« LA NOUVELLE EST LOÏSE »

 

« La peine et le plaisir passent comme une ombre : la vie s'écoule en un instant ; elle n'est rien par elle-même ; son prix dépend de son emploi. Le bien seul qu'on a fait demeure, et c'est par lui qu'elle est quelque chose. »  Julie, ou la Nouvelle Héloïse (1761) de  Jean-Jacques Rousseau

Loise1Loïse, dérivé de Louis, vient du germain « hold » et « wig » et signifie "illustre", "combattant", un prénom peu commun mais déjà très symbolique; Dyjak, patronyme d’origine polonais, comme les Michalak, Kojak, Sujak… est aussi peu commun : notre Loïse Dyjak n’est donc pas commune, jugez plutôt.Loise 10

Nouvelle rugbywoman, un an de pratique et déjà sélectionnée en équipe de Normandie U 18 : il faut dire que son arrivée au lycée Jacques Prévert fut déterminante; l’environnement professoral  favorise de nouvelles vocations. Nicolas Chabas en option rugby, Fabrice Pilat puis Bertrand Lecureur en Histoire Géo (vice-président du HRC), Patrick Baril en maths : la toile est tissée et notre jeune sportive, après avoir tâté à d’autres sports n’y échappe pas, d’autant que ses meilleures amies Anna Burel et Garance Cauche ont déjà rejoint le club cher à la famille Letellier. Pour combler sa frénésie de dépense physique, elle s’adonne à la gymnastique rythmique à Bourg Achard…quand elle ne s’essaie pas au cross scolaire, quand elle ne tâte pas au hand, un besoin boulimique de se défouler mais une silhouette élancée et gracieuse. Vous aurez donc bien compris que le sport est son occupation favorite juste un peu moins que la famille et les amies et amis. Il faut dire que la tête est aussi bien faite puisque notre lycéenne, élève en ES, envisage Sciences PO.Loise 11

Curieuse et débordante d'énergie, habitant le pays de notre cher co-président Did’s, Sainte Croix sur Azier, Dyjdyj, comme la chambre ses chères copines,  n’hésite pas à descendre à vélo les samedis de beau temps, preuve d’un tempérament déjà bien trempée qu’elle exploite judicieusement à l’aile, là où la vie est belle ou au centre : sa rapidité, ses crochets et sa vista font la différence quand elle met les cannes, difficile de la rattraper. Sous son joli minois de blonde aux yeux bleus, s’estompe sa timidité naturelle sur le pré pour laisser place à une gagneuse, morte de faim et si un bout de chocolat, qu’elle adore, vient annihiler un coup de barre, elle devient  carrée et fondante. Bon elle ne se nourrit pas que de tablettes quand même, la raclette lui procure aussi du plaisir.Loise3

Bien qu'elle soit douce et aimable, Loïse n'a pas peur de se défendre quand on s'en prend à elle. Et si elle respecte l'opinion des autres et sait les écouter avec attention, Loïse sait aussi se montrer entêtée lorsqu'elle est persuadée d'avoir raison. La redoutable «Lolo » a  besoin de rivaliser d’abord avec elle-même mais aussi avec les autres, une performeuse, une tenace, une persévérante, une « jusqu’auboutiste », un peu entêtée qui fait tout pour réussir mais  honnête, appliquée et pleine de bon sens, plutôt réservée et qui a du mal à dévoiler ses sentiments. Mademoiselle apprécie la simplicité, l’honnêteté et la joie de vivre de son entourage sauf le matin où sa mauvaise humeur légendaire est à éviter…autant de qualités que le rugby façonne au gré des matches et des rencontres.Loise2

Une maturité saisissante et une personnalité déjà très marquée pour cette jeune femme qui place Simone Veil au pinacle de ses stars, droits de la femme oblige et Nelson Mandela pour avoir consacré sa vie à lutter contre l’apartheid…Elle prône un programme politique des jours heureux et   déteste les personnes qui se plaignent tout le temps. Sa devise : « Qui veut faire quelque chose trouve un moyen, qui ne veut rien faire trouve une excuse » révèle des idées bien arrêtées et affirmées.

