DAME KAREN

 

Karen 3

 

L'égérie du Grand Marsu

 

Le grand MARSU sait s’entourer…

En charge de veiller sur vos enfants, de leur inculquer les bases du jeu de rugby et de leur transmettre certaines valeurs qui sont autant d’éléments incontournables de ce sport, il choisit de confier la supervision de nos jeunes à un maître organisateur aux vertus reconnues notre ami Fabrice (voir portrait XLVI)

Seulement voilà, rançon du succès, devant l’accroissement des effectifs, l’homme dut être rapidement secondé. Parallèlement à ce rapide exposé de situation, il est des gens (ils sont rares) dont on a le sentiment qu’ils sont nés pour donner, donner du temps, donner d’eux-mêmes, donner sans compter, sans arrière-pensées.

Karen 1KAREN, notre Dame KAREN, est de celles-là. Qu’on en juge : Un métier dont on a coutume de dire qu’il est avant tout une vocation ( infirmière qui plus est auprès des enfants), conseillère municipale, toujours prête à aider l’association « les p’tits loups » (centre aéré des PREAUX et des communes environnantes), s’occupant de la gestion de la cantine du regroupement scolaire, c’est donc tout naturellement que la dynamique KAREN ne put s’empêcher d’aider notre coach emblématique à porter chasubles et ballons en venant assister à l’entraînement de ses trois garçons.Karen 2

Il n’en fallait pas plus à notre digne représentant du grand MARSU pour déceler chez cette sympathique maman un potentiel intéressant. Cela ne pouvait mieux tomber, le samedi après-midi était la seule case blanche d’un agenda aussi noir que la chevelure de notre dévouée infirmière.

Qu’importe, on vous l’a dit, aider chez notre éducatrice d’élite, est une seconde nature.

Alors KAREN ne s’est pas engagée…  Elle a aidé, sans bruit, un samedi, deux samedis, tous les samedis. Malgré sa garde de nuit la veille, malgré celle de la nuit suivante à assurer. Avec toujours la même disponibilité, le même sourire, le même dévouement, la même discrétion elle a aidé simplement…Karen 9

Karen 7Comme si cela coulait de source, notre nouvelle recrue s’en est allée, l’année passée, se faire breveter éducatrice fédérale.

Elle qui, de temps en temps, vous dit avec une sincérité désarmante « Eh ho !!! Attendez les gars ! Moi j’ai jamais joué… j’y connais rien, moi, au rugby ».Avant d’aller reprendre sans sourciller le fil de la séance qu’elle est en train d’animer. Elle est comme ça, notre KAREN, Elle n’entraîne pas… elle aide. Elle aide tellement que sans bruit elle est devenue indispensable. Si elle est absente (cela a bien dû lui arriver une fois) vous verrez nos moins de 7 regarder à droite, à gauche, chercher, pour finalement se retourner et demander sourcils froncés : « Elle  n’est pas là, KAREN ? »Karen 5

Car voilà la miss est adorée, adulée, par les MARSUS. La touche féminine dans un monde de brutes.

Aussi pendant que son MANU favori défie les océans vent debout, celle qui est devenue l’égérie du grand MARSU transmet avec passion. Chaque samedi qu’il vente ou qu’il pleuve, elle revêt son maillot des blacks et s’en va enseigner l’art de la passe et du placage à une nuée de gamins qui savent pertinemment qu’auprès d’elle, ils trouveront aussi facilement conseils et encouragements que douceur, sourire et réconfort en cas de petits bobos.

Karen 4Main de fer dans un gant de velours, la belle parvient même, quand son « voileux  »   de mari rentre au port, à l’amener sur les terrains de rugby… Pour aider.

Décidemment le MARSU sait s’entourer.

 

MARIE...CHRISTMAS 

 

A toutes les épouses, mères, femmes anonymes ou investies qui nous aident à assouvir notre passion

Mappy (8)

 

Mappy (13)Va avoir les boules la Marie-Pierre Leleu en découvrant ces quelques lignes, ça sent le sapin pour le vieux scribe mais comment ne pas célébrer Marie-Pierre, plus simplement et universellement appelée « Marie » par ses chanceux familiers, en cette période propice de Noël. Alors Marivaudons, Marie,  comme le scandait le poète Pierre de Ronsard:

« Marie qui voudrait votre beau nom tourner,
    Il trouverait Aimer … » Mappy (1)

