Stow’s memories  Chapitre 3 : Tour’s Rites :

 « C’est ce qui fait qu'un jour est différent des autres jours, une heure, des autres heures ». « Le Petit Prince » Antoine de Saint Exupéry

 

Si en 1972, nous découvrions la Tournée de rugby, nos amis de Stow avaient un large vécu : 140 ans cette année : les rites sacralisés et respectés avec vénération et tradition : notre apprentissage se nourrit de leur expérience.

20192020semaine21breve5La Tournée suivante, « dress code » oblige, nous arborions tous un sweat bleu ciel héraldique : un ballon de 20192020semaine21breve1rugby, une pinte de bière, la licorne de Stow et le Pont de l’écusson rislois, dessiné par notre super Snif . Il fut vite échangé par une cravate de Stow. L’année suivante, ce fut un bleu marine avec les initiales RCPA, toujours dessiné par Snif  qui eut le même succès : une deuxième cravate nous étrangla le cou… la black « Tie » n’était pas XXL.

Nous abandonnâmes les « Sweat » … « Home » pour des couvre-chef : des canotiers puis des bérets bleus et rouges achetés chez le frère de Bruno Heid sur le marché qui firent «  le Bonheur des Dames » pardon des ladies qui nous décanotèrent au prix de quelques roucoulades… et de quelques pintes… tant elles se montraient friandes et insistantes.

MAI 1968 - MAI 2018

 

« Sous les pavés de la Rue de la Rep, 

 

le RCPA » :

 

Milieu de siècle, mille lieux historiques

 

lieu11Difficile de faire un choix parmi les lieux que le RCPA fréquente depuis une moitié de siècle, mais en voici une dizaine qui resteront gravés dans nos mémoires rabougries : convivialité, amitié, fidélité et sportivité s’y conjuguent au passé, au présent et au futur.

Le premier sera le « Bar des Alliés », lieu de la première réunion du futur bureau du RCPA en mai 1968, la salle du haut retentit encore des géniteurs Lebreton, Gay, Urnous, Ciminato, Lamy, les départs et retours de matches, les prémices des troisième-mi-temps commençaient  toujours devant le bar des Jourdain débonnaires. En 2018, notre ancien siège social accueillit la remise des diplômes du Concours de vitrines qui restera un grand moment de la cité : la boucle est bouclée.lieu12 Les paisibles Lebourgeois, et l’inévitable Gilles Langlois - oui notre coiffeur mythique- furent les heureux propriétaires successeurs avant que le taiseux Pascal Desrues, ancien Rouge et Bleu ne reprenne le flambeau. Nos amis de Stow ne s’y trompent pas et passent leur premier « coup »  de Tournée dans cette enceinte « Tonton Flingueurisée ». Nous aurions pu citer « La Forge » des sympathiques Calle et bien sûr "le Fief" cher à notre Chris, en croix tous les samedis soirs, des mêmes propriétaires qui trouva là le moyen de se fondre dans la vie en Rouge et Bleu des rislois, le « Bivouac » du Corse et plus tard de Christine et Danny et tant de lieux d’abreuvage qui égayèrent nos soirées à une époque où la maréchaussée se montrait moins sévère qu’avec nos nouvelles générations.  

lieu21Le second lieu, nos premiers terrains : ils  se situaient au niveau du parking de la piscine (derrière l’hôtel des impôts): bêtes sorties du champ, pré à vaches « débousé » avant chaque match, poteaux montés par nos soins (anciens mats de cocagne), vestiaires spartiates, ancienne étable : pas d’eau, pas d’électricité lieu23puis nous remontâmes vers la ville avenue de l’Europe où des immeubles ont poussé comme des champignons avant d’atterrir pour une bonne poignée d’années au légendaire Saint Paul, lieu de luttes sportives et de nos premières montées. lieu22Saint Paul’s cathédrale du rugby rislois fut le cadre de tant d’événements homériques.

lieu31Le troisième lieu est le berceau des premières générations du RCPA : Le collège Saint Ouen. Les Jean-Pierre Urnous et Ciminato, nos mentors de l’époque, sévissaient comme prof, prof de SVT pour le catalan et de sports pour le local, et rabattaient systématiquement les jeunes pousses, pour la plupart internes, qui avaient des prédispositions pour notre noble sport à la mode à la télé grâce à Roger Couderc. lieu32Ainsi bon nombre de rugbymen rislois étaient de Lisieux, Rouen, Honfleur, Trouville sur mer, Le Havre et rejoignaient Saint Paul pour 15 h avant la reprise de l’internat le dimanche soir.lieu33

lieu41Le quatrième lieu ne se situe pas sur notre territoire mais in England : Stow on the Wold, village pittoresque des superbes Costwolds (Oxfordshire), club de notre troisième ligne fétiche Alec Jones. lieu42Nous avions l’habitude de dire qu’une Tournée de trois jours outre-manche nous apprenait plus qu’une saison, tant sur le rugby que sur l’esprit d’équipe et de jeu. Dès 1972, nous embarquâmes chaque saison pour des traversées d’aventures inoubliables. lieu43Ce retour de nos amis anglais (18 anciens pour ce weekend end festif et d’une dizaine de joueurs) est un rafraîchissement vivifiant…Nos successeurs connaîtront-ils les joies d’un tel voyage, c’est moins sûr et c’est dommage ! Autre époque, autre mentalité. Laissons à Achille, le soin de retisser ces liens !lieu44

lieu5Le cinquième lieu : la Rue de la République, théâtre privilégié de moments de notre Histoire : comme celle de cette révolution, un dimanche pluvieux, un terrain fangeux voire marécageux sur le bas de Saint Paul et pas de douche chaude pour nos adversaires d’Alençon : les deux équipes déambulèrent en vociférant et clamant leur mécontentement jusque sous les fenêtres de notre maire de l’époque, monsieur Beauvais, pharmacien…seules les bouteilles de gaz vides nous replongèrent dans un tel contexte. lieu52Mais la Rue de la Rep nous accueillit plusieurs fois pour les retours victorieux synonymes de montée en fédérale : trompettes et flonflons, drapeaux, chants de guerre : le troupeau Rouge et Bleu remontait pour une transhumance d’assoiffés.