Hors du commun, vous le croyez maintenant, cette nouvelle Loïse. Et si vous la croisez, habillée de rouge, couleur de vie, de bonne humeur et de passion (comme le bleu bien sûr) sur l’estran, un jour d’été, au moment où les journées paisiblement se languissent, à écouter le son des vagues et respirer la vapeur des embruns pour se détendre et se vider l’esprit, alors vous découvrirez cette jeune femme en devenir déjà émancipée… éprise de liberté.Loise5

« Tant qu'on désire on peut se passer d'être heureux; on s'attend à le devenir: si le bonheur ne vient point, l'espoir se prolonge, et le charme de l'illusion dure autant que la passion qui le cause. » Julie, ou la Nouvelle Héloïse (1761) de  Jean-Jacques Rousseau

 

BEBERT, L'EXPERT

 

BebertComme son compère Denis, Pascal Hébert, presque quadra, vient de tirer sa révérence… tous ces vieux « grognards », la garde rapprochée de Loulou,  auraient mérité de sortir brillamment sur un nouveau titre mais les Tangos banlieusards ne leur laisseront que des regrets et une dernière fois, ils refirent amers le match, incriminant leurs vieilles jambes et au passage l’arbitre, mais satisfaits et heureux d’avoir partagé le temps d’une nième saison leur expérience et leur enthousiasme avec de nouvelles générations. Car Bébert ne les compte plus les saisons sous son seul maillot, bleu et rouge, fidèle des fidèles, il fut de toutes les campagnes depuis plus de 20 ans, il en vécut des heureuses et des plus tristes, comme celle de mai dernier où tous les efforts consentis ne furent pas récompensés.Bebert1

Bebert3Le séduisant et sémillant Bébert  ( le seul à ma connaissance, à arborer régulièrement, le costume cravate ) sévissait à ses débuts à l’aile, rapide, incisif et percutant, il concluait avec panache les déferlantes risloises ; puis il s’exerça au centre, à l’arrière et même quelquefois en troisième ligne  avec toujours le même bonheur et cette envie de franchir la ligne davantage qui le caractérisait, ramassé  et   volontaire, toujours à la pointe de l’attaque et prompt à défendre, ses plaquages dévastateurs ont annihilé bien des offensives et comme toute cette génération il a su se mettre au service des autres sur le terrain mais aussi pour le club.Bebert2

Il entra au bureau, épaula Denis pour la plaquette pour des tâches obscures mais essentielles : le relationnel et le sponsoring car nous étions rentrés dans le monde de la communication, la vraie, celle du contact humain et Bébert, discret et efficace, sut canaliser et optimiser toutes les énergies même si les délais et les retards le personnalisaient, sa vie professionnelle compliquée en semaine à Paris et ses weekend end étriqués à Pont Au l’excusent  amplement. Grâce à lui et son carnet d’adresses, les publicités fleurirent dans notre bulletin, améliorant ainsi l’ordinaire…mais Didier, Guy et d’autres, forts de  cette réussite poursuivront son… leur œuvre. (La dernière mouture sortira officiellement le vendredi 16 octobre)   Bebert4

Alors oui, Bébert, merci pour toute cette stratégie innovante que tu as mise en place, pour ce parcours de rugbyman amateur et passionné, tous ces liens que tu as tissé patiemment avec nos partenaires et amis et tous ces sacrifices personnels qui permettent aujourd’hui au club de vivre mieux  et, comme dimanche dernier, reviens  souvent sur le bord de la touche, ta présence et tes sourires, suffiront  à galvaniser ceux qui auront pris ta place. Il y aura au moins deux heureux, Faustine et Louis qui en profiteront davantage.  A bientôt donc car sûr, tu seras toujours parmi nous dans les cœurs.

Bebert la playmateBebert5

 

DENIS,

 

D'UN RIVES AU NÔTRE

 

DenisIl est des figures dont le club aura du mal à se passer, Denis arpentait les terrains depuis  plus de 20 ans et sa gueule d’ange rassembla des cohortes de bleus et rouges. Cassé de partout après une nième saison en réserve où il fut encore une fois la tête de proue d’une réserve en passe d’engranger un nouveau titre, toujours exemplaire et au four et au moulin discrètement comme à son habitude, s’en est allé ; Denis commença troisième ligne aile, sécateur inaltérable et finit talonneur, harponneur dynamiteur, notre bras cassé annonça son arrêt de joueur mais plus surprenant, sa cessation d’activités au sein du bureau : sa famille, ses fonctions professionnelles et sans doute d’autres envies l’ont poussé à prendre cette sage décision.Denis3

Mais qui refera le monde au bout du zinc ? Qui regroupera ces générations avec autant de passion? Qui aura ces coups de gueule si incisifs ? Qui cogitera à toutes ces nouveautés qu’il initia ? Qui empêchera le monde l’ovalie de tourner rond ? Qui écrira avec autant de  réalisme ces petits trésors de textes qui nous ont tous ravis parce qu’ils parlaient de nous, de nos travers et de nos ferveurs, de nos excès ?  … La passion te cheville toujours mais le temps et l’usure ont fait leur travail de sape, et tu as compris qu’il fallait te ressourcer auprès des tiens.Denis4

