Hommages à DIDIER

 

20172018semaine22expophotos 8Bien triste nouvelle mes sincères condoléances à toute la famille Amitiés à tous  HERVE LEBRETON

Quelle tristesse ! J'ai gardé de lui une image d'un joueur exemplaire qui fut pour moi un exemple. Pas  seulement Comme joueur mais aussi comme personne, toujours calme et de bons conseils. Toutes mes sincères condoléances à sa famille. Dominique Kergoat

Décidément le mois d’août est bien funeste pour le RCPA.

Encore un des piliers du club qui nous quitte sans permission. 

Encore un super mec qui s’en va.Toutes mes sincères  condoléances à sa famille. Philippe Bataille

 

Triste nouvelle et forte émotion. De tout cœur avec la famille et ses proches.
Jean François  Dreyer

Encore un grand frère qui s'en va!

Un chouette bonhomme Didier, un joueur respecté et respectueux, un de ces insufflateurs du fairplay dans l'ADN même du club.

Un grand calme émanait de lui, ce respect qu'il imposait naturellement de par son jeu mais aussi par son écoute des autres, ses mots d'encouragements me sont restés gravés dans l’âme encore aujourd'hui, je ne vous les livrerai pas parce qu'il vous les disait à vous de sa voix calme sans avoir besoin d'auditoire, ces mots de grand frère bien veillant pour le jeune joueur que j'étais, parce qu'ils émanaient de lui me galvanisèrent bien plus sûrement que  je ne sais quel trophée de vaillance.

Le respect de ce gars-là je le conserve par devers moi et n'en suis pas peu fier.

Toutes mes condoléances à sa famille

Amitiés

Christian Crochet 

Absent de mon domicile depuis 3 jours je n’ai appris le décès de Didier qu’hier soir ne connaissant pas les coordonnées du domicile des familles MOUCHEL pourrais-tu leur transmettre mes condoléances les plus sincères et la peine que je ressens après la disparition de Didier ancien élève et surtout membre de notre grande famille du RCPA. Avec mon meilleur souvenir et mon amitié sincère.  JP URNOUS

Le RCPA vient de perdre un homme apprécié de toutes et tous et l’un des meilleurs joueurs de toute son histoire.

Un numéro 8 capable de buter de plus de 50 mètres avec une qualité technique, une dextérité et une intelligence de jeu au-dessus de la moyenne.

Un homme, un capitaine, un joueur aimé et respecté de tous.

Il avait gentiment accepté de participer au spectacle de 50 ans et il a été bon comme il l’était sur beaucoup de terrains.

Merci pour tout Monsieur Didier Mouchel.

Je pense à lui et tous ses proches. Je vous embrasse. Manou Gréco

Super mec. Super joueur. Super compagnon. Pascal Laigle

Je passerai sur tous les superlatifs que l’on peut attribuer à Didier, et, aux aventures que nous avons partagées sur bien des terrains de Normandie et autre, je retiens l’image de l’homme paisible que j’ai eu le plaisir de croiser lors des festivités du cinquantenaire du R.C.P.A.

Bien amicalement et viriles accolades. N° 6 Henri LAIGLE

Il est sans doute un peu convenu de faire l'éloge d'un ami disparu, mais en l'occurence comment s'abstenir de rappeler combien Didier était un homme aux talents multiples tant dans sa vie professionnelle que sportive, un homme au charisme  indéniable en dépit d'une humilité et d'une pudeur jamais prises en défaut. Il fut un des meilleurs joueurs que le RCPA ait jamais compté dans ses rangs, et pourtant à aucun moment on ne l'aura entendu mettre en avant sa performance personnelle ; de même que comme le souligne cette journaliste de Libération, sa discrétion le poussait jusqu'à ne pas signer les articles qu'il écrivait. Le talent n'a pas besoin d'ostentation, et Didier en était la parfaite illustration.

