Achille News 

LES PETITS MINOT

DEVIENDRONT

 

GRANDS

 

Les MinotLe rugby est une affaire de Famille où l’on aime d’ailleurs bien laver son linge sale (au sens propre comme au sens figuré). Ainsi le rugby national a connu les légendaires frères Boniface, la lignée narbonnaise des Spanghero, j’en passe et des meilleurs et notre club a vécu des moments de gloire avec les Mouchel, les Oper, les Laigle, les Gréco et autres et  aujourd’hui les Carrère, les Legrand reprennent le flambeau mais l’école rugby prépare déjà la relève ainsi les Tiévant, les Leleu, les Baril, les Valparaiso … se multiplient et parmi ces générations de fratries, les Minot font figure d’exemple.20172018semaine21articleseniors1

Les trois Mousquetaires Minot jouent au rugby dans presque toutes les catégories : Edgard en moins de 13, Jean Baptiste en moins de 15 et Achille en moins de 17 ans : ils ont tous connus la catégorie des moins de 7 que JB a fréquentée en premier. Tous passionnés, ils ne ratent pas souvent l’occasion de retrouver leurs amis, même si de temps en temps, des obligations familiales bien légitimes ou des erreurs d’aiguillages les tiennent éloignés des terrains pour leur plus grand malheur (il est vrai que lorsque les horaires ne privilégient pas les rassemblements, il faut jongler avec les déplacements de la maison éloignée et si maman et papa font largement le nécessaire, il y a  quelques couacs, après tout, les parents n’avaient qu’à faire des triplés pour simplifier le problème). Heureusement, tous les trois ont choisi le même sport et viennent de laisser tomber la musique pour se donner davantage à leur passion, au grand dam de leurs parents. 

20172018semaine21articleseniors4Achille, l’aîné, évolue devant et a déjà suivi les stages départementaux et régionaux ; taciturne, réservé et timide, il a trouvé au rugby de quoi s’éclater et décharger l’agressivité qu’il accumule silencieusement car le grand Minot… tord ses adversaires: un chef de file de l’équipe des moins de 17 ; JB,  plus rêveur  et discret, mais pas moins actif, hésite encore entre le jeu d’avant et d’arrière  tant ses qualités sont intéressantes car le moyen Minot…de pas sur le terrain et lorsqu’il prendra conscience de ses possibilités, il s’affirmera davantage ; Edgar, le plus volubile et le plus agité, se montre déjà très rusé et efficace au poste de demi de mêlée, sa vista et sa lecture du jeu en font déjà un leader , au four et au moulin : le petit Minot… trie les ballons. Ces sympathiques et agréables garçons blonds  n’ont pas fini de faire parler d’eux  et nul doute qu’un jour l’on retrouvera ces trois graines de champions en équipe première poursuivant ainsi la tradition familiale  du RCPA, les Minot deviendront grands.

 

TATAYE LE RETOUR : 

SI LOIN DES YEUX

 

SI PRES DU COEUR

 

TatayeSur tous les forums de rugby normands, Tatayé laisse ses commentaires, ses analyses et ses idées, il est vrai qu’il est en manque, seul loin des siens, de sa seconde famille, celle des rouges et bleus et si les cigales stridulent, si la chaleur est étouffante, si le « yaune » coule autant que sur les bords de la Risle, son addiction au RCPA, à ses amis, ses frères  le torture ou l’enflamme. La fatalité vient  de le rattraper : son exil doré, paradisiaque  et existentiel va s’achever : l’enfant du pays et toute sa famille vont retrouver le bercail, fini le sud et ses cartes postales, bonjour les hivers rigoureux et la tribu.  Tataye (2)

Tatayé est le pseudo de Stéphane et tout le monde connaît Stéphane car depuis plus de 20 ans, il hante tous les terrains de sports et la maison RCPA : côté terrains, bien sûr, mais aussi coté cour : dirigeant et ambassadeur : de tous ces accotés qui font de lui un des piliers de toutes ces années fastes de vie avec ses compères Loulou, Denis, Léon, Tex et j’en passe. Pourtant, il a mis du temps à les  rejoindre tant notre sportif  se donnait à fond dans toutes les disciplines, le Hand en particulier qu’il joua à haut niveau : un boulimique, un passionné de sport mais aussi et surtout de vie associative et c’est donc un peu plus tard qu’il porta la tunique risloise.

Tataye (1)Tataye (3)Sportif polyvalent, ambitieux, enthousiaste et volontaire, mais aussi rugbyman polyvalent et poly morphe ( il vient de perdre 12 kilos, retrouvant ainsi son allure de jeune homme ) : il commença élancé à l’aile puis centre panzer carrossé  et enfin tracteur en seconde ou troisième ligne, perforant les défenses adverses; adroit et rapide, manieur de balle et puncheur, il s’évertua à donner le meilleur de lui-même pour le bien de l’équipe (bon bien sûr, comme le Tatayé n’aime pas perdre, ses propos et sa gouaille n’ont pas toujours été appréciés par le corps arbitral  et ses adversaires mais il reste toujours en bons termes avec eux la partie terminée), car le Tatayé est moteur de solidarité, fédérateur de joueurs et de plaisirs partagés, un élément essentiel  de la vie de groupe, un pièce indispensable d’un sport collectif.    Jour J 7 U18

            Une énergie que l’on retrouve dans sa vie professionnelle où il n’hésite pas à prendre des risques, à changer de cap, se remettant en cause, s’investissant sans compter pour la bonne marche de ses entreprises, s’épanouissant dans ces moments difficiles qu’il a traversés car il toujours su rebondir, s’appuyant sur des convictions bien trempées et des valeurs de solidarité et de respect.

            Le Tatayé est de retour (fin décembre) et ses protégés l’attendent déjà avec impatience car ils comptent tous sur lui pour affirmer haut et fort que le RCPA n’est pas mort et que cette saison pourrait être celle de la remontée…Et ça, Tatayé, il connaît les remontées (je ne parle pas de celles du Sud) déjà il en salive. A bientôt Tatayé, et l’un de nos astres va à nouveau briller, car tu vas nous remonter le Soleil et la verve du néo-méridionale.

 

 

« BERNARDIX LE PALOIS, …

 Nanard (5) 

 

OUPS LE RISLOIS »

 

20102011seniors Bernard en famille

 

DOUDOU 9Bernardix est tombé dedans quand il était petit : un enfant de la balle comme l’on dit, son père et bon nombre de membres de sa famille pratiquaient le Rugby (roulez les R , svp ) en terre d’Ovalie, plus au Sud, là où finalement notre sport, arrivé par Le Havre en France,  a fixé ses racines et pris véritablement son essor, car notre gaulois est béarnais et tout le monde sait maintenant grâce à la Tournée de l’école de rugby de la saison dernière qu’il est né à l’ombre du château de la cité paloise et qu’il s’est engagé très tôt dans les cohortes de la Section qu’il supporte toujours ( le Vieux Renard est encore Vert ) avant d’émigrer pour des conquêtes estudiantines et professionnelles.DOUDOU 2

Toujours aussi passionné, la potion … et l’âge le stimulent encore davantage, le noble amateur et le bénévole très professionnel se gorge de rugby jusqu’à l’ivresse, le mardi, le vendredi, le samedi et le dimanche, comme à ses débuts, d’abord comme éducateur où sa fibre de pédagogue et son expérience acquise depuis des lustres lui assurent l’autorité nécessaire auprès de sa nombreuse légion des moins de 11 et comme joueur exemplaire depuis son arrivée au RCPA après avoir donné le meilleur de lui-même chez nos amis brionnais.  Nanard (1)

Nanard (2)Le samedi avec Franck et Vincent, il dispense donc son savoir avec l’enthousiasme, le sérieux, l’humour et la rigueur indispensables aux futures générations de rislois bleus et rouges  et vertes et noires : il est tour à tour secrétaire, rassembleur, organisateur,  covoitureur du BAR, animateur infatigable, cheville  ouvrière du regroupement de la Vallée Risloise avec son compère  Johann, toujours sur le pont et prêt à rendre service lui aussi.

Le dimanche, comme joueur, il se dépense sans compter aux quatre coins du terrain  en montrant l’exemple, son panache blanc galvanise les jeunes pousses, son esprit de sacrifice ( sacré défenseur) et son expérience  le positionnent à toutes les places stratégiques ( les blessures  ne l’ont pas épargné la saison dernière) mais son goût des autres, l’amitié, la solidarité ne l’éloignent pas longtemps des terrains car il sait que le temps lui est compté : il savoure jusqu’à l’envie ces derniers moments de rugbyman en transmettant sa ferveur, sa fièvre du ballon ovale, ce virus à tous ceux qu’il côtoie, en commençant par ses deux adorables petites filles qu’il espère bien un jour retrouver dans les catégories « poussins, benjamins, minimes » … vu qu’elles sont également tombées dans le chaudron : Ils sont fous ces palois euh ces rislois !

PRINCESSE EMMA

 

Emma (2)

 

Emma (5)Trois ans déjà que Princesse Emma côtoie la gente masculine des rugbymen, trois ans déjà qu’avec Camille, devenue une amie, elle s’adonne à ce sport viril pratiqué par de bruts et solides gaillards  mais cette année, elle est toute seule au milieu de 23 gaillards d'à peine 15 ans : il en faut du courage pour les affronter physiquement d’abord mais surtout moralement, et bien ce n'est pas un problème pour Emma puisqu'elle en a à revendre à tel point qu'elle a su se faire accepter et respecter par l'ensemble du groupe sans aucun problème.Emma

Emma, pour tous les éducateurs qui ont eu la chance de la diriger- en particulier notre ami Benoît- c'est un bonheur de gentillesse, de respect et de camaraderie. Toujours discrète en dehors du terrain, elle semble se métamorphoser lorsqu'elle le jeu démarre : un Docteur Jekyll et Mister Hyde sommeille en elle. C'est au centre de l'équipe qu'elle fait étalage de tout son talent et si elle n'est pas dotée d'un gabarit extraordinaire et d'une vitesse redoutable, elle a cette faculté à toujours faire face à la situation et à toujours remettre son équipe dans le sens de la marche grâce à un sens tactique superbement développé et grâce à une grande intelligence de jeu remarquable pour son âge. Enfin, en raison de sa technique naturelle, elle trouve toujours le geste juste lui permettant de mettre à terre le molosse faisant deux fois son poids, de faire la passe juste qui va décaler son ailier ou de faire le pas ou le crochet qui va faire avancer ses copains.Emma (1)

Mais Emma n’est pas qu’une rugbywoman, c’est aussi et surtout une jeune fille agréable, sociable et solidaire. Elle est par exemple déléguée de sa classe. Princesse Emma dOvaliesElle cherche un peu son frère de temps en temps, comme tous les enfants - pas plus, pas moins mais sera toujours prête à le défendre contre ses parents en cas d'injustice. Elle est leader de sa classe, en UNSS mais aussi chez les éclaireurs de France : son regard noir d’avant match exprime sa volonté de gagner et de donner le meilleur d’elle-même, pas facile de la faire sourire pour une photo à ce moment-là, tant elle est concentrée et attentive aux consignes. Sportivement, elle ne résiste pas dès qu'elle voit un ballon, quelque soit la forme. Elle aime le collectif : elle a arrêté le karaté alors qu’elle était ceinture marron. Elle avait pourtant décroché plusieurs podiums départementaux, régionaux et avait même participé aux championnats de France. Elle avait été sélectionnée en équipe départementale avant d'arrêter.

Emma (1)Autant dire qu’Emma, au potentiel rugbystique indiscutable, n’est pas appréciée que par ses performances sportives mais par  un ensemble  de qualités humaines qui font de cette jeune fille, une princesse de son temps, bien dans ses baskets et qui n’attend pas le Prince Charmant pour vivre intensément  de ses passions et poursuivre le chemin qu’elle se trace. Bon vent, Princesse Emma et que ce  conte de fées se  termine comme tous les comptes de faits et gestes d’un match de rugby !

Sous-catégories

MERCI à nos PARTENAIRES MAILLOTS

Connexion