylindrées de l'ile de France mais également au cours des derbys qui nous opposèrent au HAC et à Gravenchon. En somme, l'année de tous les dangers que les écureuils négocièrent parfaitement pour se maintenir en division nationale.

Puis vint le temps ou le RC Toulon fut champion de France, cette même saison, à Nantes, les coqs se firent croquer par les pumas. Les Français terminèrent seconds du tournoi des cinq nations encore battus par les Anglais, ce fut l'entrée en vigueur du permis à points, tout allait mal. .. «Le complexe sportif» était inutilisa­ble, inondé en permanence. Seuls les plus anciens Pont-Audemériens s'en amusaient : «quelle idée d'avoir construit des terrains de sport à cet endroit, il n'y a toujours eu, ici, que des gabions !». Fort de cette révé­lation et en président responsable, qui constatait que les conditions d'entraînement et de match se dégra­daient au fil des semaines, je décidai de partir en guerre contre le responsable de ce désastre. De président de club sportif, je devins successivement, spécialiste en drainage et en granulométrie, journaliste d'investiga­tion, accusateur public. Finalement, ce fut la casquette de négociateur qui me fut la plus difficile à porter. Pendant ce temps, emmenés par Jean Marie LEGUIADER, leur nouvel entraîneur, les écureuils affrontaient courageusement Antony, St Denis, s'exportaient à Chartres, Vendôme ou Vierzon et disputaient de nouveaux derbys contre Caen et Evreux pour se maintenir en troisième division nationale. Jeff DREYER et Dominique ROMAIN préparaient la relève en se dépensant sans compter auprès des juniors et Xavier GARCIA se découvrait des talents de pédagogue en dirigeant magistralement l'école de rugby. 

Ils sont venus, ils sont tous là, il y a surtout ces vieux aux corps cabossés, comme l'écrira Marcel, ces seniors à fière allure, cette photo faite pour jaunir dans un coin du club des quatre présidents et du secrétaire per­pétuel. Bien sûr, nous sommes le Samedi 8 Mai 1993 et le RCPA fête ses 25 ans. Le titre du journal local en dira plus qu'un long discours: « quelle belle fête !». 

En ce début de saison 1993/ 1994, Castres est champion de France, la France a gagné le tournoi des cinq nations mais encore une fois battue par l'Angleterre. Nelson MANDELA est prix Nobel de la paix, mais pour Pont Au, cette année sentira la poudre ... Les déplacements nous asphyxient, pensez qu'avec un budget qui reste constant nous devons aller batailler contre le comité de Bourgogne. Autun, Chagny, St Léger-des-Vignes sont nos adversaires désignés. Les grosses pointures d'ile de France, quant à elles, restent au pro­gramme, puisque nous rencontrerons Massy, SCUF, Pontoise et Massif Central. L'année s'annonce difficile pour «Lagardère» et ses hommes mais ils ne savent pas encore à quel point .... Courageux, ils le seront. Appliqués, ils le deviendront sous la houlette de Jean Marie qui cultive, sur ce terreau favorable, un bel esprit «Rugby». Fidèles, ils l'ont toujours été, additionnant les kilomètres, chaque fin de semaine, pour défendre les couleurs de leur club.

Les années 1993-1997 

Cocufiés, ils vont l'être par la fédération, qui maintiendra, au mépris du règlement, deux clubs d'ile de France en situation irrégulière en Nationale Ill, au détriment Du RCPA. Rien n'y fera, pas plus l'appui des présidents des comité d'Alsace et du Nord qui manifestent clairement leur solidarité, que notre démarche auprès du Président LAPASSET qui nous laisse à penser que «ne rien voir, ne rien entendre et ne rien dire» est la poli­tique de l'équipe dirigeante en place. Nous nous verrons offrir, Jean Marie et moi, chacun une cravate ... Et un jeu de maillots pour le club, en réponse à nos questions sur la tricherie des Franciliens et à nos interro­gations sur l'avenir des petits comités. 

Heureusement, de retour au club, et plus particulièrement au comptoir de Papy EUDELINE, les petits oiseaux gazouillent et les petits poussins picorent jusqu'aux premières lueurs de l'aube. Et même· si nous descendons en division d'honneur, au terme de cette saison, et bien non, non, non, RCPA n'est pas ·mort ! il n'est qu'à voir les GRECO, BARNAUX, TYNENSKI, BESSON, DUVAL, REMOND, GOURIOU, ROMAIN donner de leur temps et de leur énergie pour animer l'école de rugby. Nous assisterons même; au mois de mai 1994 au retour d'Yves HAMEL, les bagages pleins de jeunes rugbymen de Cayenne, venus effectuer une tournée en Normandie, sur les traces de MARISTELLA, notre mascotte depuis plusieurs mois. 

Ce début de saison 1994-1995, le stade TOULOUSAIN est champion de France, les Français terminent troi­sièmes du tournoi des cinq nations, encore battus par l'Angleterre. Malgré tout, on inaugure le tunnel sous la Manche ... Le RCPA est en division d'honneur et prépare ses joutes contre Bayeux, Dieppe, le HAC, le RCPH et L'Aigle. Et quelles joutes ! puisqu'à l'issue de cette saison, Pont-Audemer est sacré champion de Normandie, participe aux huitièmes de finale du championnat de France et retrouve, en fanfare, la troisième division nationale. Discrètement, emmenée par Alain ROLLAND, l'équipe Junior franchit la barre des 700 points marqués pour 77 encaissés ! Cette débauche de succès valait bien qu'à la fin du match épique contre les Picards Amiénois Boris rendit sa raie ... publique ! 

1995, l'Afrique du sud est championne du monde en battant les ail blacks, le stade TOULOUSAIN est tou­jours champion de France, les Français terminent à la troisième place du tournoi des cinq nations, encore battus par les Anglais ; le Rugby rejoint les sports professionnels. A Pont-Audemer, Jean-Marie LEGUIADER aidé de Jacques THIBOUT entament leur saison par un succès en première et en réserve en terre Valenciennoise. Cette saison nos adversaires sont plutôt nordistes et toujours Franciliens. 

Pont-Audemer joue à son niveau, l'a prouvé l'année précédente en surclassant ses adversaires et cette idée fait son chemin dans les têtes, les matchs sont abordés, certes avec sérieux, mais plus sereinement. Comme l'écrira Jean Marie, «les carcans ont cédé et les tactiques figées ont fondu avec le retour du printemps». Le club est bien structuré, chaque commission maîtrise son sujet, les taches sont partagées et le résultat fructueux. Le travail patient des éducateurs de l'école de rugby porte ses fruits, offrant aux entraîneurs de l'équipe fanion, un réservoir de jeunes talents formés dans le moule et avec la «patte» RCPA. Délesté des contingences du résultat immédiat, l'équipe dirigeante a pris le pli de nouer des relations amicales et régu­lières avec nos partenaires financiers. Le «pot des commerçants» est en passe de devenir une institution. Du côté du milieu scolaire après quelques hésitations et quelques maladresses de débutants les relations s'installent vite dans la confiance et l'efficacité. 

Le club semble s'installer en division nationale et, tout compte fait, il serait peut-être temps de «passer la main» ... Marc PLET, qui ne s'est jamais vraiment éloigné, accepte de reprendre la présidence à la fin de cette saison 1995/ 1996. Libéré de ma charge, je débauche mon ami Nicolas CHABAS et nous prenons en charge l'équipe junior, l'équipe aux 700 points marqués ! Voilà, l'aventure prend fin et en écrivant ces lignes plu­sieurs années plus tard je me dis que 1991 / l996 fut une grande, une très grande tranche de vie. 

PS : au fait, en 1996 les Français terminent à la troisième place du tournoi mais battent les Anglais ... 

 

SEPTEMBRE 1972

 

C’était la quatrième année de vie du R.C.P.A.. Après un démarrage laborieux, sans aucune aide comme l’a décrit mon ami J.P CIMINATO le début de la saison fut placé sous le signe d’espoirs de pérennité pour notre cher club de rugby.

A cette époque on avait déjà senti que des chances d’implantation du rugby à PONT- AUDEMER étaient réelles et ce par l’arrivée au R.C.P.A de jeunes sportifs locaux talentueux dans d’autres disciplines comme Didier MOUCHEL, footballeur émérite ou Lionel KITTS, gymnaste affirmé. Avec Patrick BEAUDOIN qui avait fait ses classes rugby au Collège Saint-Ouen et au R.C.Honfleur et Gilles BIET, Pont Audemérien ayant tâté à l’ovale, ces nouveaux joueurs allaient remplacer des rugbymen expérimentés qui avaient bien aidé le R.C.P.A à évoluer au cours de ses trois premières années de vie . Alec JONES, Dominique MESLIN et Claude TRONCHE quittaient la Normandie pour faire face à leurs obligations professionnelles. Septembre 1972 voyait pour la première fois l’équipe fanion évoluer en division d’Honneur, division la plus huppée du Championnat de Normandie. Le petit Poucet avait grandi les jeunes locaux commençaient à rejoindre le R.C.P.A, le public se fidélisait auprès de notre discipline nouvelle que la télévision aidait à vulgariser. Les projets d’école de rugby, d’équipes de jeunes, d’équipe réserve, devenaient de moins en vue dans la sphère sportive risloise. En début de saison les résultats furent délicats pour notre club puisque nous subîmes plusieurs défaites contre Flers, Caen E.C., Alençon, Laigle puis, vint enfin la victoire contre le Stade Malherbe de Caen .La fin de saison fut, elle, très honorable puisque le club y gagna le droit de conserver sa place en Division d’Honneur.

Cette saison fut aussi marquée par la venue du club anglais de STOW ON THE WOLD Club, de notre ami Alec JONES ancien joueur qui avait regagné sa mère patrie. Premier match international du R.C.P.A. première victoire par 47 à 10.Les noms des joueurs qui opérèrent au cours de cette saison marquant une nouvelle étape de la vie du R.C.P.A. méritent d’être cités : Chez les avants Belhache, Maheux, Hue, Guesdon, Legrand, Kitts, Langlois, Kergoat, Philippe et Didier Mouchel. Dans les lignes arrières Simon, Urnous, Maurice, Biet, Sénioris, Orus, Millet, Marty.

 


LA SAISON 1973 -1974

 

La saison 1973- 1974 vit le club évoluer sur un nouveau terrain. Ce n’était pas encore un stade mais des vestiaires et des aménagements décents avaient été installés, signes de reconnaissance du dynamisme de notre cher R.C.P.A. Sur le plan effectif cette saison vit très peu de changements. Sportivement elle commença une fois encore laborieusement par trois défaites suivies cependant de quatre victoires qui permirent au club de terminer à la cinquième place du championnat Honneur. Malheureusement une réorganisation du Championnat de Normandie imposa au R.C.P.A de descendre pour opérer en Promotion d’Honneur lors de la saison 1973-1974.Cette année fut marquée par un événement qui en dit long sur la notoriété naissante du club. Enfin de saison le R.C.P.A se vit confier pour la première fois l’organisation de l’Assemblée Générale du Comité de Normandie Honneur qu’il assuma avec compétence et professionnalisme. Cette reconnaissance fut aussi locale puisque j’eus l’honneur de recevoir la médaille de la Ville,remise par Mr Etienne Président de l’O.M.S.

Le rugby était décidément bien installé à Pont-Audemer. Les enfants et les jeunes de la ville pouvaient maintenant pratiquer une nouvelle discipline sportive garante du développement de valeurs physiques et morales recherchées par les parents. Sur le plan sportif l’école de rugby disputa la finale du tournoi départemental et l’équipe fanionremporta le Challenge PUYCHEGUT.


LA SAISON 1974 -1975  

 

La saison 1974-1975 permit de renforcer les structures du club, étoffa les équipes dirigeantes et l’encadrement des jeunes. Lors de la rencontre avec nos amis Anglais de STOW, en début de saison, deux joueurs se blessèrent sérieusement L. Kitts et P. Beaudoin. L’absence de ces deux éléments majeurs du paquet d’avants nuisit considérablement au rendement de ce dernier pour une bonne partie de la saison. Celle-ci s’acheva par le maintien en Promotion d’Honneur et une finale perdue en Challenge PUYCHEGUT face à Elbeuf sur le score de 28 à 80 à Mont Saint-Aignan.

 

 
LA SAISON 1975-1976

 

La saison 1975-1976 fut marquée par 3 évènements :

- La remontée en division d’Honneur grâce à deux victoires sur SAINT-LO . Le club allait retrouver sa véritable place dans la hiérarchie du rugby normand.

- La première participation à un Championnat de France. En 32èmes de finale notre club s’inclina face à LA COURNEUVE.

- L’obtention du Challenge du Fair Play décerné par le Comité de Normandie. Cette marque de reconnaissance fut un hommage à la correction des joueurs sur le terrain et à l’état d’esprit sportif du club tout entier.

 

LA SAISON 1976-1977

 
Ren 4La saison 1976-1977 marqua encore une progression du club. Evoluant toujours en Division d’Honneur , il termina à la seconde place du groupe derrière Le H.A.C. Qualifié pour le Championnat de France, un point du règlement national touchant la structure des clubs empêcha notre participation Le club fut au cours de cette saison invaincu à PONT-AUDEMER. Il établit un nouveau contact avec un club Anglais. Nous reçûmes les Old Christians de GLOUCESTER. A l’occasion de la rencontre nos invités venus avec une forte équipe nous montrèrent tous les progrès que nous avions encore à réaliser. La plupart des joueurs étaient restés fidèles aux couleurs, avec quelques nouveaux ils donnèrent au R.C.P.A une image respectable celle de l’un des tous meilleurs clubs du Championnat de Normandie. Au cours de la saison évoluèrent régulièrement au sein du groupe les joueurs suivants : Lefrancois, Maheux, Bardinet, Langlois, Delaney, Kitts, Kergoat, Mouchel, Hamel, Biet, Hanchard, Senioris, Bluet, Voisin, Orus et plusieurs autres dont les noms m’échappent probablement, qu’ils m’en excusent. Voilà livrés quelques souvenirs, réflexions, moments de joie que j’ai eu du plaisir à coucher sur ce papier.

 

FIN 1976

 

Fin 1976, le R.C.P.A  était devenu un grand du Championnat de Normandie avec toujours de l’ambition et des étapes nouvelles à franchir. L’avenir montrera qu’il sut, être à la hauteur de ses espérances. Sachez que j’ai eu beaucoup de bonheur à participer à l’épopée du R.C.P.A  et presque autant à en relater quelques épisodes. J’espère vous donner rendez-vous pour les quarante ans du club tout en me disant que si le R.C.P.A  a bien quarante années d’existence, il n’est pas possible que j’ai moi-même 40 années de plus que le jeune prof de Saint-Ouen qui un jour montra à ses proches qu’un ballon pouvait aussi ne pas être tout à fait rond !

 

 

LE TEMPS PASSE,

 

LES ANECDOTES

 

RESTENT

              

Bien voilà, il faut que je vous parle du RCPA des années 78 à 82. Je n’ai que des brèves. Est-ce bien sérieux de faire appelle à ma plume !!! Moi qui étais dans ces années folles plutôt : «The king of the connerie», «Le Mariano de Fourmetot ».

Pancrass et des meilleurs…Nous voilà en 78, un bon championnat d’honneur terminé à la 2ème place nous ouvre les portes des barrages pour la montée en 3ème division contre l’US BERRY. C’est une défaite logique contre une belle équipe. Après ce match, nous avions retrouvé notre ami Corse, Roger de FOURMETOT, à ISSOUDUN pour célébrer notre célèbre 3ème mi-temps. Il y avait là un mariage fort sympathique où la famille nous avait invité à partager leurs agapes. Après quelques verres et quelques chansons René, notre Président,nous rassembla pour monter dans le bus, mais la mariée ne voulait pas nous libérer, surtout MULOT qui lui avait tapé dans l’oeil, je vous laisse deviner la suite…Bonjour l’ambiance ! Dans ces années là, nous faisions des tournées en ANGLETERRE.

                                                                                                                               

Une année nous eûmes trois clubs à rencontrer dans le week-end de Pâques. SALCOMBE, STOW, GLOUCESTER. Trois jours, trois matches, trois cuites avec pour terminer une très belle course de bus sur l’autoroute avec prise de képis aux BOBIES par notre KIKI national.

 

Le capitaine exemplaire de cette tournée était Sylvain KERNE qui avait comme maxime pendant les matches parfois difficiles «Ralliez vous au trou de mon cul.»      

Nous avons célébré les 10 ans du club contre une sélection de NORMANDIE. La troisième mi-temps,le député de l’époque Claude MICHEL s’en souvient peut-être encore. Dans les années 80, nous avons fait la connaissance d’un 2ème ligne de TOULON. Un monstre, il mesurait1,95m pour 110kg, Marcel me demanda de le titiller à l’entraînement, chose dite, chose faite. Après quelques entraînements notre camarade nous avoua être de PACY SUR EURE et qu’il n’avait pas joué au RC TOULON mais à la MJC de TOULON. Il s’appelait Jean-Luc HATTON, devint PATTON (à cause de ses percées de mammouth) Il fut le gérant et le cuistot du club-house et reste un joyeux et bon copain. Dans ces années là, nous participions au tournoi de CAEN et étions souvent en finale contre des équipes étrangères (RC COLOGNE, DELPHE, ZURICH). Les fêtes se terminaient à l’Echiquier où, MULOT,KIKI et moi remportions souvent le concours de flipper déshabillé.        

A l’Echiquier, quand notre camarade RICHARD arrivait à sortir du terrain sans blessure, il s’assommait contre les murs après avoir gagné le concours de l’homme allongé sur les bouteilles. Voilà, après ces quelques anecdotes je voudrais ajouter que ce club est devenu pour moi une famille avec ses joies, ses peines et ses emmerdes…Je suis très heureux de voir la bonne santé du club aujourd’hui et je te souhaite à toi RCPA un bon anniversaire.                                                     

GILLES

 

LES ANNEES 1968 – 1972- 1968


Avant d’aborder en détails la naissance du Rugby à Pont-Audemer, il faut revenir en arrière durant les années 1966-1967. C’est au Lycée St-Ouen que cela débuta. Jean-Pierre URNOUS était nommé dans cet Etablissement en qualité de Professeur de Sciences Naturelles. Il venait du midi comme on disait autrefois. C’était un ancien international JUNIOR. Ce catalan pratiquait l’ovale dans le club des Côtes Vermeilles prés de BANYULS. J’ai tout de suite sympathisé avec lui et spontanément il nous a apporté son concours dans les disciplines sportives que nous pratiquions dans l’Etablissement. Pendant la saison 1967-1968, l’idée de pratiquer le Rugby au Lycée fait son chemin. Après en avoir discuté avec les Elèves issus des classes de premières et de terminales, il fut décidé de découvrir ce nouveau sport pendant les cours d’EPS ou plutôt durant les séances de plein Air. Il faut noter à ce sujet que le Lycée disposait de 3 heures supplémentaires. Les premières leçons débutèrent tous les samedis après-midi sur le terrain de la Ruelle avec comme seul ballon, celui apporté par un certain Marcel SENIORIS. A cette époque seuls 2 joueurs jouaient en club, ils s’appelaient Jacques MILLET et Patrick BEAUDOIN…. Je ne vais pas m’étendre sur cette expérience mais les premières fondations venaient d’être posées. Après une année de pratique scolaire, on décida de créer un Club de Rugby dans la ville de Pont-Audemer. Le vendredi 26 Janvier 1968, une première réunion d’information eut lieu dans la salle de la mairie devant une quarantaine de personnes en majorité des jeunes. Parmi l’assistance on notait la présence de Mrs Hervé LEBRETON et Michel GAY. Mais rien de concret ne déboucha de cette entrevue et il fut décidé de nous retrouver la semaine suivante pour constituer un bureau. Le vendredi 2 Février, nous constations une participation plus nombreuse avec des adultes. Nous pouvons enfin créer notre bureau dont la composition était la suivante Président : CLOT Vice-présidents : PLESSY-LEBRETON ; Secrétaire Général : GAY. Secrétaire Adjoint : ETIENNE. Trésorier : MOREAU. Directeur Sportif : BERQUE. Entraîneurs : URNOUS et CIMINATO. Maintenant que le Club était créé, il fallait prendre contact avec le Président du CAPA afin de rattacher notre discipline au Club Omnisports. Avec René PLESSY, JP URNOUS et moi-même on essuya un refus du président de l’époque. Pour nous intégrer on nous demanda tout d’abord de « faire nos preuves » Ce sont exactement les mots qui sortirent de la bouche de notre interlocuteur. A ce moment-là on a failli laisser tomber devant le désintérêt manifesté à notre encontre. Mais René PLESSY nous a encouragés à poursuivre notre démarche en s’adressant cette fois-ci directement à la Municipalité. Après maints palabres on finit par obtenir gain de cause. Un terrain nous sera alloué. Le sigle RCPA fut choisi ainsi que la couleur des équipements. En faisant connaissance du terrain on découvrit un champ bosselé « parsemé » de bouses de vaches… le sol était en plus dangereux car des silex émergeaient de celui-ci et nous plaignons déjà nos genoux. Bien entendu il n’était pas question de tondre le terrain avec les engins de la ville. C’est avec un appareil à main(une tondeuse presque préhistorique) confiée par Hervé LEBRETON que l’on procéda au nettoyage. Près de 3 heures de travail dans ces conditions ont été nécessaires pour obtenir un résultat à peine passable…Pour compliquer l’affaire, le terrain disposait d’une clôture électrifiée pour les vaches et bien entendu il fallait prendre des précautions pour éviter les décharges. Comme vestiaires la municipalité nous avait octroyé une ancienne maison de garde-barrière qui comprenait deux pièces sans chauffage naturellement et avec un seul robinet d’eau à l’extérieur. La première équipe était constituée de 3/4 d’élèves de Saint-Ouen plus quelques joueurs amenés par René et 2 ou 3 joueurs néophytes…La veille du match contre ALENCON on n’était que 14 joueurs : Il en manquait un et nous l’avons déniché au hasard le samedi après-midi. Il regardait les affiches du cinéma EDEN…J’ai pris mon courage à deux mains…Son nom LECHEVALLIER, un nom de preux prédestiné à jouer en première ligne, il accepta de venir pousser avec nous le dimanche.. C’était un gars très athlétique ancien handballeur et ne connaissant rien au rugby. On l’installa pilier auprès de HELLUIN et MAYEUX. Pour la petite histoire notre premier match débuta par une victoire 9 à 3.

 

LA SAISON 1968 - 1969

La première saison se déroula avec des résultats en dents de scie, on apprenait les rudiments du RUGBY mais la formation continuait au Lycée St-Ouen où maintenant l’AS Sportive avait engagé des équipes dans toutes les catégories. Le Club s’enrichit de joueurs de qualité avec les SENIORIS, LAIGLE, BOUS,ORUS, CHEYROLLES, MAREST, FEUGERES, KERGOAT, LEGRAND et j’en passe mais surtout Noël RAULT qui après avoir enfin délaissé le Foot où il excellait dans son club en qualité de gardien de but est venu nous renforcer. Un redoutable 3/4 aile qui si je me souviens bien avait inscrit la bagatelle de 160 points en une saison…Un record…Dans le même temps, notre premier joueur britannique Alec JONES fit son apparition. Venu avec ses crampons on l’intégra immédiatement dans l’équipe…ne me parlez pas s’il le pouvait étant donné qu’il n’avait pas de licence…..Nous avions remarqué la présence d’un spectateur assidu de tous nos matchs….un certain J.Claude GRECO. Suite à un courrier adressé par mes soins, J.Claude se joignit à nous et occupa les fonctions de Secrétaire Général. Il ne faut pas oublier de signaler que les transports de joueurs s’effectuaient en voitures particulières après le «ramassage» des joueurs tout au long du trajet. Le lavage des équipements était à la charge des épouses des joueurs. Le Budget au départ était constitué à partir de la vente de cartes de membres honoraires (20 frs)..en plein Mai 1968…A cela s’ajoutait une maigre subvention du comité de Normandie et de la Jeunesse et des Sports. Nous n’avions pas de Club House mais la FORGE et le BAR DES ALLIES nous accueillaient avec enthousiasme pour la 3eme mi-temps. Qu’il y ait victoire ou défaite nous étions heureux et fiers de porter les couleurs du RCPA.

 

LES SAISONS 1970-71-72


Dés le début de la saison 70, la Municipalité nous octroya deux nouveaux terrains plus conformes mais sans vestiaires chauffés. De plus on bénéficiait de la salle du Pré-baron pour nos entraînements en nocturne où il n’était pas question d’utiliser le jeu au pied. C’est ici que l’on perfectionna notre travail technique en particulier «le cad-déb» cher aux 3/4 que peu d’équipes dans le département voire la région étaient capables de réussir. Dans ces saisons que nous qualifierons d’apprentissage nous nous sommes maintenus en 2° série (Y avait-il une série inférieure ?) Il fallut attendre 1973 pour nous voir accéder en1° série (actuel championnat honneur). Cette année vit la création de l’équipe réserve constituée pour la grande majorité d’élèves de St-Ouen. En 1972, le 29 Avril pour être exact à l’initiative d’ALEC JOHN ce fut notre première rencontre avec nos amis de STOW on THE WOLD. Deux matchs avaient été programmés. 

Résultat : 1 victoire et 1 défaire. Dans ces rencontres on remarquait l’incorporation de nouveaux joueurs tels que TRONCHE, BARDINET, JEAMMET,YESELNICK, HUE, MAHEUX, SIMON, etc…Après le bain à la bière dans les chaudrons britanniques, le président PLESSY fit un discours de haute tenue devant l’assemblée des joueurs et de leurs épouses. Nous n’oublierons jamais le bal du lendemain avec la réception chaleureuse de la municipalité de STOW ….. Et le retour s’effectua dans l’allégresse et le souhait de revenir très bientôt, voici la composition des joueurs des différentes saisons évoquées plus haut. Mes excuses pour les «oubliés» mais ce n’est pas volontaire.

1968-1969 : MAYEUX HELLUIN DUBOIS BOUS JEF PLESSY CIMINATO CALTOT NIEL GAY URNOUS MILLET LAMY MOREAU SENIORIS LEFILLASTRE

1969-1970 : MAYEUX HELLUIN LEGRAND PLESSY ALEC CIMINATO MAREST BOUS GAY URNOUS MAURICE SENIORIS FEUGERES RAULT BAILLET MILLET CHEVALLIER LAMBEA CALTOT LEPREUX

1970-1971 : MAYEUX HELLUIN GUESDON LAIGLE CIMINATO ALEC PLESSY BOUS KERGOAT LEGRAND GAY URNOUS SENIORIS ORUS MAURICE RAULT MILLET

1971-1972 : MAYEUX HELLUIN GUESDON LAIGLE CIMINATO ALEC PLESSY TRONCHE BOUS JEAMMET YSELNICK LEGRAND BARDINET DUBOURG MILLET ORUS SENIORIS URNOUS MAURICE SIMON KERGOAT RAULT

 

Sous-catégories

Merci à nos Partenaires Plaquettes

ems.jpg

MERCI à nos PARTENAIRES MAILLOTS

Connexion