Nous avons eu l'énorme privilège de l'avoir à nos côtés pendant de longues années sur les terrains de rugby, et plus récemment pour la préparation et la célébration des 50 ans de notre club, projet qui l'avait rapproché de sa "famille" sportive pour le plus grand plaisir de toute la communauté de l'ovalie risloise... et plus largement. 

Didier fait indéniablement partie de ces hommes qui ont su insuffler au RCPA cet esprit si particulier, loué par tous les adversaires. Il a été et restera un exemple.

Nous perdons là un homme de grande valeur, un ami.

Francis SENINCK

‌J'attendais  un courrier annonçant la reprise des activités et voilà que la saison commence par une disparition !  J'ai eu le plaisir de le revoir pour les 50 ans et j'en garderai le souvenir de la fratrie. J'ai envoyé des condoléances à Frédéric. Dure corvée mercredi. J'aurai une pensée pour vous. Amicalement. Michel Gay

On a very sad note, Alec Jones reports that Didier Mouchel, an outstanding triathlete and lock or No8 at Pont Audemer RC in the 70`s and 80`s died of cancer on Friday 31st. On behalf of us all AJ has sent our condolences to his two brothers and his family. Stow on the wold

C’est avec une profonde tristesse que j’apprends le décès de notre camarade avec lequel nous avons vécu des moments intenses grâce au rugby

Mes pensées vont vers sa famille. Philippe LAMY

Je savais Didier pris par cette saloperie de maladie qui l'a emporté, comme Gildas il y a 1 an. J'avais tenu à lui montrer mon amitié lors du vernissage de l'expo photos et l'avais trouvé calme et serein, comme toujours.

Mes amitiés et celles du RUC Mt St Aignan à tous les anciens, à Paul et Philippe

Christian Hupin

Je suis triste. Très triste.

Nous n'avons pas toujours été sur la même longueur d'ondes Didier et moi.

Ceci nous a empêchés d'échanger plus souvent. 

Ainsi il n'a jamais su toute l'admiration que j'avais pour lui. Dommage.

Il avait dans le jeu une élégance incroyable.

Quand il partait avec le ballon tu avais juste envie de t'arrêter de jouer pour le regarder .

Courageux sur le terrain, il l'a été jusqu'au bout.

Il suffit de garder en mémoire sa prestation lors de 50e anniversaire du RCPA. 

Je m'associe à tous pour présenter mes sincères condoléances à toute sa famille. 

Jacques Millet.

 

Un de nos chers anciens nous a quittés

 

20172018semaine20breve3les Mouchel

Pendant quelques mois ( presque deux saisons) , nous avons eu le bonheur de  retrouver et cotôyer Didier Mouchel régulièrement, après plus de 20 ans d'éloignement, les 50 du club avaient ravivé sa flamme Rouge et Bleue pour la préparation de cette superbe exposition photos de notre anniversaire. Discret et modeste, sportif et amical, professionnel et amateur,  il  fut à cette occasion, avec Philippe, son frère, le mentor  de cet événement remarquable et remarqué.
Didier Mouchel avait été un joueur exemplaire et emblématique du club, membre d’une des fratries qui a marqué le club et père de joueurs. Polyvalent, il pouvait jouait à presque toutes les places, plaqueur infatigable, coureur inépuisable et buteur hors pair ... il revint même terminer sa carrière en Rouge et Bleu après quelques saisons au RUC. Sa brillante carrière professionnelle que vous pouvez suivre avec le lien suivant ( extrait de libération: next.liberation.fr/culture/2018/08/30/mort-de-didier-mouchel-grand-homme-de-l-ombre-de-la-photographie_1675614 ), témoigne de ses compétences et de ses appétits culturels et humains. 
Le bureau et tous les membres du club s’associent à la douleur de sa compagane, ses enfants et sa famille: à sa maman, ses frères Philippe et Frédéric et Anne sa soeur  et leur présentent toutes leurs condoléances.