Denis6Alors Denis, tu n’es pas un Saint bien sûr mais sache que nous t’aimons, je ne te dis pas bonne retraite parce que je suis sûr que dans quelque temps quand tu te seras refait la cerise moralement, que les fantômes de ta maison du rugby que tu as si souvent hantée en côtoieront de nouveaux,  on reverra ton beau panache blond rejoindre tous ces anciens qui gravitent  et qui vivent au pouls du RCPA avec cette envie, ces idées que tu aimes partager avec ceux de ta tribu. A bientôt donc car comme la maison du rugby, le Phénix R and B renaîtra de ses cendres. Denis8

PS Bon voilà ce portrait date déjà depuis plus de 10 ans, le Grand Denis, le beau Denis est revenuuu sans se presser é é ; Le Grand Denis, le Beau Denis et notre Zorro a renfourché son destrier, est reparti en conquête, plus à la plaquette qu'il dirigea de main de maître pendant plus d'une décennie mias il est "tenancier" de la maison de rugby, chargé du réapprovisionnement, de la caisse et des soirées club; mais pas que, son expérience et sa connaissance du club et du milizeu sportif est précieuse au bureau où sa fougue anime les discussions de son franc parler comme dirigeant, jamais à court d’idées notre super héros. Au bar avec sa femme, la belle LN, maître nageuse sauveteuse de soirées mais aussi maîtresse enchanteresse de notre père Denis qui lessive plus blond encore qu’il y a trente ans : moustache et  rouflaquette au vent de son vélo électrique ou de sa moto bleue.Denis7 Ses amis Christophe et Anita,  Bébert, Loulou, ses frères de sang  l’accompagnent toujours au gré du vent où le surf l’a poussé après sa retraite rugbystique pour poursuivre l’aventure au-delà du RCPA, avec ses amis de toujours…les rugbymen.  Que ces nouvelles vagues de bleus et rouges te donnent autant d'émotions que tu as su en susciter pour les précédentes ! A plus à l'heure du café en terrasse!

GUYTOUT

 

LE MILITANT ROUGE ET

BLEU PREND DU RECUL

 

 Guy 1On ne présente plus Guy, les plus jeunes de l’école de rugby l’appellent Père Noël, les plus anciens le Tché ou Karl selon les générations et les plus familiers Papy et l’on peut dire qu’il a fait de la résistance le Guytout. Mais à 69 ans, ce « poids lourds », qui « capitalise » plus de 30 ans au club, a décidé de prendre du recul de toutes les tâches obscures : gestion, intendance, sponsoring et communication qu’il occupait  avec le dévouement qu’on lui connaît.Guy 4

Toujours au cœur des luttes que le RCPA mena sur tous les fronts : des négociations avec la mairie dont il fut l’un des serviteurs les plus zélés aux revendications des plus légitimes (des vestiaires et douches confortables), des défilés colériques rue de la Rép pour des douches chaudes ou même tout simplement pour de l’eau à ceux plus arrosés des montées en division supérieure, des manifestations chaleureuses des troisièmes mi-temps (« Ah ! Ah ! dit la mariée » ou « Ah ! les petits pots ! » : furent ses slogans les plus repris) : chaque saison apportait son lot de problèmes auxquels il fallait trouver des solutions et notre homme à la barbe fleurie était de ceux qui montaient au créneau, il était l’homme des situations de crise.Guytou (3)

A près de 40 ans, il osa chausser les crampons, lui, le basketteur bondissant, il fut propulsé en première ligne et gagna rapidement ses galons d’équipier premier : vieux, certes, mais vicieux, adroit mais provocateur, filou mais aussi comédien : son sens du jeu et de l’anticipation enrayèrent bon nombre d’offensives adverses ; son sens de la solidarité et de l’amitié le conduisirent  naturellement au bureau qu’il vient de quitter en juin après tant de combats   âprement disputés durant 20 ans.Guytou (9)Guytou (2)

Alors Guy est enfin au régime … sans rugby, enfin presque, parce que le dimanche, sa soif de rugby n’est pas encore étanchée, c’est encore lui et lui seul qui donne de la voix et avec lui, nous pouvons être sûr que les « bleus et rouges » seront toujours encouragés, car ce « militant  » est un homme de cœur et F.O te remercier pour tous ces sacrifices, ces heures de sommeil que tu dois maintenant rattraper même si tu ne profites pas encore de ta retraite.  A dimanche, Papy et en tenue, svp !  

Sous-catégories

MERCI à nos PARTENAIRES MAILLOTS

Connexion