PORTRAIT CXIII

Bulletin de mai Théo

ThoS4L’année universitaire touche à sa fin, le printemps avance et les jeunes pousses montrent le bout de leur nez : momentThoS13 idéal pour évoquer leur parcours, leur histoire, leurs espoirs, leurs ambitions…

Alerte ! Vigilance Rouge et Bleu ! : le mini-cyclone « Théo » va fondre et gonfler progressivement sur les terrains normands. Les « prévisions » de cette petite « tornade » pour  ce joli mois de mai ( en plus 19 ans samedi dernier ) affichent Grand Bleu ( et Rouge bien sûr) car le Mini Tex joue sur tous les tableaux avec les Pontochon U 19 ( à VII ou à XV), les STAPS et les séniors du RCPA en une ou en deux : l’essentiel pour ce gamin reste le jeu et les copains.ThoS6ThoS9

ThoS3Arrosé de sport depuis la maternité avec Sandrine, sa maman, la Françoise Durr locale, championne en titres,ThoS2 professeur de tennis émérite et son père, le Grand Corps Tex, Laurent, maître à jouer – le guignol- des années 2000, puis magicien du coaching de ces derniers années séniors, malade de sports qui passe sa vie entre les terrains et les clubs houses, des vrais courants d'air ces parents. Le P’tiot a développé sa passion pour le sport en écoutant le vent des petites balles jaunes et ballons ovales passant proche de sa poussette : il suivait ses parents tous les dimanches sur les terrains souvent par un froid de canard. Sa grande sœur Lauryne n’est pas née de la dernière pluie non plus, tenniswoman classée également, prépare un master en marketing.  Ces Savary, un climat sportif, une équipe de « stars » à eux seuls ! 

PORTRAIT CXI

JULES, UN PARFUM DE FAMILLE

Jules 20Ça sent bon le Rugby ! Le Rugby du terroir ; le Rugby de père en fils ; le Rugby de club, le Rugby de famille : Jules, le petitJules1 Jules, qui a commencé le Rugby dès l’âge de six ans, ne « nez » pas Dior mais Eude, notre talentueux talonneur des années 90, notre éducateur des années 2010, notre trésorier quelque temps puis notre co-président depuis trois ans déjà. « Pour un parfumeur, quelle enseigne ! » lançait Cyrano ; pour un fils, quelle parfumerie ! Jules5Un parrain rugbyman- Rodolphe Delahaye, ouvreur-aiguilleur hors pair ; des copains de lycée rugbymen, Jean, Alexandre… ; une tendre chérie rugbywoman, la belle Anna… (seule sa sœur aînée Joséphine échappe à cette émanation capiteuse et aromatique que Sandrine, l’épouse discrète de Fred se réjouit de pouvoir compter pour combler les longs moments de vie de rugbyman . « Julot » est une flagrance qui se vaporise, vous atomise avec saveur et fraîcheur et qui ne vous laisse pas indifférent.

PORTRAIT CXII

OH ! RADHOU !

Radou1OH ! RadHou !Bon,  RadHouane, tu n’étais sans doute pas encore né et tu ne dois pas connaître cetRadou15 international natif du Havre, David Auradou, seconde ligne comme toi à tes débuts, qui jouait à l’époque glorieuse du Stade Français et qui aujourd’hui entraîne Suresne. (son fils Hugo vient lui aussi d’entamer sa carrière internationale avec les U 20, en seconde ligne bien sûr) . Radou2Radou17Il vint remettre les Trophées Normands en 2004 au Parc des Sports aux équipes championnes pour la grande joie des Minots ; Pont Au gagna le titre et la montée en Fed 3. Son prénom David te colle aussi aux basques car à suivre ton début de carrière, les Goliath ne te font pas peur. Le tien RadHouane signifie : "satisfaction, heureux du destin que Dieu accorde" Jeune colosse, les qualités de ton prénom ne se démentiront pas : personne bienveillante, individu calme, que rien n’effraie et qui se mettra au défi d’atteindre les objectifs qu'il s'impose. Son charisme ne manque jamais d'enthousiasmer ses proches. De forte personnalité, maître de lui-même en toute circonstance, il veut sans cesse se dépasser. Réfléchi, lucide, volontaire, sérieux, parfois grave, il sait aussi être gai et se détendre franchement. Son humour caustique et son étourderie provoquent l’hilarité. Fidèle mais exigeant, sa morale est stricte et rigoureuse.

PORTRAIT CXI

ERIC, LE DERNIER … DE LA CLASSEEricP3

Tellement réservé, voire pudique, que ses amis chargés de recueillir des renseignements sur son « lourd » passé restèrent bredouille à la chasse aux infos, une quête stérile et ce depuis trois ans : Eric Penent, le secret, le taiseux, le silencieux devait être LE DERNIER portrait de cette saison 2018. Mais « Tout vient à qui sait attendre » : le généreux Eric bavardait avec son collègue Christophe Foliot et supportait ce dimanche d’octobre les Rouges et Bleus au Parc des Sports : une occasion de braver la discrétion de cet ancien seconde ligne et de relater cet épisode un peu rocambolesque… : Il coucherait sur le papier son histoire rugbystique…pendant les vacances de la Toussaint, un pensum de plus, les devoirs  ne manquent pas pour ce papa poule humaniste et solidaire.

Partenaires Internet 2022