Nous perdons un ami, un compagnon fidèle ... un de plus, ces 50 ans auront été l'occasion  de partager de bons moments qui resteront dans nos pensées et nos coeurs.

Sa crémation aura lieu mmercredi prochain à 8h30 au crématorium de Rouen, rue du Mesnil Gremichon, à Rouen, près du Lycée Gustave FLAUBERT. Pas de fleurs, dons éventuels recueillis au profit du centre Henri BECQUEREL.Rouen

Texte de Didier pour l’expo des 50 ans de février 2018 

Le RCPA a 50 ans / L'expo photo

Un jeu à sept, à dix, à quinze...

Photographies de Marie-Pierre Leleu

Portraits en rouge et bleu

Photographies de Didier et Philippe Mouchel

Avec ces deux séries de photographies réalisées avec passion et talent par Marie-Pierre Leleu au fil des années et plus récemment par Didier et Philippe Mouchel à l'occasion des 50 ans du club, c'est une forme d'hommage que nous souhaitons rendre à tous les joueurs, les entraîneurs, les éducateurs, les dirigeants, les bénévoles. Tous ne sont pas présents sur les images, mais pris par l'intérêt et la ferveur que provoque ce jeu, chacun à sa place y a consacré, de 1968 à aujourd'hui, une bonne part de son temps, de son énergie et de ses qualités physiques et autres.

Marie-Pierre nous fait découvrir la grâce des actions, l'intelligence et la vigueur de ce sport, les regards qui se croisent comme autant de mouvements collectifs qui aspirent à l'en-but adverse.

Les portraits en buste ou en pied mêlent anciens et modernes, jeunes et moins jeunes dans l'uniforme du club. Le rouge et bleu pavoisent en bandes égales, avec ou sans casque, dans l'attente ou après le match ; chacun pose en tenue, fier des couleurs, de sa catégorie et de son époque passée, présente ou à venir. J'ai été frappé par l'engagement de chacun, par le soutien collectif qui ont contribué à la réalisation de notre projet ; je me suis dit que bientôt trente ans après mon dernier match en rouge et bleu, je faisais toujours partie du RCPA et j'étais content d'en être pour crier Allez Ponto !  D.Mouchel

Cette exposition a été réalisée par Jean-Pierre Ciminato, Lionel Kitts, Didier et Philippe Mouchel avec l'aide de Marie-Pierre Leleu.

Les photographes remercient chacun de la centaine des participants aux séances de prises de vue. Toutes les personnes photographiées ne sont pas présentes dans l'exposition, le choix a été effectué en toute subjectivité par les photographes eux-mêmes avec le souci de représenter chacune des catégories d'âge des joueurs ou joueuses....

Merci pour Tout Didier : ta générosité, ton courage, ton humilité et ton dévouement.

 

QUELQU'UN DE BIEN

 

Gascoin Nos chers disparus Hommage Patrick Gascoin

 

IL EST ARRIVE UN HEUREUX MATIN 

POUR NOUS FILER DARE-DARE UN COUP DE MAIN

SANS ATTENDRE EN PLUS RETOUR AUCUN 

NOUS AVONS DECOUVERT UN PELERIN 

JAMAIS TRISTE SOUVENT MALIN TAQUIN 

MAIS TOUJOURS POUR NOUS TOUS BOUTE-EN-TRAIN 

IL NOUS A QUITTES UN BLAFARD MATIN

DISCRETEMENT SUR LE BOUT DES MAINS

IL NE VOULAIT PAS ETRE PLAINT 

C'EST UN INCOMMENSURABLE CHAGRIN

ET NOUS PLEURONS L'AMI PATRICK GASCOIN

C'ETAIT JUSTE QUELQU'UN DE BIEN 

Nous n'oublions pas René Plessy, Christophe Orus, Jean François Plessy, Jocelyn Duinay, Serge Zunigas, Dominique Romain, Gilles Biet, M. Pognon, Pascal Bailleul et tout récemment Maxime Romain. 