lieu61Le sixième lieu, notre « maison de retraite » comme l’appelle Pierre : la maison du Rugby René Plessy. Ancien préfabriqué de l’école Pau Herpin, cher à notre Tico national, démonté et remonté par nos soins, le club house devint un lieu de vie essentiel pour la dynamique du club. lieu63Les magnifiques fresques du même Coco devinrent un musée que des légions de Bleus et Rouges découvrirent avec bonheur et bonne humeur. lieu62Les succès qui suivirent ces premières années lui doivent beaucoup. Malheureusement, le bâtiment commença au fil des ans à se délabrer et il fallut déménager temporairement pour voir naître son  alter ego.

Le septième lieu, la salle des Carmes : lieu7jouer au rugby, c’est bien mais les effectifs et les équipes gonflaient : les finances criaient famines : vinrent l’époque des bals et des anniversaires qui se succédaient au rythme des dépenses. Qui ne se souvient de ces soirées endiablées jusqu’à l’aube, de ces repas où les Gilles, Jacques, René, Jean donnaient de leur personne pour attirer la foule et remplir les caisses et vider les futs. 

lieu81Le huitième lieu l’un des fleurons de notre cité, le Parc des Sports baptisé aujourd’hui Alexis Vastine.  lieu82Après le déchirement la séparation de notre cher Saint Paul, la municipalité nous offrit un joyau : trois terrains dédiés au rugby, des vestiaires fonctionnels et accueillants. Le complexe Alexis Vastine fut le théâtre de nos dernières montées, accueillit plusieurs fois les finales régionales, les tournois  dans toutes les catégories, un outil performant que nous envie un certain nombre de clubs  mais aussi depuis les quarante ans, il nous reçoit pour nos anniversaires dans cette salle un peu bruyante mais qui reçut 500 convives pour nos 50 ans : «  OH ! OH ! OH ! HAPPY BIRTHDAY RCPA ! » lieu83

lieu91Le neuvième lieu : notre club house actuel : lui aussi fut érigé par la municipalité sous la houlette de l’un de nos chers membres Guy Mouchard qui surveilla au jour le jour l’avancée des travaux. lieu92lieu93Lieu de vie indispensable au rugbyman, ce nouveau local plus fonctionnel, prend son envol… il ne manque plus que les fresques de Coco pour retrouver la chaleur du cadre de l’ancien. La nouvelle génération y puisera source de joie et y connaîtra la déception… 

lieu101Le dixième lieu : le lycée Jacques Prévert, il n’appartient pas au RCPA  mais il en est aujourd’hui son creuset. Les équipes U 16 et U 18 naissent aujourd’hui grâce au travail infatigable de Nicolas Chabas, de ses collègues de sports mais aussi d’une phalange de rugbyphiles ou d’anciens joueurs Fabrice Pilat, Patrick Baril, Fabrice Jay qui dispensent la bonne parole et ont créé une dynamique qui rappelle celle de la genèse du club.   lieu102

Voilà quelques lieux, il y en a tellement d’autres qu’il faudrait  écrire un roman mais narrations et descriptions, émotions et souvenirs sont maintenant à écrire par les nouvelles générations : « Vingt mille lieux sous les pavés »… voilà déjà le titre, à vos plumes et vos crampons. 

Stow’s memories : Chapitre 2 : Les « Jules » du Ferry

20192020semaine19breve120192020semaine19breve12Suite à cette première Tournée homérique de 1972, chaque année, en général le week end de Pâques, nous visitions les Costwolds et nos nouveaux amis : Ian Roberts, John Horner, Paul Horrocks,  Robin Braithwaite, Ken Smith, Elwyn Lewis, Peter Hartnell, Tony Hanks, Bob Brunt, Alan Holdsworth, Dany Townsend, Martin Brown, Alex Rufus-Isaacs (Lord Reading), Tom Morris,  Ian Arthurs,  John Hutsby, Stuart Caffin, le vénérable John Wright et bien sûr notre mentor et charismatique Alec John… venaient pour le mois de mai : match et bal le samedi, Tournoi de rugby à VII le dimanche honoraient leur présence : échanges amicaux et conviviaux -au moins au début.

Stow’s memories

Chapitre 1 Découverte et curiosités : 1972 Première Tournée à Stow 20192020semaine16breve13

20192020semaine16breve11Vous ne connaissez pas Stow on the wold, ce charmant et pittoresque village de pierre des Costwolds, paysage vallonné et romantique, pas plus grand que Cormeilles. 20192020semaine16breve12Il est situé au sommet d’une colline(wold) boutiques de souvenirs, antiquités, fermes et résidences secondaires ( 2 h de London): une place triangulaire, quelques commerces, un pilori, deux trois rues qui accèdent au centre : un village de carte postale que les touristes du monde entier visitent. 20192020semaine16breve2120192020semaine16breve22Mais pour nous, c’est un club de rugby, excentré, deux miles du village, trois équipes de rugby à cette époque, svp, un vieux club house désuet mais vivant, les rugbymen chanteurs – ce sont les meilleurs du comté et ce n’était pas une légende…animent la place  c’est sans doute par ces échanges que nos troisièmes mi-temps devinrent aussi mélodieuses.

Sous-catégories

Partenaires Internet 2020

Partenaires Plaquette 2020

SCAN_POISSONNIER_HD.jpg