LEBOURG   SAIN

 

LebourSain3

 

« Mon bon Monsieur, Apprenez que tout flatteur. Vit aux dépens de celui qui l'écoute : Cette leçon vaut bien un fromage, sans doute. » 

Fables, Jean de La Fontaine, 1868, livre premier, fable II

 

LebourSain5On ne va pas en faire un fromage mais Antoine Lebourg est un jeune joueur de vingt ans affiné au club depuis plus de dix saisons qui « pue » le rugby mais qui n’est pas encore à maturation. Sa puissance,  sa vélocité, son  adresse, son intelligence de jeu pourraient définitivement l’installer sur le plateau de l’équipe première et à plusieurs postes, svp, mais il n’est pas « pressé » : une « bonne pâte » qui demandera plus de fermentation : nos fromagers locaux sauront le préserver de la moisissure et le former à la louche. D’ailleurs son prénom qui signifie en latin « inestimable » provient du mot grec anthos qui signifie "fleur" : une « croûte » fleurie donc  qui ajoute à la texture et aux saveurs de notre gaillard un AOP original tant il est apprécié autour de la table des amis rugbyphiles pour son humour, ses jeux de mots, sa moquerie spirituelle.LebourSain4

 

Difficile d’échapper au rugby pour notre moulant rugbyman: Antoine est le cousin de Paul Taurin, de Wilfried Wacrenier, de  Jean-Louis Vollais, de Charlotte Wacrenier, de Toto (le plus crémeux) et neveu de Dominique Raymond (le plus persillé), tous ayant ou ayant eu un lien avec le RCPA. Trop pressé de sortir, notre « coulant  claquos » devait naître en octobre mais il naquit un 11  septembre (le même jour que sa Môman) mais en 1996 à… Lisieux, pays d’Auge, évidemment… Pont L’évêque, Livarot, Camembert ne sont pas loin. Il fréquenta rapidement les laitiers et crémiers du cru pendant son enfance et sa  scolarité : collège de Manneville : le matheux Rodolphe Delahaye, lycée Jacques Prévert : l’historien-géographe Bibis, le « technologue » Fabrice Jaÿ, le méthodique Patrick Baril en maths et l’inévitable pédagogue et technicien Nico Cuisson en EPS. Aujourd’hui titulaire d'un BTS SIM, notre « produit laitier »  est à la recherche d'un CDI. 

LebourSain1

 

LebourSain7Trop « pasteurisé » : sympathique, enthousiaste, généreux et toujours bienveillant, ce « pacifique » dans l'âme déteste les conflits et ne mérite pas le suffixe que l’on pourrait lui coller : Le bourg pif, pardon le « bourre pif » et c’est bien là une de ses faiblesses, il manque d’agressivité, de méchanceté, de pugnacité, une des raisons qui le fit arrêter prématurément (encore) le judo pour rejoindre sa « famille » où le petit Tautau, Paul, sévissait : la bande des mèches blondes comptait un membre de plus. Polyvalent, au gré des catégories, vaches, chèvre ou brebis et des formes, rondes, carrées ou ovales, une part de pilier, une portion de centre, un morceau de 3ème ligne, et capitaine en U 16 -  sauf capitaine de soirée-, le pudique et introverti Antoine se forge grâce au rugby une autre étiquette plus en rapport avec  l’homme en devenir et le « douillet » (comme le précise la tante cerfeuil de Tautau « quand il n'a pas mal au cul il a mal à l'œil !!!) devra s’affirmer pour continuer d’avancer auprès de sa Manon préférée pour « couler » des jours heureux. LebourSain6

Notre ami va sans doute boire du petit lait à lire son portrait : il sait ce qu’il doit faire pour grandir : Lebourg sain oui mais Lebourg pif, paf, pouf ce serait plus profitable à notre « fruitière ». Bonne dégustation avec un p’tit verre de vin. (À consommer avec modération et délectation). Aillé, c’est fini !( p'têtr un futur pilier)

NB : Au Pays des fromages, entre treize  et dix-sept heures sur le pré du Parc des Sports, les supporters rislois apprécient Lebourg sain mais les vrais joyaux fromagers de notre patrimoine excellent chez notre moustachu propriétaire d’ « Au Fromage Blanc », au 78 rue de la République à Pont Audemer, partenaire historique de nos couleurs. Alors un détour s’impose pour achever ce copieux portrait !