Portrait du MENESTREL à quatre mains

par KAREN et FABRICE 

Stephane bis (1)

 

       Stephane bis (4) Un jour de septembre 2011, sur la pelouse de nos Marsu est apparu un petit bonhomme brun tout timide, Ronan accompagné de son papa (ou devrais-je dire: accroché à la jambe de son papa...). Notre Fabrice, expert recruteur du RCPA (croyez en mon expérience...) a tout de suite vu en ce papa, Stéphane un éducateur en puissance. Dépassant les espérances de maître Jay, Stéphane s'est très vite investi dans l'encadrement des Marsu, prenant plaisir à voir évoluer ces petits rugbymen. Toujours au rendez-vous, qu'il vente, qu'il pleuve; qu'il neige, il était toujours fidèle au poste avec sa bonne humeur et son énergie à revendre... Bosseur, il l'était aussi, toujours de supers idées pour faire de nos marsu de la graine de champion. (Il avait presque réussi à égaler notre faillot Guigui de Saint Marc en constituant un dossier « béton » pour obtenir son diplôme d'éducateur fédéral...).

Sur le terrain, Stéphane était là. Ça, pour sûr, il assurait notre assureur!!!!

Générosité, efficacité, gentillesse... je ne sais quel qualificatif employer pour parler de lui, il y en aurait tellement ...

Un caractère bien trempé aussi avec des convictions assumées, une horreur de l'injustice. Une grande gueule s'il le fallait pour dire ce qu'il pensait mais une grande humilité et une grande discrétion, un grand Monsieur en somme...Stephane bis (3)

Stéphane,

Un Homme, un vrai.

Un de ces Hommes qui arrive à créer une émulation uniquement par sa présence, son sourire, son envie.

Un de ces Hommes pour qui rien n'est plus beau que de voir son enfant avec un sourire grand comme son visage.

Un de ces Hommes pour qui rien n'est impossible.

Un de ces Hommes qui rend fort les gens qui l'entoure.

Un de ces Hommes qui profite de chaque matin comme si cela était le dernier.

Fabrice, lui et moi formions la « under seven dream team » constituée du bon roi Fabrice, de Stéphane le Ménestrel et de Dame Karen. Ces surnoms tout droits issus de l'esprit féru de moyen âge de Stéphane. Son goût pour la prose médiévale faisait se délecter plus d'un amateur de littérature, presque chaque semaine quand il résumait avec passion les exploits de nos petits Marsu de sa plume affûtée de Ménestrel mordu du RCPA et de ses valeurs.

Stéphane, par ses qualités littéraires, a mérité son surnom de Ménestrel. Ce surnom, il ne l'a pas volé, loin s'en faut. Il l'a gagné simplement, rapidement en quelques clics et sans claques, en se faisant le chantre de ce sport, en narrant avec verve les exploits de tous les marsus. Pas une fois, il n'a négligé l'un de nos valeureux guerriers, pas une fois, il n'a critiqué l'un ou l'autre. A chaque fois, le positif l'emportait sur les points négatifs (qui étaient tous de même disséqués et auxquels nous tentions de remédier la semaine suivante, soit en inventant un nouveau jeu, soit en proposant un exercice technique de son crû ...)

Stephane bis (7)Ces articles ont ému et ont même fait pleuré dans les chaumières normandes (chut, faut pas le dire...) et après nos déplacements lointains, il ne comptait pas son temps pour rendre une copie qui faisait pâlir d'envie bon nombre de reporters installés.

Stéphane, nous avons appris à le connaître à travers nos échanges épistolaires qui furent des moments de pur bonheur (j'en souris encore rien qu'en y pensant). Bien évidement, lorsque Dame Karen et moi échangions par courriel nocturne des écrits absurdes en tentant de parler vieux françois, en utilisant des expressions moyenâgeuses, il se plaisait à expliquer à Sa Christelle que si son téléphone bipait, c'était à cause de nous ; qu'il se devait de nous lire et de partager ses petits moments délicieux tout comme ils étaient foutrement délirants.

Je viens de relire quelques mails échangés avec mes deux compères... j'ai bien ri, jusqu'aux larmes (et bien pleuré aussi).... « qui aime bien châtie bien » semblait être une de sa « religion » à en croire toutes les vannes que l'on pouvait s'envoyer dés que l'occasion se présentait (même une toute petite occasionnette faisait toujours l'affaire), je ne vous relaterais pas tous les mails échangés entre la royauté et sa cour, à toute heure du jour où de la nuit...magnifiques joutes verbales.... on s'est bien marré quand même, hein mon bon Roi....

Le trio que nous avons formé pendant les deux ans où nous nous sommes côtoyés fonctionnait comme une belle machine bien huilée, pas un pignon n'était oublié, les activités que nous avons mis en place étaient améliorées par l'un ou par l'autre et, alors que l’entraînement était fini depuis belle lurette, nous étions souvent à papoter à propos de tout et de rien (mais surtout de rugby) et nous nous retrouvions les derniers à éteindre les lumières.

Stephane et ses potes educs (1)Stéphane aimait le Rugby,

Stéphane aimait ses marsus,

Stéphane était le Rugby, il lui ressemblait.

Éducateur, il l'était dans l'âme, et depuis fort longtemps... Il y a quelques années, les tatamis du club de karaté avaient déjà usé de ses talents de professeur et de sa soif d'apprendre aux autres et de partager.

 Son petit Ronan avait d'ailleurs revêtu son kimono l'an dernier, excellente « excuse » pour Stéphane pour remettre le sien.. Il allait reprendre sa licence à la rentrée pour un nouveau challenge: la ceinture noire (s'il vous plaît...), puisqu'il s'était arrêté à la marron...

Comme il doit être fier de voir son Ronan continuer à pratiquer ses deux sports adorés et à s'y épanouir... (et fier aussi de Christelle qui trouve encore la force de venir sur le terrain de rugby, malgré son absence...)

Il m'avait surnommé « mon bon Roi » Tout comme Karen était notre « Dame Karen » et comme tout Roi qui perd un être cher, sache mon bon Ménestrel que je te pleure, que je te pleurerai et ceci pendant un temps encore long.

Et puis Merde !

Sache également que je suis fier de pleurer en pensant à toi.

« Il pleure dans mon cœur comme il pleut sur la ville » aurait dit Verlaine...

Stephane bis (6)Quand les larmes se seront taries,  quand le temps aura fait son œuvre, que de bons souvenirs à se remémorer, des blagues de second degré (qu'il savait pousser à un degré bien supérieur...), des bons mots, des belles rigolades, des entraînements efficaces et non moins sympathiques, et aussi des moments partagés à discuter autour d'une bière (enfin une... ou deux....) (et oui, lui et les tontons trinqueurs ont fini par réussir à me convertir... d'où une photo parue récemment où je suis « prise en flag », pour le grand bonheur de notre Ménestrel taquin...). et cette belle journée des 45 ans du RCPA....

 Putain,  Stéphane, qu'est ce que tu vas nous manquer ! Mais quelle belle tranche de vie partagée lors de ton passage au RCPA: MERCI!!

Personne mieux que toi ne pouvait conclure ce portrait,  nous nous efforcerons de suivre tes consignes (tu nous pardonneras quelques écarts...mais ton absence ne faisait pas partie de la règle du jeu initialement...il faudra bien nous y adapter...)

« RIEZ, FESTOYEZ, DANSEZ, CHANTEZ MARSUS!!! 

ET RESTEZ TOUS ET TOUTES HEUREUX ET COMBLES POUR TOUTE L'ANNEE!!!

CAR TEL EST MON BON PLAISIR!!! » (par Stéphane, fin décembre 2012...)

Sous-catégories

MERCI à nos PARTENAIRES MAILLOTS

Connexion