2023 2024 semaine 21 billetLe rugby associe souvent les joueurs par couple : ainsi avons-nous deux piliers, deux secondes lignes, deux demis, deux centres et deux ailiers ; notre sport cultive cette union, il l’oppose, l’assemble, la complète regroupant idées, doctrines, entités qui le façonne, le structure, le différencie. Ainsi jouons pour ce premier mariage à quelques hyménées tendancieux et polémiques du rugby d’hier, d’aujourd’hui et de demain bien sûr, les maux des mots : démo :

Plaisir et Compétition : le rugby est un jeu, source de plaisirs individuels et collectifs, passer le ballon, esquiver l’adversaire, le percuter, plaquer, pousser, sauter… sont autant de moments jouissifs que le corps partage avec la tête et lorsque le même désir anime un groupe, il peut et doit devenir compétition : se mesurer aux autres équipes qui cultivent des rugbys différents est un enrichissement, à condition bien sûr de ne pas se tromper de niveau. La montée en fédérale 3 de notre club fut compliquée la saison dernière et le maintien assuré lors de la dernière rencontre : l’écart entre le niveau régional honneur où il excellait depuis quelques saisons et le niveau national des montées s’était creusé, le plaisir fut vite une épreuve, l’équipe 2 suivant la même destinée avec des déplacements franciliens périlleux dans des combats trop inégaux. L’effectif étant trop maigre. L’arrivée d’une nouvelle équipe d’encadrants complémmentaires regroupée autour du magicien Tex a vu l’effectif se gonfler avec plus de 60 séniors et les résultats suivent  : l’équipe première occupe une 7 ème place qui signifie presque maintien et les réservistes la quatrième synonyme d’une possible participations aux championnats de France… le plaisir d’être ensemble, de gagner est revenu et les attentes sont tout autres que la saison dernière;

Amateur et Professionnel : le rugby se métamorphose depuis l’avènement du professionnalisme : hier, le RCPA pouvait disputer à armes égales, la compétition fédérale amateur avec les aléas d’une petite ville ; aujourd’hui, le rugby fédérale dit amateur est, comme le football, envahi de joueurs étrangers, de mercenaires et de budgets de plus en plus colossaux. Par effet de dominos, même les clubs régionaux n’hésitent plus à recruter des fidjiens, géorgiens, roumains ou autres que les clubs professionnels « utilisent » sans modérations, digèrent et rejettent. Le combat entre les véritables clubs amateurs et ceux qui courent à l’armement est bien sûr perdu d’avance pour les plus petits : l’ambition des uns dépasse le plaisir des autres ; l’esprit club et familial peut encore changer la donne : le retour de nombreux jeunes formés au club en est la preuve.

Acteur et Spectateur : le rugby se vit et se partage de différentes façons : bien sûr jouer au rugby est « être acteur » avec toutes les sensations, émotions partagées individuellement et collectivement mais lorsque, l’âge aidant, le corps vous rappelle à l’ordre et vous demande d’arrêter, vous pouvez être acteur en devenant éducateur, dirigeant, membre du bureau... Si le RCPA se porte aussi bien, c’est qu’un grand nombre d’anciens ou de plus motivés s’investissent pour le faire vivre…respectueux des valeurs qu’il véhicule. Il est vrai que le monde professionnel pour pouvoir subsister a besoin de spectateurs : la fréquentation des stades des grands clubs est toujours en augmentation – mais pour combien de temps ?-. Si les « acteurs  amateurs » disparaissent, il faudra bien se contenter d’allumer la télé, de mettre les chaussons ou aller dans les grandes cités pour apprécier notre sport favori…le sportif amateur peut-il disparaître…et l’obésité nous guetter ainsi que l’oisivité.

Jeu et Enjeux : le rugby comme tous les sports se nourrit de cette opposition qui ne devrait cependant pas être discutée ; chaque club cultive sa différence au niveau du Jeu mais les Enjeux deviennent plus problématiques lorsque l’aspect financier prend le pas sur le plaisir de jouer, les collectivités ou les partenaires demandent légitimement des comptes tant les investissements sont conséquents. Le Jeu doit toujours être au centre des préoccupations et conserver son identité pour que tout le monde s’associe au projet… les enjeux ne doivent pas le tuer même si les intérêts prévalent lorsque le professionnalisme s’immisce de plus en plus dans nos structures. Combien d’associations sur un court terme résisteront à cette pression ? L’Enjeu en vaut-il la chandelle ? Le rugby résistera-il dans ces conditions à conserver ses différences ? Ses valeurs ?

Immédiateté et Durée : le rugby est bien plus que centenaire – le RCPA approche des 60 ans déjà : 1968 - le temps passe vite et ses contingences deviennent prépondérantes dans notre monde actuel. Le rendement doit être immédiat, les retombées rapides, plus de temps à initier, à former, à éduquer, à cultiver, le temps c’est de l’argent : il faut tout de suite récolter et pourtant, un club, une équipe de rugby grandit au fil du temps, la patience et l’investissement des éducateurs et entraîneurs, l’expérience et les apprentissages des joueurs, tout ce qui fait éclore les pousses de demain demandent du temps : du temps à vivre ensemble, du temps à partager dans la convivialité et l’amitié et sur le terrain – les tournées, les troisièmes mi-temps, les tournois en sont les témoignages les plus manifestes – mais l’homme pressé, le dirigeant-directeur et ses collègues- bousculent ces données qui ont fait le sel de notre sport… bientôt on tuera le temps à autre chose alors goûtons notre plaisir encore quelque temps, le club house est ouvert, le temps n’est pas que de l’argent : «C'est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante.» « Le Petit Prince » Antoine de Saint Exupéry. «  Avec le temps, oui, tout s’en va » chantait Léo

Individualisme et Altruisme : le rugby est un sport collectif de combat où doivent s’exprimer les forces de caractère pour le profit d’un groupe. Ce n’est pas propre au RCPA, ni au rugby, non la nature humaine est ainsi faite que le rugbyman n’échappe pas, hier comme aujourd’hui à cet état d’esprit où triomphe le culte du Moi, « Un pour Tous, Tous pour Un » devrait être le leitmotiv du rugbyman. Donner aux autres, offrir la gonfle en partage et partager ces moments qui fédèrent : où l’individu s’efface au profit de l’équipe. Chacun vient au rugby avec des motivations différentes, mais à notre niveau- même si l’on y recherche individuellement ou collectivement à être le meilleur- on joue au rugby pour le plaisir bien sûr mais aussi pour gagner ensemble : le Goût des Autres doit se cultiver.

Trouver le juste équilibre, le juste milieu, le compromis entre ces oppositions, ces compléments, ces additions, ces addictions deviennent de plus en plus problématiques devant l’évolution - ou révolution - prise aujourd’hui par notre sport favori.Fini pour aujourd’hui, les prochaines fois, nous gloserons de nouvelles paires toujours aussi intéressantes, en voici quelques-unes: Individualisme et Altruisme ; Images et Textes ; Victoires et Défaites ; Passion et Raison ; Valeurs et Vertus ; Droits et devoirs ; Immédiat et Durée ; Vie et Combats ; Jeu et Enjeux ; Argent et Esprit de clocher, Amitié et Equipiers ……. et pourquoi ne pas prendre la plume vous aussi pour décrire votre plus belle paire !