 

LABAT  ES ICI

« HIET NUNC »

 

           « De l'accent ! De l'accent ! Mais après tout en-ai-je? LABAT (4)

              Pourquoi cette faveur ? Pourquoi ce privilège ? 

             Et si je vous disais à mon tour, gens du Nord, 

             Que c'est vous qui pour nous semblez l'avoir très fort... 

             Que nous disons de vous, du Rhône à la Gironde, 

            "Ces gens-là n'ont pas le parler de tout le monde !" 

             Et que, tout dépendant de la façon de voir, 

            Ne pas avoir l'accent, pour nous, c'est en avoir... 

            Eh bien non ! Je blasphème, et je suis las de feindre ! 

            Ceux qui n'ont pas d'accent, je ne puis que les plaindre! »  Miguel Zamacoïs 

 

LABAT (1)Dominique Labat n’est pas d’ici : vous l’entendez rouler les « R »  comme l’Adour, la Nive ou les célèbres gaves, leurs galets. Alors si le T final d’abat, habitat, célibat, ou attentat ne se prononce pas « cheu » nous, le T final de Labat résonne aux oreilles sudistes: Labatte. Dominique est seul aujourd’hui à porter cet accent du Sud - du sud-ouest précisément- alors qu’aux origines du club, les vestiaires rislois retentissaient majoritairement des intonations catalanes, béarnaises, bigourdanes, provençales ou auvergnates. LABAT (3)

Labatte donc, comme il convient de prononcer, est un patronyme très répandu en pays gascon : qui ne connaît par exemple les toro piscines Labat ou le château Labat (un haut médoc très apprécié) ; le nom peut avoir deux sens : soit il signifie « abbé », mais on ne voit pas notre protégé en soutane, soit et c'est sans doute souvent le cas, il s'agit d'un toponyme ayant le sens de « vallée », fréquent au pied des Pyrénées.  Pas de miracle, le petit Dominique, dès l’âge de cinq ans, natif de Tournay, le petit Nice, situé dans le carré Tarbes, Lourdes, Lannemezan, Bagnères, n’échappa pas au gavage rugbystique : ses titres de champions d’Armagnac et de Bigorre en cadets et juniors en attestent…et tant pis pour les « baseball men ». 

Labat (5)Grâce au rugby et à sa culture, Labat tisseces liens qui unissent les hommes au-delà du jeu passant de Tournay alors en fédérale 3 à Lannemezan en fédérale 2, émigre sept ans  à l’US Ayguette  en  4ème et 3ème série où son club décroche le Titre des champions de France et d’Armagnac Bigorre, svp, avant de rejoindre quatre ans le club des Baronnies en fédérale 3 et Honneur, tout en se consacrant également à la formation des U 8 de Bagnères de Bigorre  avant de s’envoler pour la Belgique ( une fois ! avec l’accent, s’il vous plaît ! )  pour deux saisons  à Black Star où il cumule : entraîneur des juniors (champion de Belgique) et joueur : des destinations diverses qui façonnent un caractère. Une carrière de pilier ou talonneur que ce petit gabarit à la carlingue musculeuse, au cockpit buriné par les joutes guerrières, honore  de sa discrétion, de sa passion et son humilitéLabat lancela gonfle en touche; Labat guette au ras des regroupements ;  Labat tue sur des placages dévastateurs, Labat trie les ballons pour le rendement de l’équipe et fort de ses riches expériences, Dominique distille aujourd’hui avec gentillesse, sagesse, patience  et pédagogie son « savoir » à nos minots, nos U 10, ravis et comblés - avec son co-pilote Yoyo : invaincus, svp !-  . Labat (6)

Notre première ligne n’est pas pilote mais travaille comme ajusteur aéronautique chez Aircelle (groupe Safran) et depuis son atterrissage à Pont Au- un parachutage heureux-, notre haut-pyrénéen multiplie les heures de vol au côté de l’aiguilleur Cédric. Ethan, son fiston, bénéficie de ses conseils les mercredis et samedis, pendant que sa douce  et charmante épouse Nathalie, très appréciée,  s’investit  dans les multiples tâches  de notre école de rugby qui ne manque pas de projets avec les indispensables et dévouées Bip-Bip et Clara : une famille soudée et génératrice d’enthousiasme.  

