« GARCONS ! 

DEUX DEMIS SANS

PRESSION ! »

 

Alexandre Plet et Mathieu Lasnon ne sont pas frères et pourtant ils en ont chacun : Nicolas pour la première  moitié, Denis pour l’autre ; ils ne sont pas, bien sûr, de la même famille et pourtant le plus vieux est fils de président et le plus jeune, cousin proche d’un dirigeant-arbitre : tous deux sont donc à ce titre tombés très tôt dans la marmite de l’ovalie qu’ils pratiqueront très jeunes à l’école de rugby : ces deux joueurs de générations  différentes ont aussi un point commun, ils évoluent au poste  de demi de mêlée des équipes séniors depuis quelques saisons.

Alexandre P (1)L’aîné (déjà presque trentenaire), le fils de Marc et Danièle, est une figure exemplaire et fidèle de l’équipe réserve : après plusieurs saisons et plusieurs titres en équipe première ou réserve, en fédérale comme en régionale, notre jeune papa  tient les commandes d’une équipe deux  souvent hétérogène : vieux et jeunes, expérimentés ou néophytes, qui a connu plus souvent les hauts que les bas. Alexandre P (3)Timide et timoré, « notre aboyeur » prend sur lui pour jouer à ce poste de « rameuteur », de chef de gare de triage et de leader : sa discrétion naturelle ne le pousse pas à prendre trop d’initiatives mais le rugby lui donne de l’assurance et de la confiance dans la vie, car le rugby n’est qu’un jeu qui permet de se construire et de se dépasser : une bonne passe et une disponibilité constante pour le jeu le caractérisent. Alexandre P (2)Sa présence, sa régularité, sa gentillesse en font une pièce essentielle pour motiver un groupe en reconstruction. Alexandre le bienheureux coule des jours paisibles auprès d’Amélie et du petit Robin... et si vous arrivez un peu en avance à l’entraînement, vous le verrez griller une dernière cigarette avec un beau sourire poupon, preuve de sa passion et du plaisir qu’il prend avec ses amis…car notre comptable égrène ses dernières années de joueur. 

 

Mathieu L (2)Le second (déjà plus d’un quart de siècle), le cousin d’Olivier, après ses débuts de crevette en poussins a tâté du ballon rond avant de revenir à ses premières amours à l’aile de l’équipe première, solide sur ses appuis et bon défenseur, il ne trouvait  pas, exilé à cette place la possibilité d’exploiter sa vista et ses moyens physiques ; l’arrivée de Loulou aux commandes des séniors allait le fixer définitivement à la mêlée.  Mathieu L (1)Depuis il enchaîne les matches avec une régularité de métronome : il distribue la gonfle et exprime avec talent des qualités de défenseur qui en font un neuvième avant… et une constance dans le jeu où son rôle d’éjecteur de ballons en fait une courroie de transmission indispensable au jeu déployé préconisé par les coaches mais le pack a montré dans les dernières rencontres qu’il pouvait lui aussi assumer le gain de la partie et Mathieu, altruiste sur le terrain comme dans la vie, devrait prendre conscience de son potentiel pour donner une autre dimension à son jeu et à l’équipe. Liline, sa maman et Coco, et Romane, ses Cendrillon, le couvent d’attentions et en attendant Mathieu continue d’évangéliser pour notre paroisse en prodiguant la bonne parole dans les écoles des alentours.Mathieu L

Pas des demi-portions ces demis, mais des demis  à consommer sans modération, tant ces deux « mousses » ne font qu’un pour le Bien de Tous, pour la communauté de l’Ovale Risloise.  

 

« LE JOUR DU CHASSEUR »

 

AVEC  DOMINIQUE

 

DANS LE RÔLE PRINCIPAL

 

Dom R (2)L’ouverture est derrière lui depuis belle lurette et pour tirer le portait de notre chasseur, de notre cible du jour, il faudrait remonter au temps où l’homo-rugbyman cultivait les valeurs ancestrales du sport-roi : la fidélité, le respect, le plaisir de partager et de faire partager, l’amitié…autant d’arguments que Dominique Rémond porte en lui et sur lui, avec discrétion et passion et qu’il transmet par son engagement aux jeunes générations du club, sans démonstration et sans artifice. Dom R (1)

Notre aventurier moustachu (vous avez sans doute remarqué son super chapeau d’Indiana Jones) a toujours porté la tenue rouge et bleue : d’abord chez nos voisins et amis, les Touristes elbeuviens puis ensuite, sur les bords de la Risle lorsqu’il rejoignit Colletot, dont il devint édile. Petit gabarit volontaire et mobile, toujours à l’affût, il  occupa à ses risques et périls la redoutable et essentielle place de talonneur : t’as l’honneur de gagner la balle en mêlées emmêlées et démêlées de l’époque, de lancer la gonfle dans  l’alignement, de l’arracher puis de te multiplier aux plaquages, de donner et de recevoir des bourre-pifs... autant de tâches que notre conseiller municipal appréciait parce qu’il avait le goût des autres et savait prendre ses responsabilités. Dom R (5)Notre fluet chasseur  était une proie facile pour les gros gibiers à poils ou à fourrure qui furetaient sur les prés : il ne manquait pas de prendre du plomb dans l’aile et pas seulement dans l’aile et Pan, son crâne, ses côtes, ses épaules …alouette furent souvent touchées et si sa carrosserie de chef d’équipe de chez Renault prenait des bosses, le moteur tournait toujours comme une horloge. Après quelques trois huit d’indisponibilité, il relançait l’inusable mécanique. Joueur diesel insatiable, il devint avec l’arrivée de ses fils,  éducateur disponible et précieux puis responsable dévoué de l’école de rugby avant de prendre sa retraite de joueur. Sagement, il prit du recul pour profiter de la petite  dernière, Blandine à qui il a passé habilement le virus de l’ovale et de sa Diane-chasseresse Véronique, se consacra à l’arbitrage pendant une décennie (il est encore aujourd’hui responsable de l’amicale des arbitres et délégué sportif) autant dire que sa retraite professionnelle est bien occupée.  Christelle, son aînée,dirige l'EDR d'aujourd'hui. Dom R (4)Remis à neuf après un pépin de santé, le voilà à nouveau vice-président, responsable administratif des moins de 19 et le plus fidèle des supporters de sa fifille qui joue à Evreux …  vous voyez bien que notre portrait du jour à plusieurs cordes à son arc et vous vous demandez pourquoi ce titre de chasseur ; là,  il faut remonter le temps et vous narrer cette anecdote d’un autre temps. Il faut savoir, en tant que mari,  quelquefois user de quelque subterfuge   pour éviter les représailles : ainsi notre cousin Saint Hubert, qui vous l’avez compris, ne rentrait pas souvent bredouille de nos parties de… revint un dimanche tardivement, plus saignant que d’habitude même après le passage à l’hosto, son épouse qui ignorait où il était encore parti - c’est vrai, tous les dimanches entre 15 h et 18 h, où peut  aller braconner un tendre et fidèle époux- l’attendait impatiemment. Dom RPour camoufler son escapade rugbystique, il échafauda la rencontre avec un sanglier, lors non pas d’une partie de … mais d’une partie de chasse, depuis, ce pieux mensonge fait le tour des troisièmes mi-temps risloises car la famille Rémond participe  à toutes ces retrouvailles de rugbymen, ces rituels de chasseurs, ces repas entre amis où chacun y va de sa chansonnette et de son historiette où les épiques trophées deviennent des légendes…et Dominique, souriant et paisible, profite de la « Nuit du chasseur » avec les siens, un chasseur sachant chasser doit savoir…

 

CREDO IN UNUM FREDO*

 

« Et puis et puisFredo 4

Et puis il y a Fredo

Qui est belle comme un soleil

Et qui m´aime pareil

Que moi j´aime Fredo » pâle plagiat du Grand Brel et pourtant il ne la connaissait pas.

Fredo 6Vous attendiez au titre facile : «  Allio ? Qui ? Allio Quoi ? – C’est Dieu ? –Mais non, mais si ! » auraient dit les frères ennemis jadis, mais ses deux garçons n’ont jamais été adversaires. Non, je ne crois pas en une seule « Fredo » tant elle est multiple : Toutes pour une ; Une pour Toutes : Fredo la mère, Fredo la supportrice, Fredo la dirigeante (trésorière de la saison 50) … et surtout Fredo l’amie…car Frédérique Allio fréquente le club depuis des lustres ; la boutique, elle connaît, elle vit avec depuis plus de trente ans…la Méga Fredo et pas qu’à l’heure du café ZégaFredo.

Fredo 5Maman Fredo couve encore ses deux rejetons, mais de plus loin : Louis, l’aîné, excellent troisième ligne centre, racé et perforeur, poursuit de brillantes études d’ingénieur en mécanique aéronautique à l’ISAE-ENSAT de Poitiers et le petit dernier, Hyppolite, qui fit souffrir tant de nos éducateurs, se venge en pratiquant le rugby au centre de formation de Vannes en Pro D 2 : ce tempérament bien trempé et rebelle s’éclate enfin au haut niveau : une belle récompense pour notre Mère Courage qui se dédouble pour suivre les parcours de réussite de ses deux marmots. Avant l’arrivée de sa progéniture, Fredo commença comme éducatrice au Clos dans le cadre des tickets-sport avec Barbara Vigo, Rodolphe Delahaye, Fred Eude et Eric Oper sous la houlette de son beau-frère Olivier, puis emploi jeune dans les écoles avant de se sédentariser comme secrétaire chez MCC2I, entreprise de son papa.Fredo 7

Fredo 9Fredo, comme tout le monde la surnomme, connut la belle époque de Fédérale 3 sur le long terme et supportait tambours et trompettes les Rouges et Bleus dans tous les déplacements car notre fan est toujours partante pour accompagner les défis et projets sportifs et festifs : les championnats de France d’Amiens et d’Evreux résonnent encore de ses cris et rires endiablés : ses chansons ou ses danses pour anniversaires animent chaleureusement  les soirées des amies et amis.

Aujourd’hui, après le départ de ses minots dans le Far-Ouest, Fredo s’investit avec sérieux et un dévouement sans failles au sein du bureau que président ses deux mentors préférés Did’s et Loulou(comme dans son travail): la trésorerie est tenue comme la sienne et les cars réservés avec un temps d’avance. Elle n’hésite pas à donner un coup de main le samedi : secrétariat de l’école de rugby, préparation et réception des équipes et même tenancière de la buvette… la fée du logis se transforme en maîtresse de maison pour le bien de la communauté de l’Ovalie risloise.Fredo 8

Fredo l’amie, fidèle et sincère, est toujours disponible pour les autres et tout le monde sait que l’on peut compter sur elle. Elle boit les paroles de Jean Louis Aubert sans modération et consomme  avec volupté quelques verres de bon vin – non Frédérique n’est pas toujours à Allio ou  apprécie quelques coupes de champagne bien flutées avec modération cette fois-ci. Lectrice, sportive (footing, marche, gym… faut bien se préserver des excès…), Fredo surveille même son alimentation : aux oubliettes les pizzas, frites, pâtes : bah oui, ça laisse des traces tout ça ! La belle Fredo de « ces Gens-là » a poussé la coquetterie dans son regard : de beaux yeux vairons, bleus avec des reflets marron comme un certain David Bowie. « T’as de beaux yeux, tu sais ! » Un charme fou ! Y ‘ a de quoi plonger !

Fredo mi fa sol la si do… « gamme » over 

*Pardonnez cette faute de déclinaison, mais le jeu de mots ne vous fera pas perdre votre latin pour autant !

 

 PACO, RICO et RORO

LES VIEUX DE LA VEILLE SE PORTENT A MERVEILLE 

 

paco roro (3)Ce qui fait la richesse de notre club et sa pérennité, ce sont toutes ces pépites enfouies dans ses entrailles et qui n’en finissent pas de scintiller par leur durée, leur engagement, leur disponibilité et leur gentillesse : PacoRico et Roro sont de celles-là toujours présentes, toujours prêtes à rendre service au club et aux amis et si le poids des ans commence à se faire sentir : le genou, le dos, la cheville, le cou les réduisent à des tâches plus obscures, elles sont essentielles pour la vie d’un club amateur comme le nôtre : ils entraînent , accompagnent, encadrent, épaulent, servent…et sont les gardiens du Temple, de cet état d’esprit que l’on nous envie.

Les routiers sont sympas, c’est bien connu, Paco et Rico n’échappent à la règle : dernier exemple, le 21 décembre, rappelez vous, il neigeait, ils sont allés bénévolement déménager leur pote Tatayé, l’exilé, en Provence…pour le plaisir  de rendre service.

paco roro (1)Paco est l’aîné de la bande : venu au rugby sur le tard, malheureusement, son physique de déménageur le poussa naturellement en première ligne et pourtant, il vivait depuis un certain temps dans le giron de la famille Oper en épousant Sophie, joueuse et éducatrice pendant de longues saisons. Dès lors notre Obélix se donna à 300 % lorsque ses déplacements de chauffeur lui laissaient le loisir de pratiquer : il suivait Dylan, son fiston, le samedi en épaulant Benoît et mettait sa cotte bleu et rouge le dimanche pour le plus grand bonheur de l’équipe 2 voire un qui glanait avec ses légendaires anciens de précieuses victoires et quelques titres ; costaud et puissant, il prenait le dessus sur son vis-à-vis avec patience et malice mais son engagement  le mettait à l’épreuve du mal : les plaies et bosses, les points de suture et les entorses ne se comptent plus mais le vieux briscard, têtu, ne désarmait pas et remontait au front. La dernière croisade fut celle de trop, son genou se tordit mais Paco ne bronche pas, il souffre en silence, continue de bosser…dur au mal mais toujours disponible pour le bien de la communauté de l’ovale.

paco roroRico est de la même légion, de la même génération – un an de moins que son ami-, un Astérix toujours prêt à rempiler, à lutter, à s’engager. Venu plutôt que son compère Paco au rugby, sa petite taille, le cala derrière la mêlée ; vif, insaisissable et tonique, il n’hésite pas malgré son poids léger à défier les cohortes des gros puis son explosivité et sa fougue l’exposa au talon et de finir en troisième ligne infatigable et inusable : toujours à la pointe que ce soit en attaque comme en défense, un poumon d’acier, un poison pour ses adversaires mais un poisson-pilote pour ses partenaires ; une vraie pile sans arrêt en surtension qui recharge son énergie auprès des siens et de ses amis car notre rislois n’a pas trop le temps de s’entraîner et à son presque grand âge, il brave les plus costauds. Toujours sur la route en semaine comme tous nos routiers Eric, Benoît et bien sûr Paco, il n’hésitera pas à monter dans le car le dimanche pour, car pour lui, le rugby est aussi une famille. Le samedi ou lors de manifestations du club, il dispense ses conseils, son expérience et surtout sa gentillesse, les enfants l’adorent et pour les plus grands, c’est un exemple à suivre, discret et passionné.paco roro (4)

paco roro (2)Roro s’est blanchi sous les travaux guerriers mais est le plus jeune des trois amis… ralliez vous à son panache blanc. Il commença le rugby à l’école de rugby dans la lignée de ses frangins, tous adeptes de l’olive et connut tous les bonheurs avec les générations glorieuses et successives des Manu, Loïc, Boris, Dub, Paf, Nico…; il fut l’un des chefs d’orchestre de la ligne de trois quart à l’arrière comme à l’ouverture qu’il dirigeait avec maestria : son excellente vision du jeu, son coup de pied long et précis, ses chevauchées de gazelle caractéristiques et ses percées plein champ dont il avait le secret, se concrétisaient au tableau d’affichage…et son sourire lumineux en disait long des plaisirs qu’il partageait avec ses frères d’armes. Fragile, notre Passurancetourix, malheureusement, connut beaucoup de pépins physiques, les blessures, les déchirures, les entorses et… son talent d’Achille eurent raison de ses envies et sa volonté, le prof de maths ne résolvait pas tous les problèmes et sagement, il prit la meilleure des solutions : supporter et aider.      

Ne croyez surtout pas que l’emploi du passé témoigne de leur cessation d’activité, nos trois rislois sont bien toujours là, à la demande, à l’envie et à discrétion - on ne peut pas être et avoir été- et c’est bien grâce à ces anciens, à ceux d’hier (depuis le début…du club ) que le RCPA résiste, sacré village rislois, et  est toujours en vie, toujours présent : vous savez ce qu’il vous reste à faire pour leur rendre hommage : continuer sur leurs traces...et c’est dans cet esprit tranquille que nos gaulois apprécieront ces retrouvailles et votre amitié.  

Sous-catégories

Merci à nos Partenaires Plaquettes

carre.jpg

MERCI à nos PARTENAIRES MAILLOTS

Connexion