Maternelle, la Marie : Tes lutins : le Grand Jean (1), devant comme derrière-rugbystiquement parlant bien sûr-, l’aîné, le fringant et rapide Octave (2), le Moyen et le Petit Marius (3) à sa maman chérie, ne démentiront pas ce qualificatif … (ces prénoms auraient – ils un rapport avec la littérature, si appréciée par le géniteur ?) ;

Altruiste à l’extrême, Marie se dévoue corps et âme pour toutes les causes qui engendrent des besoins humanitaires et d’humanité. Demandez-lui le moindre service et vous serez exaucé(e) : ses nombreux (ses)  amis(es) savent en toutes circonstances qu’ils pourront compter sur sa présence ou son action ;

Réservée et discrète au possible, à l’ombre de son Auguste Loulou, son époux de Thierry, co-président et historique du RCPA : http://rugbyclubpontaudemer.free.fr/index.php?option=com_content&task=view&id=1160&Itemid=82, elle distille sa joie de vivre avec sagesse et harmonie ;

Instigatrice festive : grimages, rubans et fanfreluches, ballons et baudruches, chaque occasion de fêter collectivement un événement depuis plus de 20 ans déjà (montée, finales des plus petits aux plus grands)   est son apanage de « Pretty Woman » : « Tous ensemble, Tous Ensemble » et les  manifestations seront plus colorées, plus sonores ;

Empathique, la Marie a cette faculté rare et intuitive de se mettre à la place de l’Autre, de ressentir les sentiments de ses congénères sans ostentation avec douceur, humilité  et gentillesse car elle aime avant tout faire plaisir et aider;Mappy (10)

Protectrice,  sa couvée lui doit beaucoup  et le lui rend bien. Bon d’accord, Loulou ne peut pas tout faire vu qu’il n’est presque jamais là, alors elle assure : corvées de lessive rugbystique multipliée par 4 ; ravitaillement du lundi , c’est qu’ils mangent ces 4 ogres,  déplacements de l’un ou de l’autre ou de l’autre et de l’un ; petits cafés de commères  et rassure donc ;Mappy (11)

Inspirée à tous les niveaux : professionnellement, dans ses projets scolaires que ce fut en SEGPA comme éducatrice spécialisée ou comme professeur des écoles maintenant, artistiquement, les superbes photos d’actions et de réactions  qu’elle sait partager avec la communauté de l’Ovale Rouge et Bleue;

Emotive et sensible, Marie ne se cache pas face aux  piqures de houx de l’existence : la disparition d’êtres chers ces dernières saisons la foudroient, sa générosité et son dynamisme la redressent et lui donnent encore plus d’énergie pour savourer les moments familiaux et associatifs ;

Respectueuse des autres, respectueuse de la vie : de ses usages, de ses habitudes, de ses traditions, Marie, cultive cette affection naturelle, cette tolérance estimable des rapports humains  qui permettent de construire un futur générationnel ;

Rigoureuse, sérieuse  et méthodique évidemment, son travail d’enseignante l’y oblige mais Marie sait peser les situations et se lâcher avec les siens, délaisser la « blouse » officielle pour  vivre le temps présent avec délectation et gourmandise, équilibre dosé, expériences de la vie d’une femme épanouie et sportive : rugbywoman, handballeuse et  joggeuse.Mappy (12)

Exemplaire ! Cette guirlande de louanges, cette couronne de laurier ne sont pas usurpées : l’étoile scintille, les bougies  brillent et les Marie Curie, Trintignant,  Stuart et autres n’ont qu’à bien se tenir ! Bon, un peu hyperbolique mais faut bien que Petit Jean qui est devenu Grand révise ses figures de style, le bac de première approche (quelques mots manquaient encore à cette métaphore de Noël)

« We wish you a Merry Christmas, Marie ! » et comme tu adores le Chocolat, nous savons ce qu’il nous reste à faire : remplir la hotte, héler le traîneau du Père Noël le Réveillon du 24, en glisser quelques boîtes dans la cheminée, là- sous les éoliennes ! Bloody Marie : un Cadeau de plus  pour le RCPA! Jingle Belle, Jingle Belle !

  1. Jean « Pierre et Jean » : 4ème roman de Guy de Maupassant, auteur normand ;
  2. Octave : Octave Mirbeau, auteur normand du célèbre « Journal d’une femme de chambre » ;
  3. Marius : Un des personnages principaux de la trilogie de Marcel Pagnol, auteur provençal.

Gouel (1) 

VERY GOUEL,  THANK YOU

 

Gouel (3)Ne vous méprenez pas, ce n’est pas une leçon d’Anglais ! Arnaud Gouel, surnommé O’Gouel,  en référence au deuxième ligne ( et là pas de friture ! )  rouquin irlandais O'Connel (sûrement son fils caché), futur joueur du RC Toulon et capitaine du XV du Trèfle,  ne joue au rugby que depuis trois ans. Notre « Irishman rislois », « branché » sports  passa par le foot, le hand, le cyclisme sur route, la course à pied... de riches expériences qui lui assurèrent une adaptation précoce (l’adresse, l’endurance, l’esprit d’équipe et du jeu… autant d’atouts disponibles immédiatement)  et des titularisations en équipe première dès sa première saison de « haute tension » pour des débuts  en fédérale 3 : curieux de tout voir et de tout savoir, il s'adapte de son mieux à toutes les situations transcendé par un bon esprit de compétiteur, « générateur » d’envie : il apprend vite à l’écoute de tous les conseils avisés et sait se faire violence, l’expérience viendra car à 26 ans, il est loin d’être usé.Gouel (2)

Si Arnaud vient de deux termes germaniques : "arn" qui signifie "aigle" et "walden"  "commander" ou "gouverner". Ce prénom évoque la majesté de l’oiseau de proie, symbole de liberté, d'agressivité et de puissance…autant dire que notre seconde latte robuste devrait fondre sur l’adversaire et  imposer son gabarit gaillard : sa gentillesse et sa timidité naturelles contrarient encore ses velléités de combattant :  perfectionniste et toujours en recherche d’excellence, « Nono » se métamorphosera avec le temps en guerrier  belliqueux : des progrès dans ce domaine en attestent, comme le souligne son coach Tex, mais le « courant » agressif est encore alternatif . 

Gouel (5)

Discret, réservé et taiseux, notre gaillard porte un patronyme breton populaire chez nos voisins seinomarins : voile, oiseau, forge … autant de sens qui affole le « réseau » étymologique mais qui n’effraie pas notre technicien électricien chez ERDF rompu aux coupures fréquentes et aux astreintes: d'un esprit vif et alerte, d'une nature optimiste, il sait pouvoir compter sur sa bonne étoile et n'hésite pas à saisir les opportunités quand elles se présentent à lui : Il a besoin de se sentir aimé et reconnu pour aller de l'avant.Gouel (4)

Originaire de Routot, fiancé à la charmante Stéphanie, papa d'un petit garçon adorable de 3 ans nommé Thymeo, supporter du Stade Toulousain, notre gentil costaud est un dur au mal qui partage de vraies valeurs : humainement Enorme ! Que la « force »  soit avec lui et il deviendra Monsieur 100 000 volts! Watt else ?

 

EUX = AIMENT C 2

 

CedricCampi (1)

CedricCampi (2)Voilà bien  une relation complexe et difficile à comprendre pour un néophyte, tout le monde n’est pas un petit génie, encore moins Einstein, il en est de même pour notre portrait du jour : le charismatique Cédric Campigny, responsable des moins de 10 ans depuis trois saisons maintenant et de l’école de rugby depuis septembre. Forte personnalité qui tend à en imposer tant par son magnétisme que par son apparence réservée, tour à tour introverti, extraverti, sociable, solitaire, sensible, émotif, colérique, écorché, bienfaisant…un caractère entier, bien trempé : Cédric est un homme attachant, charmant, qui a besoin de plaire mais qui peut déplaire, un dur, un tendre, un vrai, un « cowboy », héros de nos westerns d’enfance qui connaît la musique rugbystique sur le bout du colt.

 « Il était une fois dans l’Ouest » : notre quadra naquit au Havre, avant de gagner le Marais Vernier, vécut une enfance et une adolescence tourmentées aux bords de la Seine et de la Risle, fréquenta le LEP Risle Seine, joua jusqu’en juniors au RCPA, sous la houlette de Pierre, notre vénérable « Man in Black », avant de s’exiler plus au sud dès ses dix-sept ans…appel du « Farwest ».  Langon, con, fut sa terre d’asile et le Stade Langonnais de Rugby, qui évolue toujours en Fédérale, le pétrit et le forma en troisième ligne, lui procura du travail en boucherie et développa ses capacités de joueur et de futur éducateur. CedricCampi (3)La rencontre de Clara, encore un C, sa tendre et fidèle épouse depuis 1998, l’éloigna du Sud-Ouest ; le jeune couple rejoignit la capitale des Mouchoirs, Cholet,  pour y faire des Petits : Romain, Quentin, Tristan - qui commencèrent tous le rugby dès cinq ans : les chiens ne font pas des chats) et la câline Amandine, la petite avant dernière ; le « butcher » devint gardien, non, pas de but, svp, mais de stade. Notre jeune coach qui se déplaçait dans les écoles, amena même une génération de benjamins  au sommet puisqu’ils devinrent champions de France juniors. Cerisay, Trelazé   furent d’autres étapes avant son retour en 2012 à Pont Audemer. Sa carrière de joueur lui permit de côtoyer les Coco Delage (ex Agen), François Tisseau (joueur de Carcassonne), Alain Garuet (le frère de JP, pilier international), ex pensionnaires ou pensionnaire de Top 14.  

CedricCampi (4)« Le bon, la brute et le pétulant » : Grand sentimental, profondément attaché à sa famille et à son cercle d'amis, notre homme aime avant tout bouger, voyager (adepte du changement), être libre des contraintes, il a besoin de se passionner. Tout à la fois émotif, viril, entreprenant, Cédric peut se muer facilement en conquérant : son dynamisme et sa solidarité exacerbés le métamorphosent. Exigeant, autoritaire et directif, l’ex-bordelais est aussi susceptible d'avoir, sous des dehors calmes, des accès de colère lorsque l'on s'oppose à ses désirs ou que l'on fait montre d'iniquité. Electrique, impulsif, sanguin, rugueux caractérisaient ce troisième ligne de devoir : guerrier toujours au front, taiseux et besogneux. Lorsqu'il est animé par une motivation, il s’engage à fond, capable d'aller jusqu'au bout du parcours qu'il s'est tracé, déteste la médiocrité et les bassesses, n’apprécie guère l'échec et fait en sorte de se dépasser ou de se surpasser. Avec le temps et l’expérience de la vie, il s’apaise, se sociabilise et redistribue chaleureusement à tous ceux qui le côtoient, sa passion et son envie : le jeune loup est devenu chef de meute.

 « Pour quelques dollars de plus » : Le déplacement des minots au Havre pour assister au match de Top 14 Racing 92- Grenoble, c’est lui ; La soirée Couscous du premier trimestre, c’est aussi lui ; le futur Loto du mois d’avril ( le samedi 23), c’est encore lui ; la soirée Paëlla du 19 mars (avec notre poissonnier préféré monsieur Gommé), c’est toujours lui.CedricCampi (6) Cédric a bien compris les difficultés financières de notre petit club pour pouvoir faire vivre ses 250 licenciés ; généreux et enthousiaste, il se démène avec les volontaires pour mettre du beurre dans les épinards et permettre à ses « petits » de profiter d’un peu plus: cuisinier hors pair et gourmand- fin connaisseur de champignons, il adore arpenter les bois pour les dénicher-, il donne de sa personne pour l’organisation de ces manifestations si conviviales et si propres au rugby.

Cédric signifie en celte « Roi du combat » : notre ami ne lâche jamais rien et derrière le masque de la réserve, de la nature pudique et peu démonstrative se cache un garçon entièrement affirmé en communauté…le rugby contribue largement à sa lente transformation, comme le bon vin qu’il affectionne, il gagne en maturité et en sagesse : après tout Cadillac, Saint Croix du Mont, Loupiac, Sauternes n’étaient pas si loin de Langon, con.

Saint Cédric (ou Cedde) était un moine évangélisateur anglais du VIIe siècle, nul doute que le nôtre aura converti des générations à notre « religion » au sein de notre communauté…l’ascète est sur le bon chemin… l’équation EUX = AIMENT C 2 est résolue : Albert Einstein, Ennio Morricone et Patrick Cauvin devaient sûrement le connaître car Nous, on aime aussi C 2

PS : Concours de circonstances, ce dimanche le Stade Rouennais recevait  le Stade Langonnais où évolue son fils Romain âgé de 18 ans  parti en septembre chasser les palombes… L’histoire serait-elle un éternel recommencement ?

Partenaires Internet 2022