LABAT (2)Labatn’est pas d’ici : un horsain ? Et alors ? La belle affaire ! Notre club s’enrichit de ces différences : Dominique et les siens contribuent largement à développer notre rugby local comme tant d’autres l’ont fait par le passé qu’ils soient d’outre-Manche, du Sud, de Bretagne ou d’ailleurs. Il ne reste plus  qu’à prier pour qu’on lui coupe les « ailes », que le mal du pays ne le taraude et qu’il dépose définitivement ses valises sur les bords de la Risle.

 

 

  QUENTIN :

LE PETIT PRINC

 

QuentinPetitPrince9

 

« S'il vous plaît... dessine-moi un ballon »

 

QuentinPetitPrince8Quentin Campigny, à peine 20 ans, est un enfant de la « balle » : le blondinet est tombé « dedans » dès 3 ans : pas le choix quand on connaît « le patriarche magic » Cédric (responsable EDR et U 12), «  l’appassionata » Clara, au four et au moulin des diverses soirées de l’automne comme du printemps, entouré de ses frères et sœurs Romain, l’aîné, Tristan, le cadet et de la belle Amandine : fratrie unie et solidaire autour du ballon ovale…et pourtant Quentin n’est pas le cinquième : potion magique rugbystique d’exception.

« Les baobabs, avant de grandir, ça commence par être petit. »QuentinPetitPrince3

 

Notre chérubin foula les tendres pelouses du ROC (Rugby Olympique Choletais), sans doute la raison de sa dureté au mal et ce, jusqu' à ses 13 printemps. Puis il se convertit, sans filets, au volley  pendant trois saisons. « Le petit Prince» ne négligea aucune formation, puisque notre « flèche », un essai à chaque rencontre en Pré-Fédérale cette saison et possède d’autres cordes à son arc : en parallèle à ses activités sportives débordantes, il suivit l’école des beaux-arts de Cholet et se spécialisa dans la sculpture sur bois : un artiste en herbe, pardon sur herbe, qui atteint ses cibles avec une rare détermination.QuentinPetitPrince1

« Tu deviens responsable pour toujours de ce que tu as apprivoisé. »

 

    QuentinPetitPrince4        Nourris de ces diverses expériences d’enfant et d’ado, l’hypernerveux, l’hyperémotif, l’hypersensible Quentin témoigne d’un courage et d’une volonté à toute épreuve, tant sur le terrain qu’en dehors, il poursuit ses objectifs en s’investissant avec  ténacité et obstination : Ses études de STAPS à Mont saint Aignan, ses performances de finisseur témoignent de ses envies et de ses ambitions. Nul doute que ce « gamin » ne s’arrêtera pas là, tout en respectant famille,  amis et environnement… Petit « nabab » deviendra grand, sera riche de tout ce qui germe en lui et saura se montrer responsable de ses envies et passions pour un avenir professoral en éducation physique et sportive.QuentinPetitPrince5

« Les graines sont invisibles. Elles dorment dans le secret de la terre jusqu'à ce qu'il prenne fantaisie à l'une d'elles de se réveiller ».

            Conscient des difficultés de la vie et soucieux de partager ses divers cheminements, il fera dès ce début d’année partager sa passion rugbystique  auprès des écoliers du canton en les initiant  au sport Roi ; lui, le Petit Prince, communiquera et diffusera à travers ses multiples apprentissages sportifs, culturels ou artistiques ce que lui auront transmis les adultes, ces grandes personnes pas toujours fréquentables qui auront jalonné sa croissance avec la gentillesse, la discrétion, l’humilité et le  sourire rayonnant  qu’il arbore angéliquement : le « surfeur » pourrait atteindre le rivage de ses rêves et semer d’autres graines pour la future génération. 

« L'essentiel est invisible pour les yeux. »QuentinPetitPrince6

Et si la ravissante brunette Floriane partage  au quotidien sa timidité, son émotivité et sa tendresse, lorsque notre doux « rêveur introverti » pénètre sur la verte planète du pré, le petit bonhomme calme, éteint, se met en fusion, devient volcan en éruption : sur l’aile, il allume des incendies, souffle la panique, crache le feu, déborde, crochète, feinte, virevolte avec une énergie rageuse et étouffante ; imprévisible et fantasque, il déborde de vitalité, d’ardeur, de chaleur …un serpent de lave  qui s’effondre dans l’en-but libérateur. Sa vitesse et ses appuis l’aident à se débarrasser des gros mais tel David il terrasse aussi les Goliath sans se soucier de la différence de gabarit. Qui pourrait croire que sous ce joli minois se cache une telle vitalité, une telle explosivité…quelque Etna, Vésuve ou Stromboli témoignent de cette rare  incandescence.QuentinPetitPrince7

« Ce n'était qu'un renard semblable à cent mille autres. Mais j'en ai fait mon ami, et il est maintenant unique au monde. » Alors n’hésitez pas à le solliciter pour en être !

Citations extraites du « Petit Prince » d’Antoine de Saint Exupéry

 

 

GABRIEL CREUSE SON SILLON

 

« O fortunatos nimium, sua si bona norint, agricolas f » :

Trop heureux les hommes des champs, s'ils connaissent leur bonheur. Horace 

Tracteur7Ne croyez surtout pas sur le champ que Gabriel Delamare doit son surnom de « Tracteur » au rugby auquel il joue depuis l’âge de 13 ans : pas du tout, notre jeune gaillard de vingt ans à peine, ne quittait pas ses engins agricoles tractés miniatures  offerts par toute la famille dans la cour de la maternelle où il poussait, tirait, propulsait, catapultait, retournait ses camarades pour leur plus grand bonheur ou malheur - allez leur demander après tout - : une passion jamais démentie. Convenez qu’il lui va bien aujourd’hui, quand sous le joug de la mêlée, arc bouté sur ses volumineux cuisseaux, notre ami, bien campé sur ses puissantes guibolles, la tête relevée et casquée de noir, le regard tendu et bestial dans celui de son vis-à-vis, bien calé par le « soc au cul » de ses partenaires - pourtant il n’est pas matheux-, il doit fléchir ses genoux pour avancer d’un pas et ainsi participer au gain du ballon en même temps que tout l’attelage.

Tracteur1

Les coaches rislois ne mettent pas la charrue avant les bœufs : Gaby joua quelques matches en première la saison dernière pour laisser aux plus vieux le temps de souffler et cette année encore, il continuera sa formation à dose homéopathique… un pilier n’arrive à maturité que plus tard, inutile donc pour notre « archange » de monter au ciel trop souvent à ce niveau…l’expérience des Alex, Seb, Vincent, Anthony et autres ne pourront lui être que profitable :Tracteur2 Le géant vert  irlandais John Deere et le Massey Ferguson gallois veillent sur toi, p’timoré « Tracteur », pulling or pushing! Gaby n’est pas effrayé par les mastodontes croisés déjà sur le pré et garde ce visage à la barbe naissante jovial et enjoué malgré les solides confrontations. Pas encore très joueur de ballon,  ce jeune pilier plaque, lifte, soutient, étaie et ne rechigne pas à la tâche aux quatre coins du terrain : élevé en plein air, notre poulet, notre produit du terroir creuse son sillon.

Tracteur3Notre futur diplômé en BTS ACSE près de Rouen (Analyse et Conduite en Stratégie agricole), toujours célibataire et taciturne ne manque pas de charme ; sa discrétion, son sérieux, sa persévérance et sa gentillesse trouvent souvent preneur auprès de la gente féminine car notre « taiseux » n’en est pas moins homme et bel homme. Naturel, débonnaire, paradoxalement grande gueule et borné, notre « cater-pilard » rustique à souhait aime les sorties entre amis, s’adonne depuis peu à la « muscul » où la musique l’accompagne, histoire d’affoler ses futures conquêtes. Papa, MÔman et sa grande sœur qui ont assuré ton exploitation jusqu’ici ne doutent pas de tes futures récoltes, nous non plus. Tracteur4

Gaby, oh Gaby, tu laboures, tu sèmes, ta vie commence

                                    Tracteur6  Tu peux dormir tranquille, fais pas de conn’ries

Gaby, oh Gaby, ne perds pas patience

                                                                Le long, le long, long des  terrains de rugby
                                                                Tu trouveras toujours amis et mie. 

Sous-catégories

MERCI à nos PARTENAIRES MAILLOTS

Connexion