LES ANNEES 1968 – 1972


ciminAvant d’aborder en détails la naissance du Rugby à Pont-Audemer, il faut revenir en arrière durant les années 1966-1967. C’est au Lycée St-Ouen que cela débuta. Jean-Pierre URNOUS était nommé dans cet Etablissement en qualité de Professeur de Sciences Naturelles. Il venait du midi comme on disait autrefois. C’était un ancien international JUNIOR. Ce catalan pratiquait l’ovale dans le club des Côtes Vermeilles prés de BANYULS. J’ai tout de suite sympathisé avec lui et spontanément il nous a apporté son concours dans les disciplines sportives que nous pratiquions dans l’Etablissement. Pendant la saison 1967-1968, l’idée de pratiquer le Rugby au Lycée fait son chemin. Après en avoir discuté avec les Elèves issus des classes de premières et de terminales, il fut décidé de découvrir ce nouveau sport pendant les cours d’EPS ou plutôt durant les séances de plein Air. Il faut noter à ce sujet que le Lycée disposait de 3 heures supplémentaires. Les premières leçons débutèrent tous les samedis après-midi sur le terrain de la Ruelle avec comme seul ballon, celui apporté par un certain Marcel SENIORIS. A cette époque seuls 2 joueurs jouaient en club, ils s’appelaient Jacques MILLET et Patrick BEAUDOIN…. 1971 2Je ne vais pas m’étendre sur cette expérience mais les premières fondations venaient d’être posées. Après une année de pratique scolaire, on décida de créer un Club de Rugby dans la ville de Pont-Audemer. Le vendredi 26 Janvier 1968, une première réunion d’information eut lieu dans la salle de la mairie devant une quarantaine de personnes en majorité des jeunes. Parmi l’assistance on notait la présence de Mrs Hervé LEBRETON et Michel GAY. Mais rien de concret ne déboucha de cette entrevue et il fut décidé de nous retrouver la semaine suivante pour constituer un bureau. Le vendredi 2 Février, nous constations une participation plus nombreuse avec des adultes. Nous pouvons enfin créer notre bureau dont la composition était la suivante Président : CLOT Vice-présidents : PLESSY-LEBRETON ; Secrétaire Général : GAY. Secrétaire Adjoint : ETIENNE. Trésorier : MOREAU. Directeur Sportif : BERQUE. Entraîneurs : URNOUS et CIMINATO. Maintenant que le Club était créé, il fallait prendre contact avec le Président du CAPA afin de rattacher notre discipline au Club Omnisports. Avec René PLESSY, JP URNOUS et moi-même on essuya un refus du président de l’époque. Pour nous intégrer on nous demanda tout d’abord de « faire nos preuves » Ce sont exactement les mots qui sortirent de la bouche de notre interlocuteur. A ce moment-là on a failli laisser tomber devant le désintérêt manifesté à notre encontre. 1971Mais René PLESSY nous a encouragés à poursuivre notre démarche en s’adressant cette fois-ci directement à la Municipalité. Après maints palabres on finit par obtenir gain de cause. Un terrain nous sera alloué. Le sigle RCPA fut choisi ainsi que la couleur des équipements. En faisant connaissance du terrain on découvrit un champ bosselé « parsemé » de bouses de vaches… le sol était en plus dangereux car des silex émergeaient de celui-ci et nous plaignons déjà nos genoux. Bien entendu il n’était pas question de tondre le terrain avec les engins de la ville. C’est avec un appareil à main(une tondeuse presque préhistorique) confiée par Hervé LEBRETON que l’on procéda au nettoyage. Près de 3 heures de travail dans ces conditions ont été nécessaires pour obtenir un résultat à peine passable…Pour compliquer l’affaire, le terrain disposait d’une clôture électrifiée pour les vaches et bien entendu il fallait prendre des précautions pour éviter les décharges. Comme vestiaires la municipalité nous avait octroyé une ancienne maison de garde-barrière qui comprenait deux pièces sans chauffage naturellement et avec un seul robinet d’eau à l’extérieur. La première équipe était constituée de 3/4 d’élèves de Saint-Ouen plus quelques joueurs amenés par René et 2 ou 3 joueurs néophytes…La veille du match contre ALENCON on n’était que 14 joueurs : Il en manquait un et nous l’avons déniché au hasard le samedi après-midi. Il regardait les affiches du cinéma EDEN…J’ai pris mon courage à deux mains…Son nom LECHEVALLIER, un nom de preux prédestiné à jouer en première ligne, il accepta de venir pousser avec nous le dimanche.. C’était un gars très athlétique ancien handballeur et ne connaissant rien au rugby. On l’installa pilier auprès de HELLUIN et MAYEUX. Pour la petite histoire notre premier match débuta par une victoire 9 à 3.

 

LA SAISON 1968 - 1969

1er entranementLa première saison se déroula avec des résultats en dents de scie, on apprenait les rudiments du RUGBY mais la formation continuait au Lycée St-Ouen où maintenant l’AS Sportive avait engagé des équipes dans toutes les catégories. Le Club s’enrichit de joueurs de qualité avec les SENIORIS, LAIGLE, BOUS,ORUS, CHEYROLLES, MAREST, FEUGERES, KERGOAT, LEGRAND et j’en passe mais surtout Noël RAULT qui après avoir enfin délaissé le Foot où il excellait dans son club en qualité de gardien de but est venu nous renforcer. Un redoutable 3/4 aile qui si je me souviens bien avait inscrit la bagatelle de 160 points en une saison…1968Un record…Dans le même temps, notre premier joueur britannique Alec JONES fit son apparition.Alec Venu avec ses crampons on l’intégra immédiatement dans l’équipe…ne me parlez pas s’il le pouvait étant donné qu’il n’avait pas de licence…..Nous avions remarqué la présence d’un spectateur assidu de tous nos matchs….un certain J.Claude GRECO. Suite à un courrier adressé par mes soins, J.Claude se joignit à nous et occupa les fonctions de Secrétaire Général. Il ne faut pas oublier de signaler que les transports de joueurs s’effectuaient en voitures particulières après le «ramassage» des joueurs tout au long du trajet. Le lavage des équipements était à la charge des épouses des joueurs. 1969Le Budget au départ était constitué à partir de la vente de cartes de membres honoraires (20 frs)..en plein Mai 1968…A cela s’ajoutait une maigre subvention du comité de Normandie et de la Jeunesse et des Sports. Nous n’avions pas de Club House mais la FORGE et le BAR DES ALLIES nous accueillaient avec enthousiasme pour la 3eme mi-temps. Qu’il y ait victoire ou défaite nous étions heureux et fiers de porter les couleurs du RCPA.

 

LES SAISONS 1970-71-72


1970 1Dés le début de la saison 70, la Municipalité nous octroya deux nouveaux terrains plus conformes mais sans vestiaires chauffés. De plus on bénéficiait de la salle du Pré-baron pour nos entraînements en nocturne où il n’était pas question d’utiliser le jeu au pied. C’est ici que l’on perfectionna notre travail technique en particulier «le cad-déb» cher aux 3/4 que peu d’équipes dans le département voire la région étaient capables de réussir. 1970 2Dans ces saisons que nous qualifierons d’apprentissage nous nous sommes maintenus en 2° série (Y avait-il une série inférieure ?) Il fallut attendre 1973 pour nous voir accéder en1° série (actuel championnat honneur). Cette année vit la création de l’équipe réserve constituée pour la grande majorité d’élèves de St-Ouen. En 1972, le 29 Avril pour être exact à l’initiative d’ALEC JOHN ce fut notre première rencontre avec nos amis de STOW on THE WOLD. Deux matchs avaient été programmés. 

1970 4Résultat : 1 victoire et 1 défaire. Dans ces rencontres on remarquait l’incorporation de nouveaux joueurs tels que TRONCHE, BARDINET, JEAMMET,YESELNICK, HUE, MAHEUX, SIMON, etc…Après le bain à la bière dans les chaudrons britanniques, le président PLESSY fit un discours de haute tenue devant l’assemblée des joueurs et de leurs épouses. Nous n’oublierons jamais le bal du lendemain avec la réception chaleureuse de la municipalité de STOW ….. Et le retour s’effectua dans l’allégresse et le souhait de revenir très bientôt, voici la composition des joueurs des différentes saisons évoquées plus haut. Mes excuses pour les «oubliés» mais ce n’est pas volontaire.

1968-1969 : MAYEUX HELLUIN DUBOIS BOUS JEF PLESSY CIMINATO CALTOT NIEL GAY URNOUS MILLET LAMY MOREAU SENIORIS LEFILLASTRE

1969-1970 : MAYEUX HELLUIN LEGRAND PLESSY ALEC CIMINATO MAREST BOUS GAY URNOUS MAURICE SENIORIS FEUGERES RAULT BAILLET MILLET CHEVALLIER LAMBEA CALTOT LEPREUX

1970-1971 : MAYEUX HELLUIN GUESDON LAIGLE CIMINATO ALEC PLESSY BOUS KERGOAT LEGRAND GAY URNOUS SENIORIS ORUS MAURICE RAULT MILLET

1971-1972 : MAYEUX HELLUIN GUESDON LAIGLE CIMINATO ALEC PLESSY TRONCHE BOUS JEAMMET YSELNICK LEGRAND BARDINET DUBOURG MILLET ORUS SENIORIS URNOUS MAURICE SIMON KERGOAT RAULT

 

 

SEPTEMBRE 1972

JP Urnous notre histoire

 

C’était la quatrième année de vie du R.C.P.A.. Après un démarrage laborieux, sans aucune aide comme l’a décrit mon ami J.P CIMINATO le début de la saison fut placé sous le signe d’espoirs de pérennité pour notre cher club de rugby.

1973A cette époque on avait déjà senti que des chances d’implantation du rugby à PONT- AUDEMER étaient réelles et ce par l’arrivée au R.C.P.A de jeunes sportifs locaux talentueux dans d’autres disciplines comme Didier MOUCHEL, footballeur émérite ou Lionel KITTS, gymnaste affirmé. Didier MouchelAvec Patrick BEAUDOIN qui avait fait ses classes rugby au Collège Saint-Ouen et au R.C.Honfleur et Gilles BIET, Pont Audemérien ayant tâté à l’ovale, ces nouveaux joueurs allaient remplacer des rugbymen expérimentés qui avaient bien aidé le R.C.P.A à évoluer au cours de ses trois premières années de vie .

Alec JONES, Dominique MESLIN et Claude TRONCHE quittaient la Normandie pour faire face à leurs obligations professionnelles. Septembre 1972 voyait pour la première fois l’équipe fanion évoluer en division d’Honneur, division la plus huppée du Championnat de Normandie. Le petit Poucet avait grandi les jeunes locaux commençaient à rejoindre le R.C.P.A, le public se fidélisait auprès de notre discipline nouvelle que la télévision aidait à vulgariser. Les projets d’école de rugby, d’équipes de jeunes, d’équipe réserve, devenaient de moins en vue dans la sphère sportive risloise. En début de saison les résultats furent délicats pour notre club puisque nous subîmes plusieurs défaites contre Flers, Caen E.C., Alençon, Laigle puis, vint enfin la victoire contre le Stade Malherbe de Caen .La fin de saison fut, elle, très honorable puisque le club y gagna le droit de conserver sa place en Division d’Honneur.

Cette saison fut aussi marquée par la venue du club anglais de STOW ON THE WOLD Club, de notre ami Alec JONES ancien joueur qui avait regagné sa mère patrie. Premier match international du R.C.P.A. première victoire par 47 à 10.Les noms des joueurs qui opérèrent au cours de cette saison marquant une nouvelle étape de la vie du R.C.P.A. méritent d’être cités : Chez les avants Belhache, Maheux, Hue, Guesdon, Legrand, Kitts, Langlois, Kergoat, Philippe et Didier Mouchel. Dans les lignes arrières Simon, Urnous, Maurice, Biet, Sénioris, Orus, Millet, Marty.

 


LA SAISON 1973 -1974 

 

1974La saison 1973- 1974 vit le club évoluer sur un nouveau terrain. Ce n’était pas encore un stade mais des vestiaires et des aménagements décents avaient été installés, signes de reconnaissance du dynamisme de notre cher R.C.P.A. Sur le plan effectif cette saison vit très peu de changements. Sportivement elle commença une fois encore laborieusement par trois défaites suivies cependant de quatre victoires qui permirent au club de terminer à la cinquième place du championnat Honneur. Malheureusement une réorganisation du Championnat de Normandie imposa au R.C.P.A de descendre pour opérer en Promotion d’Honneur lors de la saison 1973-1974.Cette année fut marquée par un événement qui en dit long sur la notoriété naissante du club. Enfin de saison le R.C.P.A se vit confier pour la première fois l’organisation de l’Assemblée Générale du Comité de Normandie Honneur qu’il assuma avec compétence et professionnalisme. Cette reconnaissance fut aussi locale puisque j’eus l’honneur de recevoir la médaille de la Ville,remise par Mr Etienne Président de l’O.M.S.

Le rugby était décidément bien installé à Pont-Audemer. Les enfants et les jeunes de la ville pouvaient maintenant pratiquer une nouvelle discipline sportive garante du développement de valeurs physiques et morales recherchées par les parents. Sur le plan sportif l’école de rugby disputa la finale du tournoi départemental et l’équipe fanionremporta le Challenge PUYCHEGUT.


LA SAISON 1974 -1975  

 

1975La saison 1974-1975 permit de renforcer les structures du club, étoffa les équipes dirigeantes et l’encadrement des jeunes. Lors de la rencontre avec nos amis Anglais de STOW, en début de saison, deux joueurs se blessèrent sérieusement L. Kitts et P. Beaudoin. 1975L’absence de ces deux éléments majeurs du paquet d’avants nuisit considérablement au rendement de ce dernier pour une bonne partie de la saison. Celle-ci s’acheva par le maintien en Promotion d’Honneur et une finale perdue en Challenge PUYCHEGUT face à Elbeuf sur le score de 28 à 80 à Mont Saint-Aignan.

 

 
LA SAISON 1975-1976

 

1976 1La saison 1975-1976 fut marquée par 3 évènements :

- La remontée en division d’Honneur grâce à deux victoires sur SAINT-LO . Le club allait retrouver sa véritable place dans la hiérarchie du rugby normand.1976 2

- La première participation à un Championnat de France. En 32èmes de finale notre club s’inclina face à LA COURNEUVE.

- L’obtention du Challenge du Fair Play décerné par le Comité de Normandie. Cette marque de reconnaissance fut un hommage à la correction des joueurs sur le terrain et à l’état d’esprit sportif du club tout entier.

 

 

1978 championnat de farnceLA SAISON 1976-1977

 
Ren 4La saison 1976-1977 marqua encore une progression du club. Evoluant toujours en Division d’Honneur , il termina à la seconde place du groupe derrière Le H.A.C. Qualifié pour le Championnat de France, un point du règlement national touchant la structure des clubs empêcha notre participation Le club fut au cours de cette saison invaincu à PONT-AUDEMER. Il établit un nouveau contact avec un club Anglais. Nous reçûmes les Old Christians de GLOUCESTER. A l’occasion de la rencontre nos invités venus avec une forte équipe nous montrèrent tous les progrès que nous avions encore à réaliser. La plupart des joueurs étaient restés fidèles aux couleurs, avec quelques nouveaux ils donnèrent au R.C.P.A une image respectable celle de l’un des tous meilleurs clubs du Championnat de Normandie. Au cours de la saison évoluèrent régulièrement au sein du groupe les joueurs suivants : Lefrancois, Maheux, Bardinet, Langlois, Delaney, Kitts, Kergoat, Mouchel, Hamel, Biet, Hanchard, Senioris, Bluet, Voisin, Orus et plusieurs autres dont les noms m’échappent probablement, qu’ils m’en excusent. Voilà livrés quelques souvenirs, réflexions, moments de joie que j’ai eu du plaisir à coucher sur ce papier.

 

FIN 1976

 

Fin 1976, le R.C.P.A  était devenu un grand du Championnat de Normandie avec toujours de l’ambition et des étapes nouvelles à franchir. L’avenir montrera qu’il sut, être à la hauteur de ses espérances. Sachez que j’ai eu beaucoup de bonheur à participer à l’épopée du R.C.P.A  et presque autant à en relater quelques épisodes. J’espère vous donner rendez-vous pour les quarante ans du club tout en me disant que si le R.C.P.A  a bien quarante années d’existence, il n’est pas possible que j’ai moi-même 40 années de plus que le jeune prof de Saint-Ouen qui un jour montra à ses proches qu’un ballon pouvait aussi ne pas être tout à fait rond !

 

 

LE TEMPS PASSE, 20172018semaine22expophotos4

 

LES ANECDOTES

 

RESTENT

              

Bien voilà, il faut que je vous parle du RCPA des années 78 à 82. Je n’ai que des brèves. Est-ce bien sérieux de faire appelle à ma plume !!! Moi qui étais dans ces années folles plutôt : «The king of the connerie», «Le Mariano de Fourmetot ».

le Mulot joueurPancrass et des meilleurs…Nous voilà en 78, un bon championnat d’honneur terminé à la 2ème place nous ouvre les portes des barrages pour la montée en 3ème division contre l’US BERRY. C’est une défaite logique contre une belle équipe. Après ce match, nous avions retrouvé notre ami Corse, Roger de FOURMETOT, à ISSOUDUN pour célébrer notre célèbre 3ème mi-temps. Il y avait là un mariage fort sympathique où la famille nous avait invité à partager leurs agapes. Après quelques verres et quelques chansons René, notre Président,nous rassembla pour monter dans le bus, mais la mariée ne voulait pas nous libérer, surtout MULOT qui lui avait tapé dans l’oeil, je vous laisse deviner la suite…Bonjour l’ambiance ! Dans ces années là, nous faisions des tournées en ANGLETERRE.

                                                                                                                               

Une année nous eûmes trois clubs à rencontrer dans le week-end de Pâques. SALCOMBE, STOW, GLOUCESTER. Trois jours, trois matches, trois cuites avec pour terminer une très belle course de bus sur l’autoroute avec prise de képis aux BOBIES par notre KIKI national.

 

Le capitaine exemplaire de cette tournée était Sylvain KERNE qui avait comme maxime pendant les matches parfois difficiles «Ralliez vous au trou de mon cul.»   Sylvain   

Nous avons célébré les 10 ans du club contre une sélection de NORMANDIE. La troisième mi-temps,le député de l’époque Claude MICHEL s’en souvient peut-être encore. Dans les années 80, nous avons fait la connaissance d’un 2ème ligne de TOULON. Un monstre, il mesurait1,95m pour 110kg, Marcel me demanda de le titiller à l’entraînement, chose dite, chose faite. Après quelques entraînements notre camarade nous avoua être de PACY SUR EURE et qu’il n’avait pas joué au RC TOULON mais à la MJC de TOULON. Il s’appelait Jean-Luc HATTON, devint PATTON (à cause de ses percées de mammouth) Il fut le gérant et le cuistot du club-house et reste un joyeux et bon copain. Dans ces années là, nous participions au tournoi de CAEN et étions souvent en finale contre des équipes étrangères (RC COLOGNE, DELPHE, ZURICH). Les fêtes se terminaient à l’Echiquier où, MULOT,KIKI et moi remportions souvent le concours de flipper déshabillé.        

Richard4A l’Echiquier, quand notre camarade RICHARD arrivait à sortir du terrain sans blessure, il s’assommait contre les murs après avoir gagné le concours de l’homme allongé sur les bouteilles. Voilà, après ces quelques anecdotes je voudrais ajouter que ce club est devenu pour moi une famille avec ses joies, ses peines et ses emmerdes…Je suis très heureux de voir la bonne santé du club aujourd’hui et je te souhaite à toi RCPA un bon anniversaire.                                                     

GILLES

 

A LA RECHERCHE DU TEMPS 

 

Comme chaque année, le grand blond ordonnancier, Denis, fidèle auteur-rédacteur-éditeur de la pla­quette RCPA, véritable institution avec ses 25 ans d'âge maintenant, relance inlassablement «ses scribes». Et si le thème est imposé et connu à l'avance·, la gestation, la maturation de l'écriture avant l'éclosion, tardent toujours - les beaux jours nous appellent et les occupations ne manquent pas à cette époque de la saison,- nous remettons à plus tard ce pensum du «devoir de mémoire» et/ou du «devoir de vacances», d'autant que, même si je radote, je ressasse forcément les mêmes souvenirs et ça lasse ... nous en savons tous quelque chose. 

Il pourrait être bien prétentieux , quand on s'appelle Marcel, qu'on exerce le noble métier d'Enseignant, qu'on écrit régulièrement des articles ou des discours et qu'on s'intéresse modestement au théâtre de vous relater les années 80 du RCPA en trois volumes : «le Temps des souvenirs», «les Gloires du RCPA», et «le Temps des Amours» , mais rassurez-vous je n'ai pas l'accent d'Aubagne et si les cigales stridulent, c'est bien métaphoriquement - je le regrette et tant pis pour la fourmi - quand le clavier «craquette» au grand dam de Denise qui s'affaire seule aux obligations ménagères ... place donc au Passé ... la «Magdeleine» ou «la Magdelon» (comme vous le sentez) ravivera bien quelques sensations ... 

 

TOME 1: « LE TEMPS DES SOUVENIRS » 

 

Quand vous devez raconter des souvenirs de plus de 25 ans, vous commencez par prendre un coup de vieux et puis vous vous apercevez que votre mémoire a occulté un certain nombre d'événements, effa­cés non, oubliés non plus, tout simplement enfouis : elle est incapable de les dater précisément-mais là n'est certainement pas l'essentiel- alors vous vous replongez dans votre histoire, notre histoire avec les manques et approximations d'un Alzheimer en devenir, vous recherchez, fouillez et retrouvez au fond d'un vieux cartable défraîchi les articles jaunis, les photos froissées- pas toujours tendres avec vous-, les discours griffonnés : une multitude ·d'images aux émotions fortes remontent à la surface, précises ou vagues : 

1983-1984 : Ce sont les premiers titres du RCPA : un titre de champion de Normandie Honneur et minimes, le challenge des Drakkars (Coupe de Normandie) mais au-delà de ces résultats flatteurs c'est avant tout la maturité naissante, l’éclosion d'un groupe portant le même projet, les mêmes envies qui prenait conscience de son potentiel tarit sportif qu'humain sous la houlette de l'un des géniteurs revenu aux commandes ... 

1984 - 1985 : A nouveau, le RCPA conquiert le titre de champion de Normandie Honneur tant en première qu'en réserve, participe aux championnats de France éliminant L'Hay les Roses, Nantes et s'incli­nant 9 - 3 face à Ris-Orangis en huitièmes, synonyme de montée en troisième division : objectif de la sai­son : armada de supporters à Vernon, descente en fanfare de la rue de la République, libations tardives et bruyantes, une suite euphorique au Mans. Une tournée légendaire in England : Salcombe, Gloucester et Stow : cette course épique de cars sur la motorway, la panne d'essence, l'arrivée des policiers, les petites françaises qui nous suivaient dans leur voiture doivent s'en souvenir encore : un grand moment de vie fes­tive et collective que les six défaites de ce week-end de Pâques (première et réserve) n'altérèrent en rien ... Marco chassait en Bavière, entraînait sa meute à poils sur le ferry : rugby qu'on chérit pour tous ses contacts physiques et humains. 

1985 - 1986 : C'est la première année de cette plaquette que porte à bout de bras une équipe tou­jours renouvelée et cette année de tous les dangers où le RCPA attend le dernier match contre le Stade Français, Saint Paul en rougit encore (victoire 27 - 12) pour atteindre son seul objectif le maintien avec cinq victoires seulement mais la découverte et l'apprentissage d'exigences nouvelles. Le Tournoi international de Caen qui restera dans la mémoire de tous les participants : le Flipper et le Sumo de nos animateurs de troi­sièmes mi-temps préférés : Kiki, Mulot et bien sûr Gilou dont la renommée dépassa à cette occasion les bords de la Risle. Manu Mordant profita de ce samedi pour inaugurer une nouvelle tendance : entorse du genou  plâtré ; Fabienne, la veille de son mariage ne pouvait qu'apprécier ce cadeau nuptial. 

1986 - 1987 : Une transition pour moi, je termine mes années de présidence et le club prend son rythme de croisière en nationale 3 avec notre première victoire à l'extérieur au Rheu et une troisième mi-temps mémorable où nous nous fîmes sonner les cloches à Villedieu les poêles par le ·tenancier d'un bar qui vit arriver cinquante rislois assoiffés et vociférant au son de la trompette de la famille Mouche!, la dernière halte nous mena au buffet de la gare de Caen pour une nième sérénade ... nos femmes nous en parlent encore et pour cause, nous ne rentrâmes pas bien tôt. Mais bon Dieu que la victoire était belle, à la risloise. Une Tournée en Belgique où la Grand Place résonne encore de nos chants et des facéties du ·Grand Gilles­-il aurait bien remplacé le Manneken-Pis ; RV de Mons vient encore nous rendre visite et commémore cette inoubliable sortie avec les plus anciens. 

1987 - 1988 : A la dérive et bon dernier à la fin des matches allers ... le hasard nous parachuta un anglais- ce n'était pas le premier au club : Alec John, Clift Brown.-Chris Churm Chris Churm, petit gabarit, des jambes de feu, international treiziste, svp qui nous remit en un rien de temps dans le sens de la ligne de but adverse : la fin des matches retours (aucune défaite) nous offrit l'envieuse quatrième place : les play-off nous atten­daient. Metz, Thouars et Royan : les voyages forment la jeunesse : les Oper, Sausse, Vernoy ... fourbissaient leurs premières armes : une raclée à Metz : arrivée à 14 h 30 match à15 h, une courte défaite à saint Paul où mille personnes vinrent découvrir le «ruby» local ; un déplacement homérique à Royan où fanfare et flonflons nous poussèrent à l'exploit jusqu'à la mi-temps et un retour de Thouars dans la tradition des Mimile et des Totor avec arrêt Pizza au Mans jusqu'à plus soif. 

 

 

 

TOME 2 : « LES GLOIRES DU RCPA »

 

Le rugby, sport collectif, a besoin d'individualités aux fortes personnalités, qualités humaines et spor­tives pour le rendre encore plus attrayant et performant : (que ceux qui ne figurent pas dans ces «élus», sachent qu'ils sont tous aussi glorieux dans nos cœurs). 

Marcel 2

1983 - 1984 : Jean Pierre Urnous, catalan, professeur entre autre du cadrage -débordement d'école, maître de la feinte de passe, roi du crochet dévastateur, créa et recréa le rugby à son image : convivialité, lucidité, solidarité et état d'esprit : jeu et plaisir ... des valeurs que le RCPA continue de cultiver avec bon­heur. 

1984 - 1985 : Les Mascarets rouges et bleus, chers à notre ville, les déferlantes déployées des Yves Hamel, le catalyseur ; Olivier Gréco, l'instigateur ; Philippe Lamy, le finisseur, Dominique Romain, le dynamiteur-gladiateur et Didier Reinaudo, l'accélérateur, vagues à l'âme, vagues talentueuses que tout le rugby normand nous enviait. 

1985 - 1986 : Rugby, un sport de famille et le RCPA avait la chance de bénéficier des Mouchel, famille d'artistes discrets mais leaders : Philippe dit Pilou, l'aîné, le plus longiligne de nos 2èmes lignes et le plus poète, mais quel tempérament ! Didier, homme-fanfare, capable de toutes les subtilités et facéties du jeu perforateur, transformateur, passeur et défenseur mais aussi journaliste, trompettiste, photographe, Frédéric, le plus jeune, peintre connu, reconnu et méconnu, pourvoyeur de gonfles et poutre maîtresse d'un pack conquérant, nous gratifiaient de leur envergure et de leur, charisme naturel. 

1986 - 1987 : Robert Poulain, homme providentiel, retraité du haut niveau qui vint, par passion, nous confier ses secrets d'entraîneur, conciliant sagesse et expérience. Le terrain d'honneur du Parc des Sports porte aujourd'hui son nom. J'y associerai les Christophe Orus (notre premier sélectionné national), Dominique Romain, Serge Zunigas,Jeff Plessy, Pascal Bailleul, Gilles Biet et Patrick Gascoin qui portaient nos couleurs à cette époque et qui nous ont quittés depuis, sans oublier bien sûr, notre René Plessy, président pendant dix ans : notre Richard Carrère est en passe de l'égaler, tout un symbole. 

Marcel 3Cette liste ne saurait être complète sans y ajouter quelques gloires plus discrètes parce qu'elles ne figurent pas dans les compos des équipes de joueurs, partie visible du club, mais dans celles de la partie immergée des dirigeants : Francis Seninck à la presse, Jean Claude Gréco à la diplomatie, Anne Marie et Jean Marie Vernoy aux soins, Yvette Biet aux finances, M. et Mme Leleu pour les entrées, M. Mme Simon pour la buvette et bien sûr Jean Lecacheux, notre docteur miracle. 

 

TOME 3 :« LE TEMPS DES AMOURS »

 

Un sport, un club, une famille, des hommes et des femmes, un état d'esprit, d'hier et d'aujourd'hui -malgré toutes les évolutions et révolutions- qui ne seraient rien sans ce fil rouge qui nous anime tous, du plus jeune au plus âgé, une passion partagée par solidarité, amitié et convivialité. 

Ce ne sont pas les amateurs de rugby, pantouflards, supporters occasionnels ou inconditionnels qui me contrediront : le rugby et ses valeurs sont porteuses. 

Ce ne sont pas les rugbymen amateurs qui n'hésitent pas à parcourir cent kilomètres, qui refusent les offres financières de clubs plus riches pour jouer dans leur club avec ceux de leur famille. 

Ce ne sont pas les anciens, les très anciens comme les jeunes anciens qui le renieront quand ils se retrouvent pour une soirée à évoquer tel ou tel épisode glorieux, aventureux ou pénible, la passion chevil­lée à leurs histoires comiques, ubuesques ou tragiques ; 

Ce ne sont pas les noms des Seys, Versavel, Oper, Carrère, Hamel, Sénioris, Duny, Dejoux, Thibaut, Leleu, Taurin, Lhérondelle, Chabas, Fabre, Eude, Cardon,  une équipe déjà ... et autres enfants de la balle  qui fleurissent à nouveau dans les compositions d'équipes des séniors comme des plus jeunes, qui vous diront le contraire, le rugby et le RCPA se vit toujours passionnément de père en fils. 

Ce ne sont pas ces parents qui accompagnent, se dévouent pour donner un coup de main à tous les bénévoles du club qui découvrent cette passion qui les anime, les taraude et qui répondent à toutes nos sol­licitations pour profiter au mieux du club, du rugby et du bonheur de leurs enfants, les tournois et la tour­née de Saint Lô organisée par l'une des figures emblématiques de ces dernières saisons Fabrice Duparc témoignent que cette passion est bien communicative.  

Ce ne sont pas les Richard Carrère, Pierre Gouriou, Yves Hamel, Denis Bocquet, Guy Mouchard, Thierry Leleu, Stéphane Duny, Eric Oper et tous les autres qui me démentiront, ils étaient sur les photos en tant que joueurs, il y a 25 ans, aujourd'hui ils ne sont plus à la même place mais ils sont toujours pré­sents comme dirigeants, éducateurs ... et transmettent à leur tour ces valeurs reçues par les générations précédentes. 

Autant de dévouement, d'investissement, d'altruisme sont la preuve que le temps des Amours n'est pas prêt de s'éteindre au RCPA et que la flamme rouge et bleue nous éclairera et nous réchauffera long­temps encore... le cinquantenaire n'est plus bien loin car le Passé se conjugue toujours amoureusement -ne soyez pas jalouses épouses- au Présent au RCPA.

MERCI à nos PARTENAIRES MAILLOTS